Le Camp Kif Kef de la CSUQ

Un lieu de grande fra­ter­nité.

The Canadian Jewish News (Montreal) - - Front Page - ELIAS LEVY elevy@thecjn.ca

Gabriel Be­natar, Sarah Mim­ran et Anaël Abit­bol par­lent avec pas­sion du Camp Kif Kef de la Com­mu­nauté sépha­rade unifiée du Québec (CSUQ), qui vient de fêter son 25ème an­niver­saire.

Ces trois je­unes sépha­rades, très im­pliqués com­mu­nau­taire­ment, fréquentent ce Camp depuis qu’ils étaient en­fants. Ils ont été campeurs et quelques an­nées plus tard moni­teurs. Ils sont très at­tachés à ce Camp d’hiver qu’ils con­sid­èrent comme l’un des “grands joy­aux” de la je­unesse sépha­rade de Mon­tréal.

Le dernier Camp Kif Kef a eu lieu du 25 décem­bre au 1er jan­vier à Saint-donat, dans les Lau­ren­tides.

65 en­fants et ado­les­cents, âgés de 8 à 16 ans, ont par­ticipé à ce Camp d’hiver.

“Je suis un grand pas­sionné du Camp Kif Kef. Quand j’étais campeur, j’étais très im­pres­sionné par le lead­er­ship et le dévoue­ment ex­em­plaire des moni­teurs qui nous en­cadraient. Je les re­gar­dai nous trans­met­tre leur pas­sion. Je rê­vais d’être un jour à la place de ces su­perbes bénév­oles. Quand je suis de­venu à mon tour moni­teur, j’ai réal­isé l’im­por­tance de trans­met­tre cette pas­sion in­ex­tin­guible qui anime tous ceux et celles qui ont eu la chance de par­ticiper au Camp Kif Kef”, nous con­fie avec en­train Gabriel Be­natar, 20 ans, étu­di­ant en Compt­abil­ité à l’univer­sité Con­cor­dia.

Pour Sarah Mim­ran, 29 ans, av­o­cate de pro­fes­sion, le Camp Kif Kef est “une famille très soudée” et “une ex­péri­ence com­mu­nau­taire merveilleuse et mé­morable”.

En dépit de ses obli­ga­tions fa­mil­iales -elle est mar­iée et mère d’un je­une en­fan­tet de ses re­spon­s­abil­ités pro­fes­sion­nelles, Sarah Mim­ran n’a pas hésité une sec­onde quand on l’a sol­lic­itée pour être l’une des re­spon­s­ables du Camp Kif Kef de cet hiver.

“C’est un priv­ilège et un très grand bon­heur de voir des en­fants et des je­unes s’éclater pen­dant une se­maine. Leur joie de vivre con­tagieuse est un mag­nifique cadeau pour toute per­sonne soucieuse de l’avenir de la je­unesse juive à Mon­tréal”, dit Sarah Mim­ran.

Pour Anaël Abit­bol, 21 ans, étu­di­ante en Ges­tion des ressources hu­maines à l’univer­sité Con­cor­dia, le Camp Kif Kef est “un lieu com­mu­nau­taire très im­por­tant”, puisqu’il per­met chaque an­née à des je­unes juifs de “vivre une ex­péri­ence com­mu­nau­taire ex­traor­di­naire” et de nouer en­tre eux “des liens de ca­ma­raderie très forts”.

Ce Camp est aussi une “véri­ta­ble pépinière de fu­turs bénév­oles com­mu­nau­taires”, rap­pelle Anaël.

“Le Camp Kif Kef trans­met aux je­unes des valeurs fon­da­men­tales: le sens de la sol­i­dar­ité et de l’en­traide, l’amour des tra­di­tions juives et d’is­raël, l’im­por­tance de s’im­pli­quer dans sa com­mu­nauté…”

Tous les moni­teurs et moni­tri­ces du Camp Kif Kef sont des bénév­oles, non ré­munérés, pré­cise Éric Choukroun, co­or­don­na­teur pro­fes­sion­nel du Dé­parte­ment “Je­unesse” de la CSUQ.

Ce Camp d’hiver ac­cueille des en­fants et des ado­les­cents provenant de divers mi­lieux éd­u­cat­ifs, cul­turels et so­cioé­conomiques.

“Le Camp Kif Kef est un mi­cro­cosme de notre com­mu­nauté. On y retrouve des je­unes campeurs fréquen­tant des écoles juives et des écoles non-juives, cer­tains sont or­tho­doxes, d’autres pas pra­ti­quants du tout. Kif Kef se déroule dans un cadre con­vivial très re­spectueux des prin­ci­pales tra­di­tions du ju­daïsme -prière de Té­fi­lah le matin, célébra­tion du Shab­bat, la nour­ri­t­ure servie est stricte­ment casher… Pour les en­fants fréquen­tant une école non­juive ou éloignés de leur com­mu­nauté, le Camp Kif Kef est une oc­ca­sion de se rap­procher de leurs racines iden­ti­taires juives”, souligne Ben­jamin Bit­ton, di­recteur général ad­joint de la CSUQ.

Des en­fants is­sus de familles dé­fa­vorisées ont béné­fi­cié d’une aide fi­nan­cière qui leur a per­mis de par­ticiper au Camp Kif Kef.

Les fonds amassés par la Fon­da­tion dédiée à la mé­moire de feu Lorenz Gerl­isher, un an­cien di­recteur du Camp Kif Kef décédé très je­une, et le sou­tien généreux prodigué par le Fonds Hessed de la CSUQ, présidé par Marc Kakon, et Patrick Es­siminy et Shlomi Levy, co­prési­dents de l’édi­tion 2017 du Tournoi de Golf de la CSUQ, ont per­mis à plusieurs en­fants provenant d’un mi­lieu fa­mil­ial dé­muni de camper à Kif Kef cette an­née.

“La ma­jorité de ces en­fants seraient restés chez eux pen­dant les va­cances de fin d’an­née si leurs familles n’avaient pas béné­fi­cié d’un sub­side fi­nancier. Leur al­louer cette aide, c’est une grande pri­or­ité pour la CSUQ”, ex­plique Ben­jamin Bit­ton.

Le Dé­parte­ment “Je­unesse” de la CSQ planche actuelle­ment sur trois grands pro­jets: un pro­gramme d’ac­tiv­ités var­iées qui sera of­fert pen­dant la se­maine de relâche sco­laire, fin février, le Camp d’été de jour Benyamim, qui ac­cueillera 200 en­fants âgés de 5 à 12 ans, et Ya­had, un voy­age d’été en Is­raël, or­gan­isé tous les deux ans, pour les élèves des sec­ondaires 3, 4 et 5.

Gabriel Be­natar, Sarah Mim­ran et Anaël Abit­bol ont con­clu notre ren­con­tre sur une note unanime et fort promet­teuse: ils en­ver­ront un jour “à 1000%” leurs en­fants au Camp Kif Kef!

PHOTO: CSUQ

De gauche à droite: Anaël Abit­bol, Sarah Mim­ran et Gabriel Be­natar, moni­teurs du Camp d’hiver Kif Kef de la CSUQ.

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.