La mu­ni­ci­pa­li­té des Cèdres vic­time de van­dales

Premiere edition - - Actualité - STÉ­PHANE FORTIER JOURNALISTE

C’est dans la nuit du 30 au 31 juillet que ces der­niers évé­ne­ments se se­raient pro­duits et ces actes s’ajoutent à du van­da­lisme qui a été per­pé­tré deux jours au­pa­ra­vant. Au to­tal, on compte non seule­ment le ci­me­tière, mais aus­si sur des pan­neaux de si­gna­li­sa­tion et sur l’af­fiche du Sa­lon fu­né­raire, si­tués sur le che­min du fleuve.

« Au cours des der­niers jours, avant la Fête du Thuya, des gestes de van­da­lisme ont été po­sés sur des bouées de sau­ve­tage au quai mu­ni­ci­pal, aux pots de fleurs de la bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale, des graf­fi­tis ont été peints sur des voi­tures, et des tables de pique-nique ont été je­tées à l’eau », d’ajou­ter Anne-Ma­rie Dé­ziel, co­or­don­na­trice des loi­sirs à la ville des Cèdres.

DÉPLAISANT

Pour le cu­ré de la pa­roisse Saint-Jo­se­phde-Sou­langes, Gé­rald Sa­reault, ces actes sont in­ac­cep­tables. « Ce ne sont pas de très belles sur­prises. C’est très déplaisant, je di­rais même écoeu­rant, ré­agit vi­ve­ment l’ab­bé Sa­reault. Ce n’est pas la pre­mière fois que ce­la se pro­duit, mais c’est la pre­mière fois qu’il y en a au­tant », ajoute-til. À Saint-La­zare, où l’ab­bé Sa­reault est éga­le­ment cu­ré, il y a éga­le­ment eu ce genre de van­da­lisme au ci­me­tière.

« Il faut re­mon­ter les mo­nu­ments, des croix et autres or­ne­ments sur les mo­nu­ments qui ont été bri­sés. Ce­la coûte cher à ré­pa­rer. Ce­la me choque, c’est un manque de res­pects en­vers ceux qui re­posent au ci­me­tière. Si c’était la tombe d’un membre de leur fa­mille, agi­raient-ils de la même fa­çon? », de­mande le cu­ré de la pa­roisse en par­lant des van­dales. L’ab­bé se rap­pelle qu’une fois, il y avait eu des graf­fi­tis sur la porte de l’église. « Ce genre d’actes me bou­le­verse, d’au­tant qu’il faut pré­ve­nir les fa­milles. Ce n’est pas très agréable », as­sure l’ab­bé Sa­reault.

ASSURABLE OU NON?

Il en coûte un mi­ni­mum de 150 $, voire même sou­vent entre 200 $ et 250 $ pour re­mon­ter les pierres tom­bales, dé­pen­dam­ment de la di­men­sion du mo­nu­ment ré­vèle An­nie Du­bé, de Mo­nu­ments Uni­ver­sels. Et les fa­milles vic­times peuvent-elles être as­su­rées pour ce genre de dom­mages? « C’est pos­sible, mais par­fois, la fran­chise à payer est plus éle­vée que le coût de la ré­pa­ra­tion », de ré­pondre An­nie Du­bé.

« Chaque com­pa­gnie d’as­su­rance a sa propre po­li­tique, sa fa­çon de fonc­tion­ner en cette ma­tière », pré­cise Louise Gi­roux de Pro­mu­tuel As­su­rance. Ce­la dé­pend de l’as­su­rance ha­bi­ta­tion. Il est pos­sible d’ajou­ter les mo­nu­ments fu­né­raires avec un sup­plé­ment et sans qu’il soit né­ces­saire de payer une fran­chise en ce qui nous concerne », ex­plique-t-elle.

Pas moins de 24 pierres tom­bales ont été van­da­li­sées dans le ci­me­tière des Cèdres.

DES SUS­PECTS ARRÊTÉS, MAIS…

Le 1er août der­nier, cinq sus­pects d’âge mi­neur ont été arrêtés suite à une en­quête sur des mé­faits com­mis le 28 juillet der­nier, tou­jours aux Cèdres, à l’aide de ca­nettes de pein­ture. « Pour l’ins­tant, rien ne nous per­met de croire que ces cinq sus­pects ap­pré­hen­dés sont liés aux évé­ne­ments qui se sont dé­rou­lés entre le 30 et le 31 juillet, in­dique tou­te­fois la ser­gente Au­ré­lie Guin­don de la Sû­re­té du Qué­bec. Pour ce qui est des der­niers évé­ne­ments, l’en­quête est tou­jours en cours », men­tionne-t-elle.

En ef­fet, au mo­ment d’écrire ces lignes, au­cune ar­res­ta­tion n’avait été ef­fec­tuée en lien avec le van­da­lisme cau­sé dans le ci­me­tière des Cèdres.

PHOTOTHÈQUE

Il y avait long­temps que de tels gestes n’avaient été po­sés aux Cèdres.

PHO­TO STÉ­PHANE FORTIER

Le van­da­lisme per­pé­tré au ci­me­tière des Cèdres est un manque de res­pect en­vers les dé­funts, se­lon le cu­ré Gé­rald Sa­reault.

PHOTOTHÈQUE

Pas moins de 24 mo­nu­ments ont été abî­més.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.