L’ex­plo­ra­teur épris de li­ber­té

Vélo Mag - - Tendance -

Il y a deux ans et de­mi, Vi­tal Côté est al­lé se perdre dans les bois, hors des sen­tiers bat­tus, avec son vé­lo de mon­tagne chaus­sé en 2,5 po et une tente pour seule mai­son. C’est là, cou­pé de toute ci­vi­li­sa­tion, qu’il a goû­té la li­ber­té, la vraie. « Je pé­da­lais de­puis 20 ans tant pour me trans­por­ter que pour voya­ger, mais ja­mais je ne m’étais sen­ti aus­si af­fran­chi. C’était un sen­ti­ment to­ta­le­ment nou­veau », ra­conte avec émotion l’homme de 53 ans.

Son ini­tia­tion au bikepacking, il l’a vé­cue en re­la­tive dou­ceur dans la ré­serve fau­nique des Lau­ren­tides. Ce­pen­dant, il consi­dère que c’est dans le dé­dale des che­mins fo­res­tiers « plus ou moins ou­verts » de la zec Chau­vin, à Sa­cré-Coeur, sur la Côte-Nord, que sa pas­sion pour la dis­ci­pline est vé­ri­ta­ble­ment née. « J’ai pas­sé quatre jours à re­cher­cher la chute Pi­lote, qu’on dit dif­fi­cile d’ac­cès. Je vous confirme que c’est bel et bien le cas ! » lance-t-il.

De son propre aveu, il passe alors beau­coup de temps à tour­ner en rond sur un ter­rain ren­du boueux par une pluie abon­dante. « Un seg­ment de 10 km non amé­na­gé peut tri­pler, voire qua­dru­pler le temps nor­mal de pro­gres­sion », ex­pli­quet-il. Une ex­pé­rience qui peut pa­raître fort dé­plai­sante, mais il n’en est rien: « Dans ce temps-là, je suis comme un ex­plo­ra­teur. Je dé­friche un ter­ri­toire vierge. »

L’at­teinte de l’ob­jec­tif tant convoi­té a été pour Vi­tal Côté une très grande source de joie et de fier­té, en­core au­jourd’hui. Sur­tout, ce­la l’a éclai­ré sur le sens vé­ri­table du mot aven­ture. « On peut faire le tour du monde et être en sé­cu­ri­té tout du long. Au contraire, on peut ex­plo­rer sa cour ar­rière et se mettre en pé­ril. L’im­pré­vu fait par­tie de l’ADN du bikepacking », conclut ce­lui qui pla­ni­fie d’autres es­ca­pades au cours de la sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.