L’in­for­ma­tique a trans­for­mé le monde

Prédictions Annuelles - - Sommaire - - MAX OLI­VIER, as­tro­logue

L’avè­ne­ment de l’in­for­ma­tique et de l’In­ter­net ont com­plè­te­ment trans­for­mé le monde d’au­jourd’hui. Les re­la­tions amou­reuses, so­ciales, fa­mi­liales, pro­fes­sion­nelles et com­mer­ciales ne sont plus les mêmes. Chaque jour, des mil­lions de gens ont re­cours aux ré­seaux so­ciaux, blogues, lo­gi­ciels, cour­riels, web­cams, com­merces élec­tro­niques, pro­grammes in­for­ma­tiques, etc.

De­puis quelques dé­cen­nies, cette vogue prend une en­ver­gure phé­no­mé­nale. La plu­part des gens pos­sèdent un té­lé­phone in­tel­li­gent avec le­quel ils peuvent non seule­ment en­voyer des tex­tos, mais prendre des photos et les trans­mettre sur leur or­di­na­teur. Ils res­tent de plus concen­trés des heures sur leur iPad ou ta­blette à s’adon­ner à dif­fé­rents jeux, re­cher­cher des in­for­ma­tions, cor­res­pondre, re­cueillir des confi­dences, etc.

Pour trou­ver l’âme soeur, les cé­li­ba­taires ont re­cours aux sites de ren­contres et les couples se tiennent en étroite re­la­tion avec leur iP­hone. Sur les ré­seaux so­ciaux, les gens com­mu­niquent entre eux, en plus de s’ex­pri­mer sur Fa­ce­book ou Twit­ter. Des cour­riels peuvent raf­fer­mir les rap­ports fa­mi­liaux, mais aus­si les at­tié­dir. Si des pa­rents se pas­sionnent par exemple pour les gad­gets élec­tro­niques ou échangent de fré­quents cour­riels, d’autres par contre les ont en hor­reur et s’en mé­fient.

L’in­for­ma­tique fit aus­si dis­pa­raître les fron­tières. Un Qué­bé­cois peut cla­var­der avec un Chi­nois ou un Russe comme s’il ba­var­dait avec son voi­sin. Le com­merce élec­tro­nique prend aus­si une am­pleur pla­né­taire. Les achats ef­fec­tués en ligne at­teignent des pro­por­tions conster­nant les éco­no­mistes. N’im­porte quel pro­fes­sion­nel ou ou­vrier peut dé­cou­vrir sur le web de nou­veaux moyens d’amé­lio­rer son ren­de­ment, en plus de trou­ver des ou­tils et des ser­vices qui fa­ci­li­te­ront son tra­vail. L’in­for­ma­tique trans­forme les moyens de com­mu­ni­ca­tion. Ain­si, après avoir écrit ce texte, je peux le ranger dans la bi­blio­thèque de mon or­di­na­teur, le mettre sur une clé USB, ou l’en­voyer di­rec­te­ment au bu­reau, le mettre en page dans le ma­ga­zine qui en fe­ra la pu­bli­ca­tion et la dif­fu­sion. Nous dis­po­sons d’ex­tra­or­di­naires moyens de com­mu­ni­ca­tion. Il en ré­sulte dans le monde un vaste cou­rant de fra­ter­ni­té.

Mais l’avè­ne­ment d’In­ter­net et de l’in­for­ma­tique n’est pas sans in­con­vé­nients. Il s’en­suit une lé­gion de cy­ber-pré­da­teurs, de la cy­ber-in­ti­mi­da­tion et de la por­no­gra­phie à pro­fu­sion, avec une ef­fa­rante mul­ti­pli­ca­tion de pé­do­philes et de dé­viants sexuels. C’est d’au­tant plus grave que les en­fants et les ados ont ac­cès à des scènes sus­cep­tibles d’af­fec­ter leurs re­la­tions hu­maines, leur concep­tion de l’amour et de la sexua­li­té.

Mais en dé­pit de cette évo­lu­tion des moeurs, sur­tout de l’emprise de l’in­for­ma­tique, L’IN­FLUENCE DES PLA­NÈTES NE CHANGE PAS LE COM­POR­TE­MENT INI­TIAL DES NA­TIFS DES SIGNES DU ZO­DIAQUE! Ce­pen­dant, au­tre­fois, Plu­ton en Lion por­tait un étu­diant à re­cher­cher des in­fos dans une en­cy­clo­pé­die, mais, au­jourd’hui, il se contente de cli­quer sur Wi­ki­pé­dia ou d’avoir re­cours à Google. Un Sa­git­taire n’ouvre plus un At­las pour pla­ni­fier une croi­sière, il n’a qu’à trou­ver sur le Web un site de voyage, pour voir l’in­té­rieur du ba­teau qu’il pren­dra et de la ca­bine qu’il oc­cu­pe­ra.

Enfin, la conjonc­tion des pla­nètes ou la Pleine Lune in­fluen­ce­ront comme d’ha­bi­tude l’ave­nir et le com­por­te­ment des gens. Mais, à l’ère de l’in­for­ma­tique, ils ne ré­agi­ront pas de la même ma­nière qu’avant, ce qui donne plus de va­leur aux Pré­dic­tions astrologiques 2016 dans ce ma­ga­zine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.