Ter­rain de jeu : l’Alpe d’Huez

Nous voi­ci au pied du plus cé­lèbre col des Alpes fran­çaises, fi­gure em­blé­ma­tique du Tour de France. Le pe­lo­ton est pas­sé ici pas moins de 30 fois, de­puis Faus­to Cop­pi en 1952, et la lé­gende dit que le cou­reur en jaune le soir de l’étape de l’Alpe se­ra vai

Vélo Mag - - Sommaire - TEXTE GILLES MORNEAU

Vi­rage 21. C’est ce qu’in­dique l’af­fiche dans le pre­mier la­cet. Toutes les courbes sont nu­mé­ro­tées en ordre dé­crois­sant et dé­diées à un cou­reur et à une na­tion. Ça com­mence raide, avec une pente à 10 %. Au gré de l’ef­fort, on ne peut s’em­pê­cher d’ima­gi­ner la scène les jours de course, l’adré­na­line et l’acide lac­tique (sans comp­ter les autres sub­stances) bouillant dans les ar­tères des me­neurs obli­gés de fon­cer dans le mur des spec­ta­teurs qui s’ouvre au der­nier ins­tant dans une cla­meur de hur­le­ments hys­té­riques.

Vi­rage 16. Nous ap­pro­chons du pas­sage de la Garde, qui ac­corde un ré­pit bien­ve­nu: après 3km à 10%, la pente s’adou­cit au­tour de 7%. Une fois sor­tis de la fo­rêt, nous zig­za­guons dans des al­pages. Les vaches, cou­chées dans l’herbe, semblent in­dif­fé­rentes à la splen­deur des pics en­nei­gés qui consti­tuent la toile de fond. Des tor­rents des­cen­dant droit des gla­ciers longent la route et donnent en­vie de s’y je­ter pour se ra­fraî­chir.

Vi­rage 7. Voi­ci le fa­meux « vi­rage des Hol­lan­dais », et ceux-ci sont au ren­dez-vous pour faire la fête. Au son de haut-par­leurs qui crachent un dou­teux mé­lange de dis­co et de pol­ka, des sup­por­teurs néer­lan­dais en­cou­ragent leurs com­pa- triotes qui s’échauffent en vue de la ren­contre spor­tive pré­vue cette se­maine (voir page sui­vante). Une pe­tite clow­ne­rie à la Pe­ter Sa­gan, et les voi­là qui s’en­flamment!

Vi­rage 1. Der­nier la­cet. Le vil­lage est en vue, après pas moins d’une heure de grimpe. L’ul­time ré­com­pense ap­proche, cette af­fiche qui tient lieu de ligne d’ar­ri­vée, au-de­là de la­quelle on est au­to­ri­sé à mettre pied à terre, à re­prendre son souffle de­vant un ca­fé en re­gar­dant les autres cy­clistes sa­vou­rer leurs der­niers mètres. Ils sont trois cen­taines chaque jour à re­le­ver ce dé­fi.

L’Alpe d’Huez, c’est tou­te­fois bien da­van­tage que ces 15 km my­thiques. Notre pe­tit groupe de jour­na­listes, in­vi­té ici par Po­lar à l’oc­ca­sion d’un lan­ce­ment de pro­duit, au­ra tout le loi­sir de dé­cou­vrir les en­vi­rons au gré de quelques ran­don­nées pro­gram­mées.

Les pays d’en haut À une bonne heure de Gre­noble en voi­ture, le vil­lage de Bourg d’Oi­sans, au pied du cé­lèbre col, se si­tue au car­re­four de routes dé­par­te­men­tales peu fré­quen­tées qui laissent dé­cou­vrir des pay­sages in­croyables, tou­jours à flanc de mon­tagne. La 526 qui mène à La Tous­suire (sta­tion de loisirs à Font­cou­verte-la-Tous­suire), la 219 qui conduit à Villard-Notre-Dame et la 1091 qui

di­rige vers les Deux Alpes (sta­tion de sports à Mont-de-Lans) sont à ne pas man­quer.

L’am­biance la plus fas­ci­nante se cache tou­te­fois dans les mi­nus­cules che­mins de mon­tagne dis­si­mu­lés der­rière les sta­tions de ski. Notre groupe s’offre une boucle ab­so­lu­ment ma­gni­fique au dé­part du vil­lage al­pin, quit­tant la ci­vi­li­sa­tion par la route du col de Sa­renne, à peine in­di­quée, qui donne ac­cès à un autre monde, ver­doyant et sau­vage, où trône seul un mince ru­ban d’as­phalte s’éle­vant en pente douce vers le ciel.

À l’ap­proche du col, une af­fiche dé­glin­guée pré­vient que cette « route pas­to­rale » est aux « risques et périls » des usa­gers, avec pas­sages à gué et vi­tesse li­mi­tée à 20 km/h. Fa­cile de res­pec­ter cette vi­tesse en mon­tant, mais per­sonne ne boude son plai­sir dans la des­cente en la­cets qui suit et s’étire à n’en plus fi­nir !

Une tra­ver­sée de villages al­pins, puis la piste s’élar­git en abou­tis­sant au lac du Cham­bon, que nous sur­plom­bons à par­tir du bar­rage qui l’a créé. Au re­tour, nous devons grim­per vers la D211, su­perbe route de cor­niche, sou­vent creu­sée dans le roc de la mon­tagne, qui do­mine la val­lée de la Ro­manche. L’iti­né­raire nous ra­mène à la mon­tée de l’Alpe d’Huez, dans le coin du vi­rage 5. Nous nous col­ti­ne­rons donc l’as­cen­sion pour re­ve­nir à notre point de dé­part. L’Alpe ver­sion hors route Sé­jour­ner ici en se li­mi­tant aux voies gou­dron­nées se­rait une er­reur, tel­le­ment les pistes hors route y abondent. Ques­tion vrai vé­lo de mon­tagne, les sen­tiers de la sta­tion Alpe d’Huez Grand Do­maine VTT conviennent à toutes les pra­tiques: 36km de pistes de des­cente pure, 10 cir­cuits en­du­ro s’éten­dant sur 92 km, et 13 iti­né­raires cross-coun­try ou vé­lo élec­trique se dé­ployant sur plus de 135 km. Des liai­sons en bus et neuf re­mon­tées mé­ca­niques per­mettent de bou­cler les ran­don­nées.

La cé­lèbre course Me­ga­va­lanche passe non loin de la crête qui do­mine le vil­lage, sur la­quelle est per­ché le res­tau­rant Si­gnal 2108. De­puis la ter­rasse, nous dis­tin­guons un seg­ment du par­cours. Après avoir dé­gus­té une fon­due aux fro­mages lo­caux, nous en­four­chons des VTT, comme on dit dans cette contrée, et des­cen­dons vers le vil­lage, éclai­rés par le so­leil cou­chant puis par nos lampes fron­tales, dans un pa­no­ra­ma à cou­per le souffle.

L’aven­ture hors route se pour­suit le len­de­main ma­tin. Les che­mins em­prun­tés ne com­portent au­cun dé­fi tech­nique in­té­res­sant, mais, en­core une fois, le dé­cor vole la ve­dette. Du haut du col de Cluy, nous bas­cu­lons vers la val­lée de la Ro­manche, sur­plom­bée par la sta­tion Les Deux Alpes. Notre guide, Éric Vuille­min, nous ap­prend que les ali­gne­ments de pierres au bord du che­min sont les ves­tiges d’une an­cienne voie ro­maine. Ques­tion­né sur les plus beaux iti­né­raires longs de la ré­gion, il nous vante la Tra­ver­sée de l’Oi­sans, une épo­pée de ni­veau « très dif­fi­cile » qui s’étire sur 137km, re­liant le col du Ga­li­bier à Bourg d’Oi­sans via le Pla­teau d’Em­pa­ris, le val­lon sau­vage de La Buffe et la val­lée du Fer­rand. On re­com­mande de l’ef­fec­tuer en trois jours, quoi­qu’Éric l'ac­com­plit en une jour­née. Ceux qui doutent d’eux-mêmes n’au­ront qu’à louer un VTT élec­trique, ils sont of­ferts par­tout. Il fau­dra re­ve­nir juste pour ça, car c’est pro­ba­ble­ment le moyen de trans­port idéal quand on veut plei­ne­ment jouir de l’im­men­si­té du ter­rain de jeu qu’abrite la ré­gion !

Vingt et un vi­rages au me­nu

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.