L’ave­nir des aînés

Prédictions Annuelles - - Sommaire - JEAN DE­NIS, as­tro­logue

Cor­diaux et af­fables, les

BÉ­LIER au­ront peu d’en­nuis avec leur en­tou­rage. Ils mè­ne­ront une exis­tence d’au­tant plus agréable qu’ils au­ront une vie so­ciale ac­tive, en­tou­rés de pa­rents et d’amis dé­voués. Un pro­gramme d’exer­cices les main­tien­dra en forme.

Les TAU­REAU se re­lè­ve­ront vite des pro­blèmes de san­té qui se pré­sen­te­ront. Mais ils au­ront de la dif­fi­cul­té à suivre les ré­gimes qu’on leur im­po­se­ra. Il faut sou­hai­ter qu’ils puissent res­ter long­temps chez eux afin de re­ce­voir au­tant de gens qu’ils veulent.

Le manque de fric n’ob­sé­de­ra plus les GÉ­MEAUX. Pauvres ou riches, ils se­ront heu­reux dans la me­sure où l’on pren­dra soin d’eux, avec des gens veillant à leur bien-être et confort. Avec les moyens de com­mu­ni­ca­tion mo­dernes, la so­li­tude ne leur pè­se­ra pas.

Les CAN­CER vieilli­ront se­rei­ne­ment puis­qu’ils joui­ront d’har­mo­nieuses re­la­tions fa­mi­liales. Ceux vi­vant en couple se por­te­ront ce­pen­dant mieux que les cé­li­ba­taires. Dans une mai­son de re­trai­tés, ils fra­ter­ni­se­ront agréa­ble­ment avec les autres.

En rai­son de leur sens pra­tique et de leur ai­sance fi­nan­cière, les LION joui­ront d’une confor­table re­traite. Quand sur­vien­dra la ma­la­die ou une ré­duc­tion de leur au­to­no­mie, ils pour­ront bé­né­fi­cier de soins at­ten­tifs, même s’ils n’aiment pas dé­pendre des autres.

Le ca­rac­tère hy­po­con­driaque des VIERGE les ren­dra d’un com­merce et d’une com­pa­gnie peu agréables. Chez ceux de ce signe, le moindre ma­laise pren­dra des pro­por­tions hal­lu­ci­nantes. De plus, ils met­tront en doute les re­mèdes et les trai­te­ments qui leur se­ront pres­crits.

À l’heure de la re­traite, les aînés de la BA­LANCE se­ront d’au­tant plus heu­reux et utiles qu’ils res­te­ront ac­tifs. Plu­sieurs fe­ront du bé­né­vo­lat ou mi­li­te­ront au sein d’oeuvres hu­ma­ni­taires. Ce se­ra en dé­non­çant les ma­gouilles et fraudes dont ils se­ront té­moins.

Quand son­ne­ra la re­traite, les SCOR­PION se sen­ti­ront tout d’abord dé­bous­so­lés, dé­con­te­nan­cés. Un cer­tain nombre ne tar­de­ront pas à se dé­ni­cher un nou­vel em­ploi, mais d’autres vé­gé­te­ront dans une in­ac­ti­vi­té qui af­fec­te­ra leur san­té.

Ces grands voya­geurs que sont les SA­GIT­TAIRE pro­fi­te­ront de la re­traite pour faire de plus longues es­ca­pades à l’étran­ger. Qu’ils soient en couple ou cé­li­ba­taires, on trouve aus­si une lé­gion de ces aînés en croi­sière, sur les courts de ten­nis ou sur les ter­rains de golf.

Les CA­PRI­CORNE au­ront en 2018 une vie so­ciale ani­mée. Quelques-uns pro­fi­te­ront de leur confor­table re­traite pour se lan­cer dans une nou­velle en­tre­prise ou don­ner plus d’en­ver­gure à des ac­ti­vi­tés ar­ti­sa­nales, avec tou­te­fois des en­nuis fa­mi­liaux.

On compte chez les

VER­SEAU plus de cé­li­ba­taires que de couples. Gens d’une fa­rouche in­dé­pen­dance, il faut es­pé­rer qu’ils aient une bonne san­té, car ils sont plu­tôt né­gli­gents. Dans le cas contraire, ils ne font confiance qu’à des spé­cia­listes re­con­nus.

Avec leur ab­né­ga­tion, les aînés des POIS­SONS pro­fi­te­ront de la re­traite pour faire du bé­né­vo­lat. Mais de la mé­fiance s’im­po­se­ra. Rien n’est plus fa­cile que d’abu­ser de leur bonne foi. Ils ont tou­te­fois du flair pour dé­ce­ler les pro­po­si­tions mal­hon­nêtes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.