OÙ EN SONT LES RE­CHERCHES?

Summum - - PAGE ANORMALE -

Par Ch­ris­tian Page – En juin der­nier, le Fron­tiers in Hu­man Neu­ros­cience, un pé­rio­dique scien­ti­fique dé­dié aux neu­ros­ciences, pu­bliait une étude me­née par des cher­cheurs de l’uni­ver­si­té de Liège (Bel­gique) sur les ex­pé­riences de mort im­mi­nente (EMI), ces étranges voyages au seuil de la mort. On es­time qu’entre un tiers et la moi­tié des res­ca­pés d’une mort cli­nique en au­raient fait l’ex­pé­rience. L’EMI se tra­duit de fa­çon gé­né­rale par une « sor­tie hors corps » et par un voyage dans un monde sou­vent dé­crit comme idyl­lique et har­mo­nieux.

Le phé­no­mène des EMI n’est pas nou­veau. Une chro­nique romaine du VIE siècle ra­conte l’his­toire d’un sol­dat qui, lais­sé pour mort, au­rait vi­si­té l’au-de­là. Des oeuvres ar­tis­tiques, comme L’as­cen­sion de Jé­rôme Bosch – une oeuvre du XVIE siècle –, re­prend elle aus­si ces cu­rieux voyages. Pen­dant des siècles, le phé­no­mène n’a tou­te­fois été per­çu que comme une vi­sion di­vine ou mys­tique. Il a fal­lu at­tendre les an­nées 60 pour qu’une pre­mière prise en compte de ces té­moi­gnages soit faite. Une dé­cen­nie plus tard, un cli­ni­cien, le Dr Ray­mond Moo­dy, de­vait his­ser le phé­no­mène au rang de « su­jets de so­cié­té ». Son best-sel­ler La vie après la vie – d’abord dé­crié par les médecins comme un « ra­mas­sis d’inep­ties » – a bou­le­ver­sé la vi­sion oc­ci­den­tale de la mort. Au­jourd’hui, le phé­no­mène fait l’ob­jet de très sé­rieuses re­cherches. Et si les aca­dé­mi­ciens ne s’en­tendent tou­jours pas sur la na­ture de ces ex­pé­riences, tous re­con­naissent qu’elles mé­ritent l’at­ten­tion de la science.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.