Quand un tri­ath­lo­nien re­monte la pente

Premiere edition - - Sports - STÉ­PHANE FOR­TIER JOUR­NA­LISTE ÉCOU­TER SON CORPS

Un jeune homme de Vau­dreuilDo­rion, Xa­vier Gre­nier Ta­la­ve­ra, âgé de 23 ans, par­ti­cipe à des com­pé­ti­tions de triath­lon de ni­veau international.

Xa­vier se range dans les meilleurs et à 18 ans, il par­ti­cipe à ses pre­miers cham­pion­nats

du monde.

Il faut d’abord sa­voir que le triath­lon est com­po­sé de trois dis­ci­plines soit la course, la na­ta­tion et le cyclisme. Xa­vier a com­men­cé à l’âge de 8 ans. Au dé­but, il pra­ti­quait plu­sieurs sports dif­fé­rents. « La pre­mière course à la­quelle j’ai par­ti­ci­pé, je suis ar­ri­vé pre­mier…, mais on n’était que deux cou­reurs », ra­conte Xa­vier en riant. Ce der­nier a joué au soc­cer, au ho­ckey et c’est jus­te­ment lors­qu’il pra­ti­quait ce sport que ce der­nier a en­ten­du par­ler du triath­lon puis­qu’il a ren­con­tré quel­qu’un qui fai­sait par­tie du club Tri-O-Lacs, un or­ga­nisme re­grou­pant no­tam­ment des ath­lètes de Vau­dreuil-Sou­langes.

De­puis ce temps, Xa­vier se range tou­jours dans les meilleurs et à 18 ans, il par­ti­cipe à ses pre­miers cham­pion­nats du monde. « Ce­la de­mande beau­coup d’en­traî­ne­ment et on doit s’exi­ler vers le sud afin de bé­né­fi­cier de bonnes condi­tions d’en­traî­ne­ment et être le plus com­pé­ti­tif pos­sible. Il faut évi­ter l’hi­ver », men­tionne Xa­vier qui étu­die à temps par­tiel en com­merce et qui fait une ma­jeure en comp­ta­bi­li­té à l’Uni­ver­si­té Con­cor­dia. Au cours de la sai­son es­ti­vale, la plu­part des com­pé­ti­tions se dé­roulent en Eu­rope. On parle d’une ving­taine par an­née en­vi­ron. « Je di­rais que je suis par­ti six mois par an­née pour faire de la com­pé­ti­tion », de dire ce­lui qui a com­pé­ti­tion­né sur tous les conti­nents sauf l’Afrique. Au cours de la der­nière an­née, le tri­ath­lo­nien Xa­vier Gre­nier Ta­la­ve­ra a connu un pas­sage à vide au point où il a même pen­sé aban­don­ner la com­pé­ti­tion. « L’an­née 2017 a été spé­ciale. J’ai dû com­po­ser avec un cas sé­vère de sur­en­traî­ne­ment. Cer­tains pour­raient ap­pe­ler ce­la un burn-out. Ton corps t’en­voie des si­gnaux, tu te dois de les écou­ter, au­tre­ment tout peut lâ­cher. J’ai dû ar­rê­ter pen­dant 6 mois. Il a fal­lu me re­faire une san­té. J’ai re­pris l’en­traî­ne­ment, mais je ré­cu­père len­te­ment. C’est ty­pique de ce sport, d’ailleurs, car à la base, le triath­lon est un sport qui se dé­ve­loppe sur le long terme », ex­plique Xa­vier, qui, pour se his­ser par­mi les tops, doit consa­crer entre 20 à 30 heures par se­maine à l’en­traî­ne­ment.

De bons ré­sul­tats, Xa­vier en a eu plu­sieurs. Il a no­tam­ment été cham­pion pan­amé­ri­cain au dis­tance et au sprint (vé­lo) et a pris le 9e rang au Cham­pion­nat du monde U-23. Ce qu’il au­rait à amé­lio­rer? « Cer­tai­ne­ment la course à pied », de ré­pondre spon­ta­né­ment Xa­vier.

Ce qui est im­por­tant pour lui, c’est de trou­ver un bon équi­libre, être bien en­tou­ré et plus at­ten­tif aux si­gnaux que son corps peut lui en­voyer. « Il faut être ca­pable de dé­tec­ter si ce­la penche plus d’un cô­té que de l’autre. C’est ça qui est le plus dif­fi­cile », af­firme-t-il en conclu­sion.

PHOTOTHÈQUE

Xa­vier Gre­nier Ta­la­ve­ra en pleine com­pé­ti­tion.

PHOTOTHÈQUE

Le vé­lo est l’une des forces de Xa­vier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.