L’ab­so­lu­tion condi­tion­nelle pour tra­vailler avec les en­fants

Premiere edition - - La Une - STEVE SAU­VÉ JOUR­NA­LISTE

De­pas­sage au pa­lais de jus­tice de Val­ley­field le mar­di 3 juillet, Ka­ryne La­tour, 36 ans, a vu son avo­cat Me Marc Lavoie pro­po­ser à la juge que sa cliente puisse bé­né­fi­cier d’une ab­so­lu­tion condi­tion­nelle afin qu’elle soit apte à en­tre­prendre un tra­vail en gar­de­rie.

Les faits re­pro­chés à la dame qui sou­haite en­tre­prendre des études col­lé­giales en ser­vice de garde sont re­la­ti­ve­ment graves. Lors d’une vé­ri­fi­ca­tion po­li­cière d’un vé­hi­cule, les agents ont dé­cou­vert que Ka­ryne La­tour était en pos­ses­sion de deux grammes de can­na­bis et de 59 com­pri­més de mé­tham­phé­ta­mine. Afin de jus­ti­fier sa pos­ses­sion, l’ac­cu­sée a in­di­qué à la juge qu’en ache­tant une grande quan­ti­té de com­pri­més, qu’elle ob­te­nait un meilleur prix à l’uni­té.

« Avec un ca­sier ju­di­ciaire, il se­ra dif­fi­cile pour ma cliente de tra­vailler dans le do­maine des gar­de­ries, ex­plique Me Marc Lavoie. C’est son pro­jet de car­rière. C’est en­core em­bryon­naire, mais très réa­liste. »

Me Kim Émond, pro­cu­reure au Di­rec­teur des pour­suites cri­mi­nelles et pé­nales n’avait pas le même dis­cours que son confrère. « C’est une quan­ti­té im­por­tante de drogue dure, in­siste la ju­riste au­près de la juge Doucet. C’est tout en l’hon­neur de l’ac­cu­sée si elle a ar­rê­té de consom­mer comme elle le fait sa­voir. Tou­te­fois, je crois que le tri­bu­nal de­vrait prio­ri­ser la dis­sua­sion. De­vant les faits, il se­rait pré­fé­rable que l’ac­cu­sée soit condam­née à une sen­tence sus­pen­due avec l’obli­ga­tion d’ef­fec­tuer 50 heures de tra­vaux com­mu­nau­taires. »

Bien qu’elle était hé­si­tante, la juge Ma­rie-Chan­tal Doucet a ac­cep­té d’en­té­ri­ner la sug­ges­tion de la dé­fense. Par consé­quent, Ka­ryne La­tour a vu la juge im­po­ser une ab­so­lu­tion condi­tion­nelle à une pro­ba­tion de 12 mois avec sui­vis et à l’exé­cu­tion de 50 heures de tra­vaux com­mu­nau­taires à être ef­fec­tués dans un dé­lai de neuf mois.

La juge Ma­rie-Chan­tal Doucet a ac­cep­té de pro­non­cer une ab­so­lu­tion condi­tion­nelle en­vers une ac­cu­sée afin que cette der­nière n’ait pas de dos­sier ju­di­ciaire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.