Jus­tin Le­blanc

Ré­si­lient, cou­ra­geux et ins­pi­rant

Vision (Canada) - - La Une - MAXIME MYRE maxime.myre@eap.on.ca

Ven­dre­di der­nier avait lieu la marche Ter­ry Fox de l’École élé­men­taire Sainte-Fé­li­ci­té à Cla­rence. Cette an­née les élèves par­ti­ci­pant à la course ont eu droit à une pré­sen­ta­tion d’un jeune homme ins­pi­rant ayant sur­vé­cu un can­cer si­mi­laire à ce­lui de Ter­ry Fox.

À la suite d’une dou­leur à la jambe su­bie en classe, Jus­tin Le­blanc rentre à l’hô­pi­tal et est diag­nos­ti­qué, à l’âge de neuf ans, du sar­come d’Ewing, un can­cer des os qui touche es­sen­tiel­le­ment les en­fants et les jeunes adultes. Au­jourd’hui âgé de 13 ans, Jus­tin marche à l’aide d’une pro­thèse spé­cia­le­ment conçue pour la dernière opé­ra­tion qu’il a su­bie. Suite au diag­nos­tic et à di­vers trai­te­ments, Jus­tin avait trois choix de­vant lui.

La pre­mière était une am­pu­ta­tion de la jambe. La deuxième op­tion était d’in­sé­rer une pro­thèse afin de conser­ver la jambe, c’était la so­lu­tion la plus es­thé­tique. Le pro­blème avec la pro­thèse est qu’elle de­vait être chan­gée aux 10 ans et pou­vait être en­dom­ma­gée fa­ci­le­ment ce qui vou­drait dire que Jus­tin, un jeune homme plein d’éner­gie, de­vrait faire bien at­ten­tion pen­dant des ac­ti­vi­tés phy­siques. La troi­sième op­tion était une chi­rur­gie plas­tique ro­ta­tive. Cette chi­rur­gie at­ta­che­rait le pied de Jus­tin à son fé­mur, à l’en­vers, afin d’uti­li­ser la che­ville comme ge­nou. Le pied s’ap­puie­rait en­suite dans une pro­thèse spé­cia­li­sée. Cette so­lu­tion per­met­trait à Jus­tin d’être très ac­tif.

Jus­tin a op­té pour la deuxième so­lu­tion, celle de la pro­thèse in­terne fra­gile. Lors de son re­tour à l’école, Jus­tin s’en­nuyait de ne pas pou­voir joindre ses amis sur les ter­rains de soc­cer. Après la pre­mière bri­sure de la pro­thèse, Jus­tin a de­man­dé pour la troi­sième op­tion, soit la chi­rur­gie plas­tique ro­ta­tive. Ce­ci vou­lait donc dire qu’une par­tie de sa jambe se­rait am­pu­tée. Mais pour Jus­tin, ce qui était le plus im­por­tant que son ap­pa­rence était de res­ter ac­tif. Alors c’est en trot­ti­nette que Jus­tin Le­blanc est ar­ri­vé à l’école Sainte-Fé­li­ci­té avec sa pro­thèse spé­ciale pour ac­com­mo­der son pied at­ta­ché, à l’en­vers, à son fé­mur.

Le jeune ado­les­cent a su trans­mettre son op­ti­misme aux quelque 50 élèves ve­nus l’en­tendre. Ces der­niers ont par­ti­ci­pé ac­ti­ve­ment à la con­ver­sa­tion, tel­le­ment qu’ils ont dû mettre une fin à la pé­riode de ques­tions.

Jus­tin de­vra su­bir une autre chi­rur­gie, le 5 oc­tobre, pour cor­ri­ger des li­ga­ments.

À la suite d’une dou­leur à la jambe su­bie en classe, Jus­tin Le­blanc rentre à l’hô­pi­tal et est diag­nos­ti­qué, à l’âge de neuf ans, du sar­come d’Ewing, un can­cer des os qui touche es­sen­tiel­le­ment les en­fants et les jeunes adultes.

—pho­to Maxime Myre

Jus­tin Le­blanc et sa mère de­vant les élèves de l’école Sainte-Fé­li­ci­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.