Fran­cis La­fre­nière perd sa cein­ture NABO chez les moyens

Premiere edition - - Sports - YA N I C K M I C H A U D

D I R E C T E U R D E L’ I N F O R M AT I O N

C’est Al­bert Ono­lu­nose, un pu­gi­liste al­ber­tain d’adop­tion, d’ori­gine ni­gé­riane, qui l’a em­por­té par dé­ci­sion ma­jo­ri­taire des juges (97-93, 95-95 et 96-94) et qui est main­te­nant dé­ten­teur du titre des poids moyens de la NABO.

Ono­lu­nose n’a tou­te­fois pas fait l’una­ni­mi­té chez les ama­teurs de boxe. Constam­ment ac­cro­ché à La­fre­nière qui ten­tait de lan­cer des at­taques, il a neu­tra­li­sé le com­bat qui n’a ja­mais res­sem­blé à un duel de boxe.

Même si les coups de La­fre­nière ont por­té plus sou­vent, ce der­nier su­bit un pre­mier re­vers après une sé­quence de 14 gains qui s’était amor­cée en no­vembre 2013.

« C’était un com­bat dé­ce­vant. Je me sen­tais bien, j’étais en forme. L’ad­ver­saire ne m’a pas lais­sé tra­vailler, il ac­cro­chait tout le temps. Je suis sur­pris de l’is­sue du com­bat. Il m’a constam­ment ame­né dans les câbles », a lan­cé, désap­poin­té, le Cham­pion du peuple. « On va s’as­seoir et s’ajus­ter. Ce n’est pas la fin pour moi. C’est une oc­ca­sion de re­nou­veau. »

La foule au Ca­si­no était évi­dem­ment ran­gée der­rière le fa­vo­ri lo­cal. C’était le cas éga­le­ment dans de nom­breux éta­blis­se­ments du Qué­bec qui dif­fu­saient l’af­fron­te­ment. « J’ai eu un beau sup­port des fans. Tout le monde criait pour moi mal­gré la dé­faite. Je ne vois pas de né­ga­tif pour l’ins­tant », a ad­mis le pu­gi­liste d’ici.

AMER RE­VERS

Les par­ti­sans jus­te­ment étaient très dé­çus du dé­rou­le­ment du match, mais aus­si de la dé­ci­sion des juges. C’est le cas des di­ri­geants de boxe qui ont eu du mal à com­prendre. « La per­sonne qui a le plus in­fluen­cé le com­bat, c’est l’ar­bitre. L’ar­bitre au­rait dû in­ter­ve­nir tôt pour em­pê­cher Al­bert de re­te­nir. C’est dom­mage, car je ne crois pas que le meilleur a ga­gné ce soir. Ce­lui qui a ga­gné, c’est ce­lui qui a été ca­pable de jouer avec les rè­gle­ments et de s’en ti­rer », a consta­té Yvon Mi­chel, le pro­mo­teur et grand homme de boxe dans la pro­vince, mais par­tout ailleurs.

Il ad­met ce­pen­dant que La­fre­nière ne se lais­se­ra pas abattre. « Je ne suis pas dé­çu outre me­sure pour Fran­cis. Je sais qui il est. C’est un gars rem­pli de dé­ter­mi­na­tion et de coeur. Il va re­ve­nir. On va ten­ter de lui avoir un com­bat re­vanche. Si­non nous irons dans une autre di­rec­tion, car on l’aime beau­coup. »

Pour­tant La­fre­nière s’était bien pré­pa­ré pour cet af­fron­te­ment, al­lant même jus­qu’à te­nir un camp pré­pa­ra­toire à Bos­ton. « Ce soir, Fran­cis doit avoir le coeur bri­sé parce qu’il a tra­vaillé tel­le­ment fort pour al­ler cher­cher cette cein­ture. Mais le so­leil va se le­ver de­main et on va trou­ver des so­lu­tions », a conclu Yvon Mi­chel.

À l’is­sue d’un com­bat au cours du­quel il n’a ja­mais vrai­ment pu prendre sa vi­tesse de croi­sière, le boxeur de Co­teau-du-Lac, Fran­cis La­fre­nière s’est in­cli­né jeu­di soir au Ca­si­no de Mon­tréal.

PHO­TO GUILLAUME DE CHAN­TAL

Cer­tains ont cri­ti­qué le style d’Ono­lu­nose, tan­dis que d’autres ont par­lé du tra­vail de l’ar­bitre.

PH OTO GU IL LAUME DE CH AN­TA L

Fran­cis La­fre­nière pen­sait bien avoir rem­por­té le duel à l’is­sue de ce match qui au­ra été un peu loin de ce que la boxe doit être.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.