Vic­to­ria

AN­CIENNE AC­TRICE XXX QUI TRA­VAILLE MAIN­TE­NANT DANS LE MONDE DU FIT­NESS, VIC­TO­RIA KULT EST DE CES FILLES QUI AT­TIRENT L’AT­TEN­TION. APRÈS AVOIR CHAN­GÉ COM­PLÈ­TE­MENT DE MODE DE VIE, ELLE S’EST PRO­MIS QUE TOUT CE QU’ELLE DÉ­SIRE ARDEMMENT SE RÉALISERAIT. CE MOI

Summum - - VICTORIA KULT -

BON­JOUR VIC­TO­RIA. MER­CI DE NOUS PER­METTRE DE DÉ­COU­VRIR TON QUO­TI­DIEN ET D’AUS­SI JO­LIES PHO­TOS DE TOI. EST-CE UN PLAI­SIR POUR TOI LES SHOOTINGS ET LES EN­TRE­VUES?

Ça fait très long­temps que je me re­trouve de­vant la ca­mé­ra et face à des ques­tions et hon­nê­te­ment, j’adore tout ça!

TOUT D’ABORD, PAR­LONS DE LA TÉ­LÉ­RÉA­LI­TÉ LES KULT DANS LA­QUELLE ON PEUT EN AP­PRENDRE PLUS SUR TOI. QU’EST-CE QUI TE PLAÎT LE PLUS AVEC LE CONCEPT DE L’ÉMIS­SION?

C’est que le Qué­bec nous a choi­sis comme nouveau po­wer couple afin de re­pré­sen­ter notre gé­né­ra­tion à l’écran. On se sent comme le nouveau duo « Vé­ro­nique Cloutier et Louis Mo­ris­sette », ou en­core « Pa­trick Huard et Anik Jean »! (Rires)

QUEL EST LE MES­SAGE QUE VOUS VOU­LEZ PAS­SER?

C’est de bri­ser les ta­bous et la stig­ma­ti­sa­tion. On es­saie de créer un mou­ve­ment pour la gé­né­ra­tion des 30 ans et moins. Peu im­porte d’où tu viens, ton pas­sé et mal­gré le ju­ge­ment des autres, tout le monde peut réus­sir et avoir du suc­cès dans la vie.

QU’EST-CE QUI NOUS ÉTONNERA LE PLUS DU­RANT CETTE PREMIÈRE SAI­SON?

Notre pu­blic va ap­prendre à nous connaître in­ten­sé­ment : nos va­leurs, nos vices et comment on a réus­si à avoir du suc­cès en af­faires et en couple!

AVEC UN CORPS AUS­SI SU­BLIME, LA QUES­TION VIENT D’ELLEMÊME… À QUOI RES­SEMBLENT TON EN­TRAέNE­MENT ET TA DIÈTE?

Je m’en­traîne six jours par se­maine avec in­ter­valles de « su­per­set » et de « poids lourds ». Du­rant toute la se­maine, je me nour­ris de bonnes pro­téines maigres et je mange beau­coup de fruits et de lé­gumes. La fin de se­maine, je ne suis rien de tout ça! J’adore la piz­za! (Rires)

TU ES UNE FILLE HY­PER SEXY. COMMENT GÈRES-TU LE FAIT QUE CER­TAINES FILLES TE JALOUSENT?

Les femmes qui ont des com­men­taires né­ga­tifs je les ignore et ça ne m’af­fecte pas du tout. Je tra­vaille avec beau­coup de femmes pour la re­mise en forme et j’adore ai­der celles qui ont be­soin du pe­tit boost pour mieux s’ai­mer.

JASONS MAIN­TE­NANT DE TON AN­CIEN MÉ­TIER, AC­TRICE DANS LE XXX. COMMENT TOUT ÇA A COM­MEN­CÉ?

La ques­tion à un mil­lion. Ça se­rait un men­songe si je di­sais que je n’étais pas une per­sonne hy­per sexuelle… Mais ce n’est pas la rai­son prin­ci­pale. J’ai dé­ci­dé de com­men­cer ce mé­tier, car je sa­vais bien gé­rer mes sous et je sa­vais comment les in­ves­tir dans des pla­ce­ments, à la bourse et dans l’im­mo­bi­lier. Je ne vou­lais pas avoir un em­ploi de 9 à 5 et je ne vou­lais ja­mais me pri­ver d’ob­te­nir ce que je vou­lais.

AS-TU DES RE­GRETS?

Au­cun. J’ai ap­pris beau­coup sur ma sexua­li­té, sur ce que j’aime et ce que je n’aime pas. J’ai réus­si à faire tous mes trips éro­tiques, même ceux que je n’au­rais peut-être ja­mais été prête à as­su­mer en de­hors de ce mé­tier.

QU’EST-CE QU’ON SE­RAIT SUR­PRIS D’AP­PRENDRE SUR LE MÉ­TIER?

Contrai­re­ment à ce que beau­coup de gens pensent, pour moi ce n’était pas du tout dark. Ce n’était pas « sale ». J’étais tou­jours bien trai­tée, bien ma­quillée et coif­fée, et fi­na­le­ment bien payée. Je m’amu­sais et je ne fai­sais rien contre mon gré. Je de­meu­rais à Los An­geles et j’étais sou­vent in­vi­tée lors des par­tys de cé­lé­bri­tés. Le tout m’a vrai­ment ou­vert des portes… par contre, je ne peux pas par­ler pour les autres ac­trices. Chaque ex­pé­rience est dif­fé­rente.

QU’EST-CE QUI TE PLAISAIT LE PLUS ET LE MOINS DANS LE MONDE DU XXX?

Ce qui me plaisait le plus c’était de ne pas avoir à être prise dans un bu­reau toute la jour­née. Ce que j’ai­mais le moins c’était de me dé­pla­cer de tour­nage en tour­nage dans le gros tra­fic de L. A.

POUR­QUOI T’ÉTAIS-TU PRO­MIS DE QUIT­TER LE MONDE DU POR­NO AVANT L’ÂGE DE 25 ANS?

Je vou­lais une fa­mille et je sa­vais que si mes in­ves­tis­se­ments avaient por­té fruit avant 25 ans, je réus­si­rais tout ce que je m’étais pro­mis. Ce qui prouve ce que je ré­pète sans cesse : si tu es per­sé­vé­rante et que tu ne laisses per­sonne t’af­fec­ter, tu peux de­ve­nir qui tu veux.

TU ES MAIN­TE­NANT COACH DE RE­MISE EN FORME. QU’EST-CE QUI TE PLAÎT LE PLUS DE TON NOUVEAU MÉ­TIER?

Je me suis lan­cée dans le fit­ness et la nu­tri­tion il y a un mo­ment dé­jà. Ce que j’aime le plus c’est de voir le pro­grès de mes clients et leur fier­té. J’adore sa­voir que je les aide à at­teindre leurs buts et leurs ob­jec­tifs.

QUEL GENRE DE FILLE ES-TU?

Je suis une fille très re­laxe dans la vie. Je vis au jour le jour et je ne m’em­pêche pas de faire ce qui me rend heu­reuse. J’ap­prends de mes er­reurs et ça fait de moi la per­sonne forte que je suis au­jourd’hui. Je ri­gole tout le temps et je n’ai vrai­ment pas peur du ju­ge­ment ni du ri­di­cule.

QU’EST-CE QUI TE REND HEU­REUSE?

Ça va sem­bler très qué­taine, mais ce qui me rend heu­reuse c’est l’amour. Je suis de loin une grande ro­man­tique.

QU’EST-CE QUE L’ON SE­RAIT ÉTON­NÉ D’AP­PRENDRE SUR TOI?

Les gens ont ten­dance à ju­ger par rap­port aux ap­pa­rences. J’ai peut-être l’air d’une petite tan­nante, mais j’adore l’école, j’adore ap­prendre et m’épa­nouir. Je suis pré­sen­te­ment étu­diante à l’uni­ver­si­té. Ce qui me pas­sionne : la bourse et l’éco­no­mie. C’est ma petite ten­dance un peu nerd. (Rires)

LORS­QU’OLI­VER M’A DIT « BLOW-MOI »… J’AI BAIS­SÉ SES CULOTTES ET IL Y AVAIT UNE BAGUE DE MA­RIAGE.

PEUX-TU NOUS FAIRE UNE RÉ­VÉ­LA­TION SEXY?

J’adore faire le mé­nage et les re­pas com­plè­te­ment nue!

DE QUELLE FA­ÇON UN GARS DOIT-IL AGIR POUR TE CHARMER?

Il doit sa­voir ce qu’il veut dans la vie, avoir un ca­rac­tère fon­ceur et un hu­mour aus­si niai­seux que le mien. (Rires)

QU’EST-CE QUI TE DIF­FÉ­REN­CIE DES AUTRES FILLES?

Au lieu de re­gar­der les autres femmes, de me com­pa­rer ou de les ju­ger, je pré­fère me re­gar­der dans le mi­roir et me pous­ser à être la meilleure ver­sion de moi-même.

LA PAR­TIE DE TON CORPS QUE TU AIMES LE PLUS?

Je trouve que mes yeux sont pas pires. (Rires)

LA PLUS BELLE PHRASE QUE L’ON T’AIT DÉ­JÀ DITE POUR TE CRUISER?

Lors­qu’oli­ver m’a dit « blow-moi »… j’ai bais­sé ses culottes et il y avait une bague de ma­riage.

L’ER­REUR NU­MÉ­RO UN QUE LES GARS FONT DANS UNE RE­LA­TION?

De prendre leur femme ou leur blonde pour ac­quis. Il faut bien les trai­ter et faire des pe­tites at­ten­tions de temps en temps.

TES PRO­JETS POUR LES MOIS À VE­NIR?

Je viens tout juste de lan­cer ma com­pa­gnie Nu­li­fe­ma­ter­ni­ty, un site de mets « pré-pré­pa­rés » pour les femmes en­ceintes. C’est ba­sé sur les be­soins se­lon chaque tri­mestre. J’ai aus­si beau­coup de clients que j’en­traîne… je veux pous­ser le tout à un ni­veau en­core plus haut.

JE TE LAISSE LE MOT DE LA FIN…

Je laisse le reste pour le pe­tit écran!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.