BIEN­VE­NUE AU PA­RA­DIS

En quelques an­nées, Gé­rone est de­ve­nue une des­ti­na­tion cy­cliste de pre­mier plan. Quand on y met les pieds, on sai­sit aus­si­tôt les mo­tifs de ce ful­gu­rant suc­cès.

Vélo Mag - - Destination Gérone - PAR DA­VID DES­JAR­DINS

Les pros Les Nord-Amé­ri­cains du pe­lo­ton pro­fes­sion­nel ont tou­jours souf­fert de l’exil. Long­temps, ils choi­sis­saient pour se­conde de­meure la Bel­gique, les Pays-Bas, la France mé­di­ter­ra­néenne ou la Tos­cane. Mais à partir du début des an­nées 2000, sous l’im­pul­sion de Lance Arm­strong et son en­tou­rage, de nom­breux Amé­ri­cains, puis des Ca­na­diens, des Bri­tan­niques et des Aus­tra­liens vien­dront s’ins­tal­ler dans cette pe­tite ville de Ca­ta­logne.

À une heure de Bar­ce­lone et son aé­ro­port in­ter­na­tio­nal, loin du tra­fic des grandes villes, l’en­droit est dé­sor­mais le re­paire de maints pro­fes­sion­nels qui com­battent le mal du pays en créant leur pe­tite com­mu­nau­té de rou­leurs. À notre pas­sage, notre voi­sin du des­sous était Luke Dur­bridge, nous avons éga­le­ment pu zieu­ter un Tay­lor Phin­ney qui pa­res­sait en ter­rasse, et sur les routes, nous sommes tom­bés sur quan­ti­té de leurs consorts des mul­tiples équipes.

Le cli­mat

« Outre deux ou trois se­maines en dé­cembre où il fait plus froid, ici, on roule confor­ta­ble­ment toute l’an­née », ex­plique l’ex-pro Ch­ris­tian Meier. Le Ca­na­dien qui, avant de mettre fin à sa car­rière, avait dé­jà ou­vert son pre­mier café (La Fa­bri­ca, où on a croi­sé Da­vid Millar), est bien im­plan­té à Gé­rone, avec une bou­tique (The Ser­vice Course) et un autre café, plus mo­deste (Es­pres­so Ma­fia). « Hon­nê­te­ment, je ne connais pas beau­coup d’en­droits aus­si beaux où la météo est aus­si clé­mente nd », plaide-t-il. Dif­fi­cile de le contre­dire : quand nous y étions, au début d’avril, pen­dant 10 jours, il n’a plu qu’une fois et il fai­sait quo­ti­dien­ne­ment plus de 20 de­grés.

Des boucles à l’in­fi­ni ou presque

Si les mon­tagnes ne sont pas aus­si im­pres­sion­nantes qu’à Nice bien que la météo y soit tout aus­si in­vi­tante, le prin­ci­pal avan­tage de Gé­rone est l’ai­sance avec la­quelle on peut en sor­tir. On s’en ex­trait en 10 mi­nutes, vers n’im­porte le­quel des points car­di­naux. Une fois en pé­ri­phé­rie, les boucles splen­dides pleuvent.

Les che­mins des pros

La meilleure ma­nière de re­pé­rer des par­cours per­ti­nents, c’est de ti­rer par­ti de l’ex­per­tise des pros et de consul­ter leurs pro­fils sur Stra­va. Dans ce­lui de Mike Woods, on a dé­cou­vert – et ef­fec­tué – une spec­ta­cu­laire sor­tie de 182 km pas­sant la ra­vis­sante Sant Hi­la­ri Sa­calm avant de re­mon­ter dans les pro­mon­toires vol­ca­niques vers Bo­jons et l’im­pres­sion­nant bar­rage de Sau. Et ça grimpe, et ça monte en­core vers le vil­lage mé­dié­val de Ru­pit, puis ce­lui de Sant Es­teve d’en Bas… Les plus belles routes de ce coin de pays, vous ne les trou­ve­rez dans au­cun guide. Ce sont les pe­tits che­mins de tra­verse, les dé­tours à l’air dou­teux. Pour une fois qu’un ré­seau so­cial a vraiment autre chose à of­frir que de faire re­luire notre ego, il fau­drait en pro­fi­ter. Les cols Le plus fa­cile pour éta­blir sa route, c’est en­core de choi­sir une des­ti­na­tion, un pro­jet. Et tant qu’à voya­ger en Eu­rope, pour­quoi ne pas sé­lec­tion­ner quelques cols.

Le plus connu du sec­teur est ce­lui de Ro­ca­cor­ba. Il n’est pas très loin, fait 9,9 km à 7,4% de moyenne. C’est un al­ler-re­tour cos­taud, sans vue gé­niale, mais c’est un vrai dé­fi de grimpe, et l’as­phalte est en bon état. Sai­sis­sez l'oc­ca­sion d'al­ler faire le tour du lac à Ba­nyoles, tout près; c’est ma­gni­fique.

Aux portes de la ville, la mon­tée de Els An­gels fait une di­zaine de ki­lo­mètres à en­vi­ron 3% de pente moyenne ( beau­coup en rai­son des quelques des­centes qui la ponc­tuent), mais elle est un peu plus exi­geante de­puis l’est. Pour un pe­tit duo de côtes ra­pide, re­ve­nez par la mon­tée de San­ta Pel­laia, qui se prend par Sant Sa­dur­ni de l’Heu­ra.

La plus ju­bi­la­toire mon­tée du coin, se­lon Ch­ris­tian Meier, c’est Mare de Déu. Et on est bien d’ac­cord : 19 km à 5 % de pente moyenne (les 7 der­niers à 7 %), un dé­cor d’une beau­té dis­crète, en fo­rêt, des voi­tures ra­ris­simes et, en haut, une vue im­pre­nable sur les Py­ré­nées, la mer et le ter­ri­toire alen­tour. Il existe un autre ver­sant, par­fait pour des­cendre, mais at­ten­tion de ne pas ra­ter l’em­bran­che­ment près du som­met. En bas, un res­tau­rant vous at­tend avec ses trois très co­pieux ser­vices, en contre­par­tie d’une mi­nus­cule poi­gnée d’eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.