Il y a au­ra une se­maine na­tio­nale contre l’al­cool au vo­lant

Pré­ven­tion de la conduite avec fa­cul­tés af­fai­blies

Progrès Saint-Leonard - - INVESTISSEMENTS À SANTA-CABRINI - AU­DREY GAU­THIER au­drey.gau­thier@tc.tc

SO­CIÉ­TÉ. La troi­sième se­maine du mois de mars se­ra dé­sor­mais la Se­maine na­tio­nale de la pré­ven­tion de la conduite avec fa­cul­tés af­fai­blies. La mo­tion de Ni­co­la Di Iorio a été adop­tée à l’una­ni­mi­té par la Chambre des com­munes.

Le 7 fé­vrier a été une jour­née très im­por­tante pour le dé­pu­té de SaintLéo­nard–Saint-Mi­chel. Sa mo­tion qui lui te­nait très à coeur a fait l’una­ni­mi­té au gou­ver­ne­ment fé­dé­ral.

« Je ne peux pas dé­crire les émo­tions très fortes que j’ai res­sen­ties. Tous les dé­pu­tés se sont le­vés après l’adop­tion et 295 élus sont ve­nus me faire l’ac­co­lade. C’est phé­no­mé­nal », sou­ligne ému M. Di Iorio.

Cette se­maine de pré­ven­tion était un pro­jet pri­mor­dial pour le dé­pu­té. Sa fille Clau­dia a été bles­sée gra­ve­ment lors d’une col­li­sion en 2010. Le Léo­nar­dois oeuvre de­puis ce temps à di­mi­nuer le nombre d’ac­ci­dents de la route en lien avec les fa­cul­tés af­fai­blies.

« Lorsque la mo­tion a été adop­tée, ma fille était dans la ga­le­rie. Elle a été l’ins­pi­ra­tion der­rière cette mo­tion. C’était très tou­chant », men­tionne le co­fon­da­teur des billets Co­ol Taxi.

LES AC­TIONS

La pre­mière Se­maine na­tio­nale de la pré­ven­tion de la conduite avec fa­cul­tés af­fai­blies com­men­ce­ra en 2018.

« La mo­tion est le point de dé­part. C’est comme notre per­mis de construc­tion. Là, nous avons les fon­da­tions du pro­jet et il ne reste plus qu’à lui don­ner vie», illustre le dé­pu­té fé­dé­ral.

L’élu n’a que quelques se­maines pour mo­bi­li­ser ses troupes ain­si que pour mettre en place des ac­tions pour pré­ve­nir la conduite avec fa­cul­tés af­fai­blies. Un man­dat de taille, avoue-t-il.

« C’est énorme ce qu’il reste à faire. Nous de­vons mo­bi­li­ser un pays en en­tier au­tour d’une cause. Nous avons peu de temps, mais nous ne pou­vions pas pas­ser à cô­té d’une autre an­née avant d’agir. Je ne pou­vais pas ac­cep­ter ce­la, car la pré­ven­tion per­met de sau­ver des vies », af­firme M. Di Iorio.

Au cours des pro­chaines se­maines, le dé­pu­té ren­con­tre­ra les mi­nistres ain­si que les di­rec­tions de la sé­cu­ri­té pu­blique afin de mettre en place la se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.