Pré­ve­nir les pro­blèmes psy­cho­lo­giques

Premiere edition - - LA UNE -

tant psy­cho­lo­gi­que­ment que phy­si­que­ment. La psy­cho­logue de Co­teau-du-Lac es­time es­sen­tiel que les pa­rents re­çoivent une for­ma­tion psy­cho­lo­gique, car les be­soins en san­té men­tale mettent une pres­sion gran­dis­sante sur le sys­tème de san­té pu­blique, dé­jà sur­char­gé et sans res­sources fi­nan­cières pour ré­pondre aux de­mandes de la population. Jo­sée Bar­sa­lou af­firme qu’en col­la­bo­rant avec les pa­rents, ces der­niers pour­raient de­ve­nir une nou­velle ca­té­go­rie d’in­ter­ve­nants au­près des en­fants et donc faire en sorte que moins de per­sonnes au­ront à consul­ter un psy­cho­logue. Celles qui consul­te­raient des psy­cho­logues et fré­quen­te­raient des centres spé­cia­li­sés se­raient donc celles qui vivent avec des pro­blèmes psy­cho­lo­giques ma­jeurs et qui ont vrai­ment be­soin de l’aide d’un spé­cia­liste. Ce­la per­met­trait d’éco­no­mi­ser une par­tie des 33 mil­liards de dol­lars en coûts di­rects et in­di­rects que coûte la san­té men­tale à l’État ain­si qu’au sec­teur pri­vé chaque an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.