LES AVAN­TAGES : EN­FIN, LE POUR­QUOI!

Summum - - MARC-ANTOINE FORTIER -

L’AUTOMATISME : À force de le faire, ça de­vient ra­pi­de­ment une ha­bi­tude. Tu ne te sens plus obli­gé de le faire, ce n’est plus une tâche! C’est alors de­ve­nu un réflexe, comme re­bais­ser le banc de la toi­lette après avoir uri­né, hum…

ÉVITE LE CHAOS DANS TA TÊTE : Être or­don­né dans ton es­pace de vie te pré­dis­pose à l’être aus­si entre tes deux oreilles. Ain­si, tu au­ras plus fa­ci­le­ment l’es­prit tran­quille, ce qui te per­met­tra de mieux ap­pré­cier tes pe­tits mo­ments de re­laxa­tion. Ha­mac, san­gria, t’as le temps de niai­ser!

DOR­MIR PLUS LONG­TEMPS (À NE PAS NÉ­GLI­GER!) : Une fois que ton len­de­main est bien pré­pa­ré, tu peux te per­mettre d’avoir une alarme à 8 h, une autre à 8 h 07, en­suite 8 h 13, pour fi­nir avec 8 h 17. Par contre, la pro­cras­ti­na­tion doit être pla­ni­fiée. Si­non, tu peux aus­si dé­ci­der d’ou­vrir les yeux à ta première alarme, ce qui te donne de pré­cieuses mi­nutes pour faire le tour de tes no­ti­fi­ca­tions! Ça doit être im­por­tant ces pe­tits in­di­ca­teurs de vie so­ciale là…

RE­TROU­VER TON AC­TIF : Tu ne per­dras plus rien. Ça t’évi­te­ra de te ra­che­ter les mêmes ob­jets et ain­si évi­ter les dé­penses inutiles créant des dou­blons. Tu re­de­vien­dras éga­le­ment l’heu­reux pro­prié­taire de tous tes biens que tu as prê­tés à tes amis pas tel­le­ment fiables. On ver­ra comment dans les pro­chaines chro­niques.

ÊTRE PRÊT À TOUTE ÉVEN­TUA­LI­TÉ : Dans ta vie de jeune aven­tu­rier, il va s’en pré­sen­ter des oc­ca­sions uniques que TU TE DOIS de sai­sir (en pas­sant, pas obli­gé d’être si jeune, In­dia­na Jones dis­si­mu­lait ses che­veux gris et fai­sait cla­quer son fouet pour com­pen­ser son im­puis­sance). Mais bon, on va en re­par­ler éga­le­ment dès la pro­chaine ch­ro­nique, le cha­pitre 1 : le baise-en-ville (cou­donc! on va en avoir de la ja­sette!). Oui, et c’est tant mieux, ça va faire chan­ge­ment que de me ja­ser seul! LE TEMPS C’EST… DU TEMPS : Si tes ob­jets sont tou­jours ran­gés au même en­droit, tu sau­ve­ras du temps en te pré­pa­rant, que ce soit pour une soi­rée bien ar­ro­sée, une fin de se­maine de cam­ping ou tes cours de zum­ba (je ne te juge pas). Lorsque tu at­tein­dras un peak dans le do­maine du ran­ge­ment, tu de­vien­dras peut-être ce­lui qui « pense tou­jours à tout ». Bonne chance dans ce long tra­jet...

AC­CROÎTRE TA PRO­DUC­TI­VI­TÉ : Bon, c’est cer­tain que si tu exerces un mé­tier ma­nuel, il est pos­sible que ça ne t’aide pas tant que ça dans tes tâches. Quoique, si ton sac à clous est bien or­ga­ni­sé, tu sais quoi trou­ver où! Mais si tu creuses des trous avec une pelle mé­ca­nique, j’ai peur que le fait d’être or­ga­ni­sé ne change rien à ton tra­vail. Mais il y au­ra des conseils qui pour­ront s’ap­pli­quer à la mai­son, dans ton cel­lu­laire, dans ton linge. Oui, oui, il y a une struc­ture pos­sible dans tout, tu ver­ras! « Yab­ba­dab­ba­doo! » Je sais, contiens ta joie…

LE SEN­TI­MENT D’AC­COM­PLIS­SE­MENT : En plus de te rap­pe­ler la majorité des choses que tu ne dois pas ou­blier grâce aux fa­meuses to do list, le fait de voir la pro­gres­sion de cel­les­ci pro­cure une sa­tis­fac­tion as­sez jouis­sive. De plus, en étant éga­le­ment plus pro­duc­tif dans tes tâches, ça te per­met d’en faire pro­gres­ser plu­sieurs si­mul­ta­né­ment! C’est un cercle vi­cieux, un tri­angle co­chon, ou un car­ré pervers, ap­pelle ça comme tu veux, mais c’est un sen­ti­ment que tu dois re­cher­cher.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.