HELLBLADE: SENUA’S SACRIFICE

Summum - - SHOWBUZZ -

QUE VAUT LE JEU QUI A TANT DÉFRAYÉ LA CHRO­NIQUE POUR UNE SEULE RAI­SON; SI L’ON MEURT TROP, NOTRE SAU­VE­GARDE EST EFFACÉE.

Lorsque Nin­ja Theo­ry a an­non­cé Hellblade, les ama­teurs de Nin­ja Gai­den ont fré­mi de bon­heur. Un jeu qui vous ef­face votre sau­ve­garde si vous mou­rez trop? L’idée est no­va­trice, et tant pis pour les noobs, seul le ta­lent comp­te­ra. En­fin un jeu bien hard­core qui va vous su­sur­rer de belles pa­roles et vous of­frir votre dose de dif­fi­cul­té. Seul pro­blème, le jeu n’est pas aus­si dur que pré­vu. La sau­ve­garde effacée si l’on meurt trop en est peut-être la cause. Il est dur, mais rien de dif­fi­cile si vous êtes ca­pable de pas­ser un Nin­ja Gai­den ou un Dark Souls à hard.

Hellblade vous conte une des­cente aux en­fers dans un uni­vers ins­pi­ré des lé­gendes nor­diques eu­ro­péennes. Avec son ex­cel­lente réa­li­sa­tion aus­si bien gra­phique que dans tout ce qui concerne le back­ground my­tho­lo­gique, il offre en plus une ex­cel­lente joua­bi­li­té. Notre hé­roïne vi­re­volte, frappe et éra­dique tout sur son pas­sage. Les duels in­tenses et com­bats contre des vagues d’en­ne­mis s’en­chaînent à un rythme ef­fré­né, sans ou­blier l’ex­plo­ra­tion et sur­tout la ré­so­lu­tion d’énigmes. La mise en scène est elle aus­si de haute vo­lée. Du dé­but à la fin, on a en­vie d’avan­cer et de voir la conclu­sion. On re­grette par contre que cer­taines énigmes qui de­man­de­ront de re­cons­truire le dé­cor à par­tir d’in­dices soient vrai­ment dif­fi­ciles par leur manque de lo­gique.

On peut donc lui re­pro­cher deux choses : des vagues d’en­ne­mis par­fois bien trop longues et quelques énigmes ti­rées par les che­veux. Par contre, son prix de 30 $ pour une di­zaine d’heures de jeu est un vrai ca­deau. Vous avez un ex­cellent jeu pour pas cher, que de­man­der de plus?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.