UNE NOU­VELLE AC­CU­SA­TION CONTRE WEIN­STEIN

Riches et Célèbres - - Actu - Stars -

Dans la der­nière édi­tion, on vous an­non­çait qu’une des ac­cu­sa­tions por­tées contre Har­vey Wein­stein avait été re­je­tée par la cour. Le ma­gnat du ci­né­ma, qui n’a cer­tai­ne­ment pas man­qué de ju­bi­ler de voir ses op­po­santes tom­ber les unes après les autres, a dû avoir une sa­crée sur­prise en ap­pre­nant qu’une nou­velle ac­cu­sa­trice se joi­gnait aux rangs. La plai­gnante, qui pré­fère conser­ver l’ano­ny­mat, sou­tient que Wein­stein l’a vio­lée en 2002, alors qu’elle était âgée de 16 ans, lors d’une «réunion pro­fes­sion­nelle» à New York.

Ori­gi­naire de Po­logne, la jeune femme était ve­nue ten­ter sa chance à Hol­ly­wood lors­qu’elle a fait la ren­contre de Har­vey, qui lui au­rait pro­mis de la faire jouer dans ses films… si elle lui ac­cor­dait cer­taines fa­veurs. Celle-ci au­rait d’abord cé­dé à ses de­mandes, mais se se­rait ra­vi­sée et au­rait alors su­bi ses foudres. Il s’agis­sait de sa deuxième ren­contre avec le pro­duc­teur, la pre­mière ayant eu lieu quelques jours plus tôt lors d’une soi­rée or­ga­ni­sée par une agence de man­ne­qui­nat. Si la jeune femme ad­met avoir eu un rôle de fi­gu­rante dans Jour­nal d’une nan­ny après la pre­mière agres­sion, au­cun autre rôle ne lui a été ac­cor­dé par la suite.

La pré­su­mée vic­time sou­tient que Wein­stein a conti­nué à la har­ce­ler pen­dant les 10 an­nées sui­vantes bien qu’elle ait tou­jours re­fu­sé de se plier à ses exi­gences sexuelles. Tou­jours se­lon ses dires, il au­rait fi­ni par la me­na­cer de s’ar­ran­ger pour qu’elle ne perce ja­mais dans le mé­tier et elle le soup­çonne d’avoir te­nu pro­messe. La plai­gnante confie que le har­cè­le­ment dont elle a été vic­time l’a fait tom­ber en dé­pres­sion et qu’elle est de­ve­nue ano­rexique du­rant cette pé­riode…

Du cô­té de l’ac­cu­sé, on nie ces ac­cu­sa­tions avec vé­hé­mence et on se dé­lecte à l’avance de voir la cré­di­bi­li­té de cette nou­velle pré­su­mée vic­time traî­née dans la boue. Pour­quoi tant de confiance? Parce que Wein­stein au­rait fait ap­pel aux ser­vices d’un dé­tec­tive pri­vé qui tra­vaillait ja­dis au bu­reau du pro­cu­reur gé­né­ral de Man­hat­tan. Son man­dat est de fouiller dans la vie de cha­cune des ac­cu­sa­trices.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.