MARK BARRENECHEA

Open­text•17 970 042 $

Summum - - COMPIL -

Plus fort que la ma­la­die…

Après plus de 20 ans à oc­cu­per dif­fé­rents postes de di­rec­tion dans les hautes tech­no­lo­gies, Mark Barrenechea quitte Si­li­con Gra­phics (NASDAQ : SGI), une so­cié­té pour la­quelle il a gé­ré le ra­chat et été pré­sident et CEO entre mai 2009 et dé­cembre 2011. Son nou­veau dé­fi en 2012 : s’ins­tal­ler à Wa­ter­loo en On­ta­rio et di­ri­ger Open­text; une en­tre­prise qui contri­bue no­tam­ment à fa­ci­li­ter le tra­vail de ses clients (Banque Na­tio­nale, Hy­dro-québec, BMO…) par la nu­mé­ri­sa­tion. Re­con­nu et sa­lué pour son lea­der­ship et pour avoir la ca­pa­ci­té de dé­ve­lop­per et fa­vo­ri­ser la crois­sance d’en­tre­prises, Barrenechea est un homme qui re­flète une as­su­rance et un sou­rire sin­cère. Mal­gré une leu­cé­mie ai­guë qui l’a frap­pé en 2015, le PDG, qui a réa­li­sé l’ac­qui­si­tion la plus im­por­tante de l’his­toire d’open­text, a conti­nué à oc­cu­per ses fonc­tions même sur son lit d’hô­pi­tal. Parce qu’il se di­sait heu­reux dans son poste de PDG et convain­cu que la meilleure chose à faire pour lui et ses troupes était de gar­der son poste à la haute di­rec­tion, il a dé­mé­na­gé son bu­reau dans sa chambre et tra­vaillé à tra­vers ses trai­te­ments. Il a dé­ci­dé de rendre pu­blic son état de san­té, de faire face au des­tin et sur­tout de ne pas dé­mis­sion­ner, car le tra­vail fai­sait par­tie en quelque sorte de sa ré­mis­sion. Dans son pro­ces­sus de gué­ri­son, l’homme a pré­pa­ré un livre et une sé­rie de vi­déos afin d’ai­der d’autres per­sonnes dans leur che­mi­ne­ment et car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.