COM­MENT CHOI­SIR UNE BOU­TEILLE DE VIN ?

Vins et Vignobles - - Editorial -

En ma­tière de vin, il y a tant de choix, à tous les prix, de tous les pays ! Com­ment s'y re­trou­ver ? Je vous com­prends car j'ai le même di­lemme. J'entre dans un ma­ga­sin de la SAQ, et c'est comme ar­ri­ver dans la Tour de Ba­bel – sauf que les vins ne parlent pas… Com­ment sa­voir si le vin qui est en pro­mo­tion est là parce que le conseiller en vin l'a choi­si ou parce que l'agent a dû payer le prix fort pour qu'il soit pla­cé hors de sa ca­té­go­rie, hors de son pays d'ori­gine, à l'en­trée du ma­ga­sin.

Sans vou­loir com­pa­rer avec ce qui se fait ailleurs, je trouve nos ma­ga­sins trop grands, trop four­nis, trop di­ver­si­fiés. Pour des rai­sons fa­mi­liales, je me re­trouve très sou­vent à Pa­ris où je peux faire des com­pa­rai­sons sur la fa­çon de com­mer­cia­li­ser le vin. Sans tom­ber dans la fa­ci­li­té de com­pa­rer les prix, je ne vais m'en te­nir qu'à la taille des ma­ga­sins, leur di­men­sion hu­maine, leur vo­ca­tion. Dans les deux quar­tiers que je fré­quente, tou­jours pour des rai­sons fa­mi­liales, il y a de très nom­breux ca­vistes, cha­cun ayant sa spé­cia­li­té – bio, bio­dy­na­mie, vins na­ture, vins du Rhône, vins de la Loire, vins étran­gers – et ce, même si l'ubi­quiste Ni­co­las est à deux pas et que, soit dit en pas­sant, ses ma­ga­sins sont tou­jours de taille hu­maine. Tous ces mar­chands ont choi­si leur spé­cia­li­té, ils connaissent les pro­duc­teurs dont ils vendent les vins, ils peuvent en par­ler et conseiller le client de fa­çon juste. Je pense à Isa­belle, pro­prié­taire de la bou­tique Les Pe­tits Do­maines rue de Gre­nelle dans le 7e, qui se spé­cia­lise dans les do­maines moins connus. Elle les a per­son­nel­le­ment choi­sis pour leur qua­li­té. Elle pré­sente par exemple toute une gamme de cham­pagnes ma­gni­fiques, cer­tains non do­sés, et tou­jours de très belle fac­ture. Elle or­ga­nise de pe­tites dé­gus­ta­tions le sa­me­di ma­tin quand tout le quar­tier fait son mar­ché, la bou­tique est tou­jours pleine, et l'on fait chaque fois de nou­velles dé­cou­vertes.

Et cet exemple n'est que un entre des cen­taines d'autres. Main­te­nant que les Qué­bé­cois ont ap­pri­voi­sé le vin, je crois qu'ils se­raient prêts à ex­pé­ri­men­ter le vin au­tre­ment. De pas­ser du «meilleur vin qua­li­té-prix» au «meilleur vin à leur goût», conseillés par une per­sonne fiable qui veut vendre le vin – c'est in­dé­niable – mais qui veut sur­tout que le client ait du plai­sir, qu'il soit sa­tis­fait et, qu'il re­vienne. On peut tou­jours rê­ver !!!

D'ici-là, pro­fi­tons de cette fin d'été ma­gni­fique – dî­ners al fres­co, apé­ri­tifs au bord de la pis­cine ou près du lac, bar­be­cues et soi­rées entre amis – et bu­vons le ro­sé de la li­ber­té !

À votre san­té !

Une jour­née plu­vieuse sur un vi­gnoble de la Rio­ja

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.