Un Per­ro­tois dé­fen­dra les cou­leurs du Ca­na­da à Rome

Premiere edition - - Actualité - STÉ­PHANE FOR­TIER JOUR­NA­LISTE

Do­mi­nic Pa­try-Sau­vé, un so­lide gaillard de L’Île-Per­rot, se ren­dra à Rome pour le Cham­pion­nat du Monde Bat­tle of the Na­tions de la His­to­ri­cal Me­die­val Bat­tle (HMB) qui dé­bu­te­ra le 3 mai.

Par la suite, il se ren­dra en Écosse, à Scone Pa­lace, une com­pé­ti­tion de l’autre or­ga­ni­sa­tion la In­ter­na­tio­nal soit la Me­die­val Com­bat Fe­de­ra­tion (IMCF) où là, il re­pré­sen­te­ra le Qué­bec le 10 mai dans le cadre d’un autre cham­pion­nat mon­dial. Il avait préa­la­ble­ment fait les qua­li­fi­ca­tions pour l’équipe qué­bé­coise. L’an­née der­nière, il était al­lé au Da­ne­mark et au cours de l’hiver (où il s’est qua­li­fié pour les quarts de fi­nale), il a par­ti­ci­pé à une com­pé­ti­tion à Mos­cou. Il va peut-être d’ailleurs y re­tour­ner en no­vembre pro­chain. In­ci­dem­ment, les Russes sont consi­dé­rés comme les meilleurs au monde. « Les Ukrai­niens sont forts aus­si, de dire ce­lui qui s’est clas­sé 2e lors d’une com­pé­ti­tion à Phi­la­del­phie. En pas­sant, Do­mi­nic, 33 ans, est ca­pi­taine de l’équipe de Mon­tréal où il s’en­traîne deux fois par se­maine dans le quar­tier Ro­se­mont.

LE BÉHOURD

Plu­sieurs ca­té­go­ries sont ins­crites dont celle à la­quelle par­ti­cipe Do­mi­nic soit le béhourd. Le béhourd est un sport de com­bat im­pli­quant l’uti­li­sa­tion d’armes et d’ar­mures is­sues du Moyen Âge. Les armes et l’ar­mure uti­li­sées par un par­ti­ci­pant doivent être is­sues de la même ré­gion et de la même époque (com­prise entre 1200 et 1699). Con­trai­re­ment aux re­cons­ti­tu­tions de ba­tailles historiques, le béhourd est un sport ré­gi par des règles et né­ces­site la pré­sence d’ar­bitres. Afin de ré­duire les bles­sures, le ma­té­riel est soi­gneu­se­ment vé­ri­fié avant les ba­tailles, toutes les armes sont émous­sées.

« Mais je par­ti­ci­pe­rai au com­bat en équipe. Ce­la peut être 3, 5 voire 21 com­bat­tants à la fois », pré­cise Do­mi­nic Pa­try-Sau­vé qui se qua­li­fie lit­té­ra­le­ment de geek du com­bat mé­dié­val. Mais comment est ve­nue cette pas­sion? « J’ai com­men­cé avec le gran­deur na­ture, un jeu de rôle et quand j’étais ado­les­cent, j’al­lais sur le mont Ri­gaud. Je me suis en­suite in­té­res­sé aux com­bats mé­dié­vaux et, comme pour n’im­porte quel sport, si tu aimes ça, tu conti­nues », re­late-t-il.

Quant aux com­bats, les bel­li­gé­rants se battent avec de vraies armes en acier trem­pé et les pointes des épées et des haches sont ar­ron­dies. « Évi­dem­ment, on ne parle pas de com­bat à mort, pas plus qu’à l’époque mé­dié­vale, d’ailleurs », rap­pelle Do­mi­nic. Dans la ca­té­go­rie du béhourd, par exemple, l’ob­jec­tif est de mettre les ad­ver­saires au sol (trois points d’ap­pui). La plu­part des coups sont per­mis, mais il est in­ter­dit de frap­per les ge­noux, de faire des es­tocs et de don­ner un coup à plat au ni­veau de cou. Les com­bats du­rant en moyenne 45 se­condes.

« Il y a beau­coup de tech­niques à ap­pri­voi­ser. Il faut par­fois al­ler pui­ser dans de vieux ma­nus­crits et cher­cher des trucs dans d’autres formes d’arts mar­tiaux », ex­plique Do­mi­nic.

Épées, haches et fau­chons sont par­ti­cu­liè­re­ment uti­li­sés pour les com­bats, que l’on parle de duels ou de com­bats en équipe.

PA S P O U R L A G LO I R E

Do­mi­nic Pa­try-Sau­vé avoue can­di­de­ment qu’il ne par­ti­cipe pas à ce genre de com­pé­ti­tion pour les hon­neurs. « Je le fais pour m’amé­lio­rer. Je veux voir jus­qu’où je peux al­ler dans ce sport. Mon but ul­time n’est pas de ga­gner des mé­dailles, j’ai juste du plai­sir à le faire. C’est sûr qu’on en res­sort avec quelques bleus, ça fait mal, mais je conti­nue », dit-il.

Éven­tuel­le­ment, il ai­me­rait par­ti­ci­per à des joutes équestres, mais ce­la prend une ar­mure spé­ciale pour la joute et… un che­val bien sûr.

Il ar­rive que Do­mi­nic par­ti­cipe à des dé­mons­tra­tions, his­toire d’in­té­res­ser le pu­blic à ce sport. « Je suis d’ailleurs en pour­par­lers avec la Ville de Bou­cher­ville pour une jour­née mé­dié­vale », in­dique-t-il.

En at­ten­dant, on ne peut que lui sou­hai­ter de conti­nuer d’avoir du plai­sir à pra­ti­quer ce sport qui sort de l’or­di­naire.

PHO­TO FA­CE­BOOK DO­MI­NIC PA­TRY-SAU­VÉ

Avec l’équipe du Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.