La ré­vo­lu­tion Queen B, la plus belle femme au monde se­lon Beyon­cé

Le charme de Beyon­cé Knowles, épouse de Shawn Carter, agit sur des mil­lions d’in­ter­nautes. Elle a ra­vi à Angelina Jo­lie son titre de la plus belle star au monde. En avril 2017, le lec­to­rat de Buzz­net a en ef­fet pla­cé la chan­teuse en pre­mière po­si­tion du c

Personnalités - - Sommaire -

Comment peut-on avoir la mor­pho­lo­gie de Queen B: son entraîneur per­son­nel, Mar­co Borges, ré­vèle le tra­vail for­ce­né qu’elle in­flige à son corps. Ses ha­bi­tudes in­cluent beau­coup de spin­ning et des shakes aux pro­téines de pois. Borges in­siste sur les ef­forts im­pli­quant les jambes et les cuisses (des step-ups sur une jambe et des sprints) pour avoir un haut ni­veau d’en­du­rance du­rant ses spec­tacles sur scène.

L’ar­tiste aux 22 prix Gram­my’s a la chance de vivre dans l’un des corps les plus en­viés, de New York à Hol­ly­wood, après avoir por­té un et même deux en­fants. Le se­cret de sa forme quand elle tra­vaille ou pré­pare une tour­née mondiale? Un homme, Mar­co Borges. Ce gou­rou de l’ex­cel­lence phy­sique est un vé­ri­table domp­teur. Les ré­sul­tats sont convain­cants. Il af­firme que, si vous ap­pli­quez la rou­tine de Beyon­cé – trois fois par se­maine pen­dant six se­maines –, vous ob­tien­drez la même sil­houette!

Les mé­rites de l’en­du­rance

Au ma­ga­zine Gla­mour, il a ré­vé­lé que la su­per­star de la mu­sique pop ne re­chigne pas à pra­ti­quer la boxe ou à tra­vailler avec des câbles lé­sés de poids, pour ap­prendre à ses muscles la persévérance. Ath­lé­tique et mon­dia­le­ment re­con­nue pour ses courbes aux bons en­droits, Beyon­cé fait du sprint sur ta­pis rou­lant pen­dant 1 mi­nute, sui­vi de 2 mi­nutes de marche ra­pide, et al­terne ces deux exer­cices pen­dant 30 mi­nutes.

«Si une Texane gour­mande comme moi par­vient à bien se nour­rir, vous pou­vez le faire. Il ne vous faut que 22 jours!»

Elle to­ni­fie tout son corps par ce mou­ve­ment: vous te­nez un hal­tère contre votre poi­trine et vous vous ac­crou­pis­sez ( squat) de ma­nière à ce que vos coudes touchent vos ge­noux. Lorsque vous vous re­dres­sez, le­vez l’hal­tère au-des­sus de votre tête, et re­com­men­cez. Pour en­dur­cir les mol­lets, elle fait des step-ups, une jambe à la fois, puis ter­mine en éti­rant tout son corps, afin de re­dres­ser la co­lonne ver­té­brale.

Enfin, elle se ré­com­pense en si­ro­tant un smoo­thie conte­nant de la poudre de pro­téines de pois, du lait d’amande, des fruits et des épi­nards sur­ge­lés. Ce dé­li­cieux cock­tail l’aide à ré­cu­pé­rer après l’ef­fort.

Le gras et la fri­ture: plus jamais!

Fin avril 2015, Mar­co Borges pu­bliait The 22-Day Re­vo­lu­tion, un ou­vrage dé­taillant une diète consti­tuée d’ali­ments en­tiers, ba­sée sur les plantes et qui ban­nit la viande, les oeufs, les pro­duits lai­tiers, l’al­cool et les ali­ments trans­for­més. Il faut la suivre pen­dant 22 jours consé­cu­tifs pour se dé­bar­ras­ser des mau­vaises ha­bi­tudes ali­men­taires. Après avoir ad­mis qu’elle a fait yo-yo avec son ali­men­ta­tion une bonne par­tie de sa vie, Beyon­cé se dit à pré­sent une fi­dèle adepte de la mé­thode de Borges.

Il lui a ap­pris comment at­teindre la meilleure forme phy­sique qui soit. Tel­le­ment con­vain­cue et fière, elle a in­sis­té pour écrire en pro­logue de son livre: «Si une Texane gour­mande comme moi par­vient à bien se nour­rir, vous pou­vez le faire. Il ne vous faut que 22 jours!»

JAY-Z a aus­si adop­té le pro­gramme et vu son corps chan­ger du­rant cette courte pé­riode de temps. «Dans le Sud, nous

raf­fo­lons du pou­let frit, des ta­cos, des sand­wichs, des bur­gers, des côtes le­vées et des cre­vettes frites… Mes choix ali­men­taires sa­bo­taient ma santé» , re­con­naît la chan­teuse.

Don­ner le bon exemple

Beyon­cé a ex­pé­ri­men­té des ré­gimes ex­trêmes, par exemple, ne consom­mer rien d’autre qu’un mé­lange com­po­sé d’eau ci­tron­née, ad­di­tion­née de si­rop d’érable et de poivre de Cayenne. Tous les médias du monde ont re­layé cet étrange breu­vage, mais brûle-t-il réel­le­ment les graisses?

«Après la nais­sance de Blue Ivy, j’ai pris conscience que je de­vais re­prendre le contrôle sur ma santé et sur mon corps. Je de­vais en tant que mère don­ner l’exemple à ma fille» , dit-elle. À pré­sent, avec l’ar­ri­vée des ju­meaux, Bey fait en­core plus at­ten­tion à ce qu’elle apporte dans sa cui­sine et dé­pose sur la table fa­mi­liale.

«Je de­vais en tant que mère don­ner l’exemple à ma fille.»

Août Sep­tembre Oc­tobre No­vembre Sur Ins­ta­gram, la star montre fiè­re­ment ses pro­grès à ses abon­nés.

En mai der­nier.

Bien man­ger, oui, mais sur­tout ap­prendre à s’ai­mer, bou­ger: Beyon­cé ne vou­drait pas créer de com­plexes in­utiles ou d’ob­ses­sion chez son aî­née, Blue Ivy.

C’est à une com­bi­nai­son d’exer­cices et de re­cettes éla­bo­rés par son gou­rou de la santé, Mar­co Borges, que Queen B doit la ré­ap­pro­pria­tion com­plète de son corps de rêve.

À la mai­son, tout le monde mange comme ma­man. JAY-Z a d’ailleurs bé­né­fi­cié am­ple­ment de la nou­velle diète de sa femme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.