Le ter­rain du fu­tur hô­pi­tal dé­zo­né

Premiere edition - - La Une - STÉ­PHA­NIE LA­CROIX

Qué­bec confir­mait ré­cem­ment que le ter­rain choi­si pour la construc­tion du fu­tur hô­pi­tal de Vau­dreuil-Sou­langes bé­né­fi­cie­ra d’une au­to­ri­sa­tion d’usage pour des fins autres que l’agri­cul­ture. La nou­velle est tou­te­fois loin de plaire aux re­pré­sen­tants du mi­lieu agri­cole.

Le mi­nistre Gaé­tan Bar­rette, ain­si que les dé­pu­tées de Vau­dreuil et de Sou­langes Ma­rie-Claude Ni­chols et Lu­cie Char­le­bois, an­non­çaient la se­maine der­nière que la dé­marche de dé­zo­nage avait été réa­li­sée confor­mé­ment à la Loi sur la pro­tec­tion du ter­ri­toire et des ac­ti­vi­tés agri­coles.

« Le site qui a été choi­si est le seul à of­frir l’es­pace né­ces­saire pour la construc­tion de cet hô­pi­tal d’en­ver­gure. Nous vou­lions évi­ter le scé­na­rio vé­cu dans d’autres ré­gions en forte crois­sance dé­mo­gra­phique qui se sont re­trou­vées avec des éta­blis­se­ments en­cla­vés », a lais­sé sa­voir Gaé­tan Bar­rette par voie de com­mu­ni­qué.

« L’au­to­ri­sa­tion vient conso­li­der le choix du ter­rain, et ce, pa­ral­lè­le­ment au pro­ces­sus d’ac­qui­si­tion. Chaque étape me­nant à la construc­tion de l’hô­pi­tal est es­sen­tielle et j’en suis heu­reuse pour les gens de la ré­gion », a pour sa part ex­pri­mé la dé­pu­tée de Sou­langes Lu­cie Char­le­bois.

L E V É E D E B O U C L I E R S D E L’ U PA

À la suite de cette an­nonce, l’Union des pro­duc­teurs agri­coles (UPA) Mon­té­ré­gie a pu­blié un com­mu­ni­qué dé­plo­rant l’im­pact de cette dé­ci­sion sur le pa­tri­moine agri­cole du Qué­bec.

En ef­fet, l’UPA dé­plore d’em­blée le fait que la construc­tion de l’hô­pi­tal sur le site choi­si force la des­truc­tion de près de 25 hec­tares des plus belles terres agri­coles du Qué­bec.

L’UPA se dé­sole du fait que le gou­ver­ne­ment a pris la dé­ci­sion d’al­ler de l’avant avec ce site mal­gré l’avis contraire émis en mai der­nier par la Com­mis­sion de pro­tec­tion du ter­ri­toire agri­cole du Qué­bec (CPTAQ ). Elle s’ap­puie d’ailleurs sur ce rap­port dé­po­sé au prin­temps pour de­man­der une ré­vi­sion du choix du site.

R A P P O R T D E L A C P TAQ

En mars 2018, le mi­nistre Gaé­tan Bar­rette a de­man­dé à la CPTAQ de for­mu­ler un avis en lien avec le site choi­si pour l’hô­pi­tal. Rap­pe­lons que ce site est si­tué en bor­dure de la route 340, à la jonc­tion de la route Har­wood, à Vau­dreuil-Do­rion.

La CPTAQ a fait ses de­voirs, et a dé­po­sé un rap­port étof­fé le 25 mai der­nier. Au fi­nal, elle re­jette ce site et pré­sente plu­sieurs ar­gu­ments en ce sens.

Elle sou­ligne entre autres que l’ar­ri­vée de l’hô­pi­tal dans ce sec­teur de la ville contri­bue­ra à en­cou­ra­ger le dé­ve­lop­pe­ment des zones en­vi­ron­nantes, créant une pres­sion d’ur­ba­ni­sa­tion sur le mi­lieu agri­cole.

« Le pro­jet porte un mes­sage d’ur­ba­ni­sa­tion de la zone agri­cole qui fa­vo­ri­se­ra l’ac­ca­pa­re­ment d’autres terres par des non-agri­cul­teurs à des fins spé­cu­la­tives. D’ailleurs, il est pro­bable que les pres­sions d’ur­ba­ni­sa­tion du ter­ri­toire soient dé­jà en cours de­puis l’an­nonce du pro­jet. Per­mettre une ac­ti­vi­té non-agri­cole sur le site vi­sé irait à l’en­contre des ef­forts dé­ployés au fil des ans par la Com­mis­sion pour as­su­rer la pé­ren­ni­té de ce ter­ri­toire agri­cole et pour fa­vo­ri­ser la pro­tec­tion et le dé­ve­lop­pe­ment des ac­ti­vi­tés et des en­tre­prises agri­coles qui s’y trouvent », peut-on lire.

Q U ’ E N E S T- I L D E S A U T R E S S I T E S ?

Le rap­port de la CPTAQ nous ra­mène éga­le­ment quelques an­nées en ar­rière, au mo­ment où plu­sieurs sites étaient à l’étude.

La CPTAQ a mis la main sur un do­cu­ment de tra­vail d’un co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel da­tant de 2013 qui re­jette le site ac­tuel « car il pré­sente cer­taines contraintes re­liées à la san­té pu­blique et au contour­ne­ment de la cir­cu­la­tion lourde, mais, sur­tout, il im­pli­que­rait un re­trait du ter­ri­toire agri­cole que de­vra au­to­ri­ser la CPTAQ , et va à l’en­contre du PMAD de la CMM et des orien­ta­tions gou­ver­ne­men­tales en ma­tière d’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire ».

Pour­tant, on ap­prend éga­le­ment dans le rap­port de la CPTAQ que le Mi­nis­tère de la San­té et des Ser­vices so­ciaux a en­tre­pris les dé­marches pour ré­ser­ver le site vi­sé avant même la fin des tra­vaux du co­mi­té de tra­vail in­ter­mi­nis­té­riel qui le re­je­tait.

De plus, en 2013, la su­per­fi­cie pro­je­tée du pro­jet était de 25 hec­tares, car « il vi­sait aus­si l’im­plan­ta­tion d’un CLSC, de bu­reaux ad­mi­nis­tra­tifs et d’un CHSLD. De­puis, de nom­breux ser­vices dans le do­maine de la san­té, lo­ca­li­sés à dif­fé­rents en­droits dans la ville de Vau­dreuil-Do­rion, se sont re­grou­pés sur le bou­le­vard de la Gare in­cluant le CLSC, un Centre de ser­vices am­bu­la­toires, des bu­reaux ad­mi­nis­tra­tifs ain­si que des cli­niques mé­di­cales spé­cia­li­sées. Mal­gré ces mo­di­fi­ca­tions, la su­per­fi­cie re­quise de­meure la même, jus­ti­fiée da­van­tage par des contraintes propres au site vi­sé que par les be­soins in­trin­sèques du pro­jet ».

Le rap­port dé­montre aus­si, preuve à l’ap­pui, que la ré­cente an­nonce de l’aug­men­ta­tion du nombre de lits ne né­ces­site pas d’ac­croître la su­per­fi­cie d’im­plan­ta­tion.

C O N C L U S I O N D E L A C P TAQ

En conclu­sion, la CPTAQ in­dique que « le pro­jet contre­vient to­ta­le­ment aux ob­jec­tifs de la Loi sur la pro­tec­tion du ter­ri­toire et des ac­ti­vi­tés agri­coles ain­si qu’aux orien­ta­tions gou­ver­ne­men­tales et au PMAD. De l’avis de la Com­mis­sion, avant d’en­vi­sa­ger l’im­plan­ta­tion d’un équi­pe­ment de cette en­ver­gure à cet en­droit, le gou­ver­ne­ment doit mi­nu­tieu­se­ment éva­luer toutes les op­tions dis­po­nibles hors de la zone agri­cole. En rai­son du dé­ve­lop­pe­ment ac­tuel de Vau­dreuil-Do­rion, il se­rait per­ti­nent d’im­po­ser ra­pi­de­ment une ré­serve fon­cière sur les autres sites à éva­luer. »

« Per­sonne ne re­met en ques­tion la per­ti­nence de construire un hô­pi­tal pour des­ser­vir la po­pu­la­tion de ce ter­ri­toire. Par contre, je doute de l’ac­cep­ta­bi­li­té so­ciale du pro­jet ac­tuel en rai­son de l’em­pla­ce­ment choi­si et de la su­per­fi­cie exi­gée », conclut pour sa part Ch­ris­tian Saint-Jacques, pré­sident de l’UPA Mon­té­ré­gie.

PHO­TO VIVA MÉ­DIA

Le gou­ver­ne­ment avait fait l’an­nonce du ter­rain en avril 2016.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.