15 COMMENT « BOOS­TER » SON SYS­TÈME IM­MU­NI­TAIRE ?

Québec Science - - ENTREVUE -

Hé­las, le sys­tème im­mu­ni­taire n’est pas un guer­rier gau­lois : au­cune po­tion magique, ali­ment, sup­plé­ment ou autre vi­ta­mine ne peut le rendre in­vin­cible.

Comme son nom l’in­dique, le sys­tème im­mu­ni­taire est un sys­tème, très com­plexe, qui fait in­ter­ve­nir des cen­taines de mo­lé­cules et de cel­lules dont les in­ter­ac­tions sont fi­ne­ment ré­gu­lées. Dif­fi­cile, donc, de boos­ter tout ce pe­tit monde sans le dé­ré­gler, quand bien même on sau­rait le faire!

En fait, ce se­rait même une as­sez mau­vaise idée. Pour mieux com­prendre, il faut sa­voir qu’on dis­tingue l’im­mu­ni­té in­née de l’adap­ta­tive. La pre­mière est une ré­ponse im­mé­diate qui consti­tue la ligne de dé­fense ini­tiale. Elle re­pose sur­tout sur des cel­lules « man­geuses » d’in­trus, qui ne tiennent pas compte de la na­ture de l’en­ne­mi, et qui pro­voquent une ré­ac­tion in­flam­ma­toire as­so­ciée à des symp­tômes désa­gréables (fièvre, dou­leurs, etc.). L’im­mu­ni­té adap­ta­tive, elle, est la deuxième ligne de dé­fense. Elle fait ap­pel à une ar­mée de lym­pho­cytes B et T qui pro­duisent des an­ti­corps ou sont do­tés de ré­cep­teurs per­met­tant la re­con­nais­sance ci­blée d’une mul­ti­tude d’agents in­fec­tieux. On ac­quiert cette im­mu­ni­té spé­ci­fique à force d’être confron­té à des in­fec­tions, ou par la vac­ci­na­tion qui reste le meilleur moyen de boos­ter son im­mu­ni­té. Ren­for­cer l’une ou l’autre de ces ar­mées ne ser­vi­rait pas à grand­chose : c’est le cô­té adap­table du sys­tème – il s’ac­tive seule­ment quand né­ces­saire – qui le rend si per­for­mant.

D’ailleurs, les per­sonnes qui ont un sys­tème im­mu­ni­taire trop ré­ac­tif sont su­jettes aux ma­la­dies au­to-im­munes. C’est ce qu’a dé­mon­tré en 2016 l’équipe de Luis Bar­rei­ro, cher­cheur au Centre de re­cherche du CHU Sainte-Justine: les Afro-Amé­ri­cains, qui ont une ré­ponse im­mu­ni­taire aux in­fec­tions beau­coup plus forte que les Blancs, sont aus­si plus sus­cep­tibles de dé­ve­lop­per des ma­la­dies in­flam­ma­toires et au­to-im­munes, comme la ma­la­die de Crohn.

Alors, comment peut-on se pré­pa­rer à af­fron­ter rhumes et gas­tros ? Une chose est sûre: de ma­nière gé­né­rale, le fait d’avoir de saines ha­bi­tudes de vie, de ne pas fu­mer et de bien dor­mir est as­so­cié à une meilleure ca­pa­ci­té à ré­sis­ter aux in­fec­tions. Autre cer­ti­tude, le stress chro­nique af­fecte bel et bien le sys­tème im­mu­ni­taire, en agis­sant sur des hor­mones comme le cor­ti­sol.

Du cô­té des ali­ments cen­sés ren­for­cer nos dé­fenses, pas de mi­racle, mais il faut bien sûr évi­ter les ca­rences. On peut tou­te­fois sou­li­gner que l’ar­gi­nine, un acide ami­né pré­sent dans cer­taines pro­téines, fa­vo­rise la pro­li­fé­ra­tion des lym­pho­cytes T, tout comme le zinc qui semble jouer de nom­breux rôles pour fa­vo­ri­ser l’im­mu­ni­té. Plu­sieurs études ont dé­mon­tré que la sup­plé­men­ta­tion en zinc per­met­tait de ré­duire le nombre d’épi­sodes in­fec­tieux, mais beau­coup de ces études ont été me­nées au­près de po­pu­la­tions ca­ren­cées en zinc. Si l’ali­men­ta­tion est équi­li­brée, l’in­té­rêt de tels sup­plé­ments est moins éta­bli. Une mé­ta-ana­lyse pu­bliée en 2013 a tout de même dé­mon­tré que la prise de zinc dès le dé­but d’un rhume (plus de 75 mg/j) per­met de ré­duire la du­rée des symp­tômes de une jour­née.

Prêts pour le com­bat ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.