RIP

Vélo Mag - - Vélo Culte -

Yvette Hor­ner, en avant la mu­sique

La ca­ra­vane pu­bli­ci­taire du Tour de France est une abo­mi­na­tion. Slo­gans et jingles cra­chés par des haut-par­leurs, co­chon­ne­ries pro­mo­tion­nelles (sty­los, masques de car­ton, dé­pliants, etc.) lan­cées aux ba­dauds qui at­tendent le pe­lo­ton, voi­tures gros­siè­re­ment ma­quillées en bou­teilles d’al­cool ou en sau­cis­son… Son pas­sage ne sus­cite un quel­conque en­thou­siasme que parce qu’il an­nonce que la course n’est plus si loin.

Il en était sans doute au­tre­ment du temps où Yvette Hor­ner, ju­chée sur un char, jouait de l’ac­cor­déon sur tout le par­cours, tous les jours de course, de 1952 à 1964.

Le Tour a fait d’elle une ve­dette. Sous la pluie, dans les cols, le vi­sage souillé par les in­sectes et la pous­sière, elle jouait sur le tra­jet, à l’ar­ri­vée, puis le soir, ac­com­pa­gnée de son or­chestre. Elle re­la­tait tou­jours ces mois de juillet avec émotion.

Reine du Tour, mas­cotte, lé­gende : Syl­vain Cho­met en a même fait un per­son­nage des Tri­plettes de Bel­le­ville, où elle est re­bap­ti­sée Ro­berte Ri­vette. Elle est dé­cé­dée le 12 juin der­nier, à l’âge de 95 ans.

Yvette Hor­ner, une autre ve­dette du TourLa mu­si­cienne du­rant le Tour de France en 1955

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.