Ma­nies et pho­bies

Prédictions Annuelles - - Sommaire - Jean DE­NIS, as­tro­logue

Rares sont ceux et celles qui n’en ont pas! Une ma­nie est une ha­bi­tude bi­zarre qui pro­voque la mo­que­rie ou l’ir­ri­ta­tion. Il en est ain­si de se ron­ger les ongles ou de mâ­chon­ner son sty­lo. Nos ma­nies sont plus ou moins in­of­fen­sives. Quant à la pho­bie, c’est une aver­sion ins­tinc­tive. En psy­chia­trie, on la qua­li­fie de peur ir­rai­son­née et an­gois­sante dé­clen­chée par un ob­jet, une per­sonne, une si­tua­tion et le dont le su­jet re­con­naît d’or­di­naire le ca­rac­tère insolite. Si les pe­tites ma­nies des gens ne sont guère alar­mantes, par contre les pho­bies af­fectent le com­por­te­ment.

CHEZ LES SIGNES DE FEU

Les Bé­lier montrent sou­vent de la xé­no­pho­bie, une nette hos­ti­li­té à l’égard des étran­gers et par­fois de l’ho­mo­pho­bie, une ani­mo­si­té en­vers les gais et les­biennes. On ob­serve aus­si chez eux de la mo­no­ma­nie, une idée fixe. Les lion sont fré­quem­ment éreu­tho­phobes, ils craignent de rou­gir en pu­blic. Chez les gens de ce signe, on dé­couvre aus­si par­fois de la déi­pho­bie, les por­tant à dé­dai­gner les re­li­gions. Les Sa­git­taire aiment la lec­ture et peuvent être en­clins à la bi­blio­ma­nie, ce qui ca­rac­té­rise leur pas­sion pour les livres, sur­tout les ou­vrages rares. Plu­sieurs sont is­la­mo­phobes, soit hos­tiles en­vers les mu­sul­mans. Ils le se­raient peut-être de­ve­nus à la suite de leurs voyages.

CHEZ LES SIGNES DE TERRE

Les tau­reau sont por­tés à la bou­li­mie, une aug­men­ta­tion pa­tho­lo­gique de l’ap­pé­tit. On trouve aus­si nombre d’ago­ra­phobes, ayant une crainte exa­gé­rée des foules et du pu­blic. Chez eux, la quan­ti­té pré­do­mine sur la qua­li­té. Les Vierge sont en grand nombre hy­po­con­driaques, ils s’in­quiètent constam­ment pour leur san­té, ce qui les poussent à ré­cla­mer di­vers soins et re­mèdes. Leur ex­ces­sive par­ci­mo­nie, leur sou­ci ex­trême du dé­tail de­viennent vite exé­crables. Les Ca­pri­corne dé­testent les es­paces clos, ils sont claus­tro­phobes. Ils ont aus­si une pho­bie qui les portent à dou­ter tout le temps de la sin­cé­ri­té et de l’hon­nê­te­té des autres. Ils en­tre­tiennent aus­si par­fois de la can­cé­ro­pho­bie, la peur du can­cer.

CHEZ LES SIGNES D’AIR

Les gé­meaux ont une han­tise de la noir­ceur, ce qui les portent par­fois à s’éveiller su­bi­te­ment en pleine nuit. On a no­té, de plus, chez eux une ré­pul­sion vis­cé­rale des arai­gnées, ta­ren­tules et autres in­sectes de ce genre. Les Ba­lance doivent se mé­fier de la clep­to­ma­nie. Elle les porte à chi­per dans les ma­ga­sins des choses dont ils n’ont pas be­soin. Ils sont aus­si quel­que­fois fé­li­no­phobes, ce qui les rend al­ler­giques aux chats. Les Ver­seau ont l’es­prit tel­le­ment ou­vert qu’ils évitent et ne conçoivent pas l’exis­tence des anal­pha­bètes, des illet­trés. Plu­sieurs sont cy­no­phobes, ils dé­testent les chiens. Ils sont aus­si plus heu­reux dans le désordre que dans une am­biance ran­gée.

CHEZ LES SIGNES D’EAU

Il existe chez les Can­cer nombre d’éro­to­manes, hommes et femmes fé­rus d’éro­tisme et qui ont l’im­pres­sion de sus­ci­ter ins­tinc­ti­ve­ment l’amour au­tour d’eux. Ils sont aus­si théa­tro­philes, se pas­sionnent pour le monde ar­tis­tique. La phi­la­té­lie compte chez eux beau­coup d’adeptes. Les Scor­pion se laissent fa­ci­le­ment ga­gner par le sa­ty­ria­sis, qui est un état per­ma­nent d’ex­ci­ta­tion sexuelle, tan­dis qu’on a ob­ser­vé chez les femmes une ten­dance à la nym­pho­ma­nie. Les pois­sons sont claus­tro­phobes en grand nombre. Ils peuvent être xé­no­phobes, avec une nette hos­ti­li­té en­vers les étran­gers. Ils ont aus­si la ma­nie d’ac­cu­mu­ler, d’en­gran­ger des tas d’ar­ticles su­per­flus, des choses hé­té­ro­clites.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.