COMMENT DÉ­BOU­CHER UNE OREILLE ?

Québec Science - - ENTREVUE - E.M.

> « Il ne faut ja­mais – JA­MAIS! – uti­li­ser le co­ton-tige. nd Si on peut pas­ser ce mes­sage, on va évi­ter beau­coup de per­fo­ra­tions tym­pa­niques », met en garde le doc­teur Is­sam Sa­li­ba, pro­fes­seur en oto-rhi­no-la­ryn­go­lo­gie à l’Uni­ver­si­té de Montréal. « Ça ne net­toie pas l’oreille. On croit qu’on l’a fait, mais c’est faux. »

La pa­roi du conduit au­di­tif est ta­pis­sée de pe­tits cils qui sont très ef­fi­caces pour ache­mi­ner le cé­ru­men vers l’ex­té­rieur. Le co­ton-tige, quand il est frot­té sur le conduit de l’oreille, les dé­truit. « On entre dans un cercle vi­cieux : on dé­truit les cils, puis l’oreille a du mal à éli­mi­ner le cé­ru­men [NDLR : com­mu­né­ment ap­pe­lé la “cire”], et on revient en­core avec le co­ton-tige », dé­plore le doc­teur Sa­li­ba. Pour net­toyer ou dé­bou­cher vos oreilles dans les règles de l’art, uti­li­sez une dé­bar­bouillette. « Le doigt, dans la dé­bar­bouillette, va al­ler cher­cher ce que l’oreille elle-même a éli­mi­né », ex­plique le spé­cia­liste.

Cer­tains in­di­vi­dus pro­duisent plus de cé­ru­men que la moyenne des gens. Si c’est votre cas, consultez votre mé­de­cin. Il vous di­ri­ge­ra vers un O.R.L. qui dis­pose d’ins­tru­ments pour l’as­pi­rer. Autre mé­thode pour éva­cuer le cé­ru­men: « L’huile d’olive et l’huile mi­né­rale, ça fait ra­mol­lir les bou­chons ! » in­dique le doc­teur Sa­li­ba. Ins­tillez une goutte dans l’oreille at­teinte 2 fois par se­maine, et uti­li­sez en­suite la mé­thode de la dé­bar­bouillette.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.