Por­trait bud­gé­taire po­si­tif pour la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes

Premiere edition - - Actualité - CH­RIS­TO­PHER C. JACQUES JOUR­NA­LISTE MOINS DE STRUC­TURES, P L U S D ’A C T I O N S

Les re­pré­sen­tants de la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes re­con­con­traient les mé­dias jeu­di ma­tin au len­de­main de l’adop­tion son bud­get pour l’an­née fi­nan­cière 2016-2017. Le por­trait est en­viable.

La MRC de Vau­dreuil-Sou­langes connaît une crois­sance im­por­tante de sa po­pu­la­tion et elle en re­tire les di­vi­dendes. En ef­fet, par son sys­tème de quotes-parts qu’elle re­çoit des mu­ni­ci­pa­li­tés en fonc­tion de leurs po­pu­la­tions res­pec­tives, l’ins­tance su­pra­mu­ni­ci­pale jouit d’une si­tua­tion fi­nan­cière en­viable avec un bud­get an­nuel de plus de 25 mil­lions de dol­lars.

ÉCOCENTRES

La MRC compte dé­sor­mais sur un ré­seau de quatre écocentres. En plus de cher­cher à di­mi­nuer l’im­pact de la vie do­mes­tique des Vau­dreuil-Sou­lan­geois sur l’en­vi­ron­ne­ment, les écocentres ont aus­si le de­voir d’avoir un faible im­pact fi­nan­cier.

Plus pré­ci­sé­ment, en fonc­tion d’une ris­tourne sur les pro­jets qui oeuvrent à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et une ges­tion ser­rée, la construc­tion et la ges­tion des écocentres ont un im­pact nul sur les fi­nances de la MRC. « Non seule­ment c’est po­si­tif au point de vue éco­no­mique, mais c’est aus­si bon pour l’en­vi­ron­ne­ment puisque ça li­mite les be­soins d’en­fouis­se­ment qui re­pré­sentent aus­si un coût », ex­plique Jean A. La­londe, maire de TrèsSaint-Ré­demp­teur et pré­fet de la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes. Abo­lies par le pro­jet de loi 28 adop­té en 2014, les Confé­rences ré­gio­nales des élus (CRÉ) étaient des « struc­tures où tra­vaillaient des gens dé­con­nec­tés de la réa­li­té du mi­lieu et qui né­go­ciaient au nom des mu­ni­ci­pa­li­tés avec le gou­ver­ne­ment », aux dires de Guy-Lin Beau­doin, di­rec­teur gé­né­ral de la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes.

L’or­ga­nisme su­pra­mu­ni­ci­pal a été en me­sure de bé­né­fi­cier de la dis­pa­ri­tion de la CRÉ de la Val­lée-du-Haut-SaintLaurent en ob­te­nant la moi­tié du bud­get qui lui était confié pour la pro­mo­tion de la culture et 80% des sommes qui étaient al­louées à l’an­cienne struc­ture pour les pro­grammes en pré­ven­tion de l’éro­sion des sols. « La CRÉ coû­tait des mil­lions pour gé­rer ce qui nous coûte 1600 $ à faire. Leur dis­pa­ri­tion est une bé­né­dic­tion », lance GuyLin Beau­doin qui convient que le fi­nan­ce­ment to­tal de la CRÉ lo­cale n’a pas été trans­fé­ré à la MRC. Or, cette der­nière comble le manque à ga­gner, par exemple, avec les en­tentes gou­ver­ne­men­tales men­tion­nées plus haut.

Aus­si, ces sommes sont-elles dé­pen­sées en fonc­tion d’un plan dé­ter­mi­né par des ac­teurs qui ont les deux pieds dans le mi­lieu concer­né, conclut le di­rec­teur gé­né­ral.

PHO­TO CH­RIS­TO­PHER C. JACQUES

Les re­pré­sen­tants de la MRC de Vau­dreuil-Sou­langes ont pré­sen­té la si­tua­tion fi­nan­cière de l’or­ga­nisme.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.