La Gi­ro­ma­nia en Is­raël

C’est une pre­mière : un grand tour cy­cliste est sor­ti de l’Eu­rope. En mai, Is­raël a pro­pul­sé le maillot rose du Gi­ro dans l’ac­tua­li­té cy­cliste au cours des trois pre­mières étapes de la course ita­lienne. Is­raël, terre de vé­lo ? À voir, tou­te­fois il y a du

Vélo Mag - - Sommaire -

Pour l’oc­ca­sion, Jé­ru­sa­lem s’est vê­tue de rose. Sur la scène, les équipes dé­filent les unes après les autres. La Is­rael Cy­cling Aca­de­my est la pre­mière à ré­chauf­fer l’am­biance. L’équipe conti­nen­tale a évi­dem­ment re­çu une in­vi­ta­tion au Gi­ro en fai­sant au moins deux Qué­bé­cois heu­reux: Syl­van Adams, le pro­prié­taire de l’équipe ain­si que l’idéa­teur du Gi­ro en terre is­raé­lienne, et Guillaume Boi­vin, qui ap­porte son ex­per­tise à la Is­rael Cy­cling Aca­de­my. L’ova­tion est là, les dra­peaux s’agitent.

Si l’ob­jec­tif pre­mier est de ter­mi­ner le Gi­ro, les cou­reurs ont tout de même trois jours pour mon­trer le maillot. Dif­fi­cile de le faire lors de la pre­mière étape de contre­la-montre dans les rues de Jé­ru­sa­lem: les spé­cia­listes de la dis­ci­pline sont pré­sents et en­tendent bien mar­quer le coup en étant les pre­miers à por­ter le maillot rose. C’est d’ailleurs un ha­bi­tué du rose qui se­ra le plus ra­pide sur le par­cours tor­tueux: Tom Du­mou­lin a rem­por­té le Gi­ro 2017 et dé­sire prou­ver que ce n’était pas un coup de chance.

Une fois les bar­rières de la course en­le­vées, il est fa­cile de consta­ter que Jé­ru­sa­lem n’est pas une ville de vé­lo. Beau­coup de deux-roues élec­triques sillonnent la ci­té, no­tam­ment via le gé­nial tra­cé du tram­way qui la tra­verse (on en veut des pa­reils à Mon­tréal et à Qué­bec!). Pas de pistes cy­clables mais un en­thou­siasme cer­tain pour la course de vé­lo, c’est dé­jà ça.

Les choses sont un peu dif­fé­rentes à TelA­viv–Jaf­fa, où 130 km de pistes cy­clables et un sys­tème de vé­los en libre-ser­vice com­por­tant 200 sta­tions et 2000 vé­los fa­vo­risent la dé­cou­verte de la ville. La piste qui longe la mer est fort agréable. C’est d’ailleurs sur le lit­to­ral qu’a lieu l’ar­ri­vée. Les cou­reurs ont quit­té Haï­fa pour 167 km sans grand re­lief. Guillaume Boi­vin, qui comp­tait al­ler cher­cher le maillot de roi de la mon­tagne du jour, est par­ti dans la bonne échap­pée avec 120 km à faire, ce­pen­dant le pe­lo­ton a rat­tra­pé le trio. Boi­vin s’est en­vo­lé une nou­velle fois tout seul avant de se faire

man­ger par le pe­lo­ton à une quin­zaine de ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée. Mais mis­sion ac­com­plie pour Guillaume: le maillot a été bien visible. Mes confrères de L’Équipe et de quelques autres mé­dias me de­mandent qui est ce cou­reur fran­co­phone.

La troi­sième étape se fe­ra dans un pay­sage in­ha­bi­tuel pour le Gi­ro, le pe­lo­ton par­tant de Beer-She­va puis tra­ver­sant le dé­sert du Né­guev jus­qu’à Ei­lat, sur les bords de la mer Rouge. Je dois vous avouer que les quelques jour­na­listes cy­clistes qui sui­vaient la ca­ra­vane du Gi­ro ont été for­te­ment ten­tés de la dé­lais­ser et d’en­four­cher un vé­lo en pas­sant du cô­té de Mitzpe Ra­mon. Au coeur du dé­sert, la route s’élève, des­si­nant de ma­gni­fiques la­cets. Et que dire des sen­tiers de vé­lo de mon­tagne qui se lancent à l’as­saut des pi­tons ro­cheux? Là en­core, Guillaume Boi­vin fe­ra par­ler la poudre. En échap­pée en com­pa­gnie de deux Ita­liens, il de­vra éven­tuel­le­ment s’in­cli­ner pour le maillot de grim­peur, mais il au­ra conti­nué tout seul jus­qu’à 6 km de l’ar­ri­vée. Main­te­nant, tout le monde connaît le maillot de la Is­rael Cy­cling Aca­de­my. Dès le len­de­main, les cou­reurs quittent Is­raël et re­joignent Ca­tane, en Si­cile, pour la suite du Gi­ro.

Le Sa­ma­ra­thon, à la ren­contre du dé­sert Gran Fon­do Jé­ru­sa­lem

Guillaume Boi­vin Tom Du­mou­lin

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.