DU SEXE GA­RAN­TI LE SOIR VE­NU?

Summum - - REPORTAGE -

ER­REUR – Des couples ont des conver­sa­tions as­sez co­chonnes pen­dant la jour­née. Les deux ont en­vie de sexe et c’est bien dom­mage qu’ils soient cha­cun au bou­lot. Le soir ve­nu, l’homme s’at­tend à avoir du sexe et est très fâ­ché si sa blonde lui dit être trop fa­ti­guée.

CON­SEIL – Vous et votre blonde avez peu­têtre joué le jeu toute la jour­née. Elle a pas­sé un meilleur après-mi­di en li­sant vos mes­sages. Elle s’est peut-être même ima­gi­né des scé­na­rios à réa­li­ser avec vous. Mais, entre le mo­ment où vous avez échan­gé en­semble et la fin de la soi­rée, il s’en est pas­sé des choses : la pré­pa­ra­tion du re­pas, le ra­mas­sage, le paie­ment de fac­tures, la pré­pa­ra­tion des lunchs du len­de­main, l’écoute des té­lé­ro­mans, etc. Il se peut, ef­fec­ti­ve­ment, qu’elle n’ait plus la tête à ça. La ques­tion qu’il faut se po­ser est la sui­vante : comment pou­vez-vous l’al­lu­mer, au­tre­ment que par « sex­to », en soi­rée, pour qu’elle re­de­vienne dans le même état d’es­prit qu’en plein mi­lieu de l’après-mi­di? N’ou­bliez ja­mais qu’une femme a be­soin de pré­li­mi­naires (et vous aus­si vous ai­mez quand même ça), alors ne vous fiez pas sur les « sex­tos » échan­gés dans la jour­née, car il s’en est pas­sé des choses de­puis le der­nier mes­sage et le mo­ment où vous êtes pris pour sau­ter dans le lit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.