SID VICIOUS – LA DROGUE PLUS FORTE QUE TOUT

Summum - - COMPIL -

Com­plè­te­ment ge­lé, le bas­siste des Sex Pis­tols Sid Vicious ne se sou­ve­nait pas (ou ne vou­lait pas se sou­ve­nir) s’il avait poi­gnar­dé à mort sa blonde ou non. Com­plè­te­ment ac­ca­blé, la po­lice l’a re­trou­vé aux cô­tés de sa douce moi­tié gi­sant dans une mare de sang.

C’est une dis­pute au sein du couple hé­roï­no­mane qui, un soir en manque de drogues, au­rait conduit à la mort de Nan­cy Spu­gen au Chel­sea Ho­tel de New York. Se­lon le jour­na­liste Nick Kent, Sid au­rait pris un cou­teau po­sé sur une table et en au­rait plan­té la lame de plus de 15 cen­ti­mètres dans l’es­to­mac de Nan­cy alors âgée de 20 ans. De son cô­té, le jeune mu­si­cien avait avan­cé que « sa » Nan­cy était tom­bée sur le cou­teau qui lui avait trans­per­cé l’ab­do­men.

Une fois la po­lice ar­ri­vée sur place, Sid est im­mé­dia­te­ment em­pri­son­né. Une en­quête conclu­ra que le meurtre est lié à une his­toire de rè­gle­ment de comptes entre dea­lers plu­tôt qu’à une his­toire de coeur. Une cau­tion de 50 000 dol­lars, payée par son an­cien gé­rant Mal­colm Mcla­ren, per­met­tra à Sid d’être re­lâ­ché pro­vi­soi­re­ment au bout de 10 jours.

Re­gret ou non? Cou­pable ou non? La ve­dette es­saie­ra de se sui­ci­der à sa sor­tie de pri­son en se tailla­dant les veines. Il se­ra sau­vé à nouveau par son ma­na­ger, mais mour­ra tout de même d’une over­dose, à peine deux mois après la mort de Nan­cy.

Quand la drogue te fait ou­blier ou de­vient ton échap­pa­toire face à la mort, c’est grave!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.