Gra­pho­lo­gie ex­presse

Prédictions Annuelles - - Sommaire - Max OLI­VIER, as­tro­logue

L’ÉCRI­TURE RÉ­VÈLE VOTRE CA­RAC­TÈRE

En plus de l’as­tro­lo­gie, beau­coup d’autres sciences peuvent vous ai­der à com­prendre votre ca­rac­tère et ce­lui des autres. Elles oc­cupent de nos jours une place im­por­tante dans le monde des com­mu­ni­ca­tions. Il en est ain­si no­tam­ment de la GRA­PHO­LO­GIE. Certes avec les nou­velles tech­no­lo­gies du monde nu­mé­rique, on prend moins sou­vent la plume ou le crayon. Mais un mes­sage écrit ou la si­gna­ture d’une per­sonne n’en res­tent pas moins ré­vé­la­teurs de sa cul­ture et de son ca­rac­tère. La GRA­PHO­LO­GIE per­met d’avoir un fi­dèle por­trait de la per­son­na­li­té et du tem­pé­ra­ment des gens.

DES TRAITS DE PLUME RÉ­VÉ­LA­TEURS

L’écri­ture est aus­si ré­vé­la­trice de votre ca­rac­tère et com­por­te­ment que le signe du Zo­diaque sous le­quel vous avez vu le jour. Les qua­li­tés af­fec­tives et in­tel­lec­tuelles sautent aux yeux d’un gra­pho­logue. On ne peut trom­per un ex­pert en ce do­maine. Ain­si des cri­mi­nels ont été iden­ti­fiés après ana­lyse de la ré­dac­tion d’une de leurs mis­sives. Ceux qui pensent pou­voir «dé­gui­ser» leur écri­ture font fausse route!...

Par exemple, une per­sonne gé­né­reuse, ar­dente et pas­sion­née au­ra gé­né­ra­le­ment une écri­ture grasse, har­mo­nieuse et ronde, avec des barres de «t» bien ap­puyées. Mais la per­sonne froide et cal­cu­la­trice au­ra une écri­ture mince, très droite, avec une ab­sence d’ac­cents, de barres des «t» et de points sur les «i».

Il ar­ri­ve­ra aus­si à l’au­teur d’une lettre ou d’un mes­sage de faire des éco­no­mies d’encre, avec des fi­nales de lettres in­formes ou illi­sibles. Ce sont des gens se­crets, qui ne se confient pas fa­ci­le­ment. Ils ne se mêlent pas aux autres, sont so­li­taires et se dis­tinguent dans la vie par une écri­ture aus­si triste qu’eux!

ON ÉCRIT COMME ON PENSE!

Les artistes ont no­tam­ment une écri­ture très pen­chée et même cou­chée sur les lignes, par­fois mon­tante. Ce­la ré­vèle leur en­thou­siasme, l’idéal éle­vé qu’ils en­tre­tiennent, au-des­sus des consi­dé­ra­tions ma­té­rielles et fi­nan­cières. Par­fois leur écri­ture «mon­tante» in­dique qu’ils vivent «dans les nuages». Quant aux traits de plume des ve­dettes pour au­to­gra­phier une po­chette de disque ou un livre, c’est un grif­fon­nage sans in­té­rêt. Chez les hommes d’af­faires, leur si­gna­ture est sou­vent illi­sible, mais leur écri­ture est dif­fé­rente et en dit long sur leur ca­rac­tère et per­son­na­li­té. Les lettres sont bien for­mées. On s’aper­çoit qu’ils sont pra­tiques et cal­cu­la­teurs, d’un tem­pé­ra­ment pai­sible et ré­flé­chi. C’est avec une ab­sence du moindre gas­pillage d’encre ou d’es­pace. Si les phar­ma­ciens par­viennent à lire les or­don­nances des mé­de­cins, c’est parce qu’il s’agit d’un grif­fon­nage en la­tin, que les pa­tients ne doivent pas lire. Avec quelques don­nées, même em­bryon­naires, vous pou­vez avoir du plai­sir à scru­ter, à étu­dier la si­gna­ture et l’écri­ture des gens de votre en­tou­rage. D’après la forme, l’al­lure et la di­men­sion de leur écri­ture, vous au­rez de l’agré­ment à éva­luer leurs qua­li­tés et dé­fauts. On trouve sur le mar­ché d’in­té­res­sants trai­tés de gra­pho­lo­gie, dont la vul­ga­ri­sa­tion s’avé­re­ra pour vous d’un pré­cieux re­cours, d’une com­pré­hen­sion fa­ci­li­tée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.