Ka­tryne Ville­neuve as­sou­vit sa pas­sion sur la glace !

Vision (Canada) - - Portrait - Profile - VICKY CHARBONNEAU vicky.charbonneau@eap.on.ca

Dès le mo­ment où elle a lan­cé sa suce par terre pour jouer au ho­ckey, les pa­rents de Ka­tryne Ville­neuve ont su qu’elle avait la pi­qûre du ho­ckey. Main­te­nant à 20 ans, la jeune femme de Cas­sel­man pour­suit sa lan­cée au sein de l’équipe de l’Uni­ver­si­té de Monc­ton de­puis 2014 et s’y dé­marque. En ef­fet, elle a ré­cem­ment été in­vi­tée à par­ti­ci­per à la Vi­trine es­ti­vale de Ho­ckey Ca­na­da à Cal­ga­ry, et ce, avec vingt des meilleures joueuses de ho­ckey fé­mi­nin U Sports.

« Je joue de­puis que j’ai trois ans et de­mi, a-t-elle ex­pli­qué. Je vou­lais être comme mon frère, je vou­lais tou­jours al­ler à l’aré­na avec lui et mes pa­rents ont dit qu’un jour j’ai lan­cé ma suce par terre et je vou­lais em­bar­quer sur la glace. »

Après avoir com­men­cé à jouer avec les gars, c’est à l’âge de huit ans qu’elle a com­men­cé à jouer avec les filles à Em­brun. Ayant le dé­sir de jouer à un ni­veau plus com­pé­ti­tif, elle se joint à une équipe de Corn­wall dès l’an­née sui­vante.

« À 15 ans, je me suis fait de­man­der de jouer pour Ne­pean, qui était une nou­velle équipe dans la PWHL (Pro­vin­cial Wo­men’s Ho­ckey League), une ligue Ju­nior avec des joueuses jus­qu’à 21 ans, et je joue main­te­nant à l’Uni­ver­si­té de Monc­ton, qui m’a re­cru­tée par la suite. »

En fait, plu­sieurs uni­ver­si­tés amé­ri­caines et ca­na­diennes avaient Ka­tryne dans leur mire, mais la jeune ho­ckeyeuse te­nait à res­ter au Ca­na­da pour pour­suivre ses études, et spé­cia­le­ment en fran­çais. « Je vou­lais aus­si par­tir de la mai­son et dé­cou­vrir autre chose », a-t-elle ajou­té. Elle pour­suit donc ses études à l’Uni­ver­si­té de Monc­ton, où elle fait par­tie des Aigles Bleus, l’équipe uni­ver­si­taire de ho­ckey.

Comme pro­gramme d’études, Ka­tryne se di­rige dans la ges­tion du sport et des loi­sirs, en plus de com­plé­ter une mi­neure en cri­mi­no­lo­gie avec des plans de cer­ti­fi­cat en toxi­co­ma­nie, par-des­sus le mar­ché. From the mo­ment she threw her pa­ci­fier be­cause she wan­ted to play ho­ckey, Ka­tryne Ville­neuve’s pa­rents knew she had been bit­ten by the bug. Now at the age of 20, Cas­sel­man’s young ho­ckey player is gi­ving it her best shot as a player for the Monc­ton Uni­ver­si­ty team. Re­cent­ly, she was in­vi­ted to par­ti­ci­pate in the Ho­ckey Ca­na­da Sum­mer Show­case Aigles Bleus in Cal­ga­ry ear­lier this month, with twen­ty of the best U Sports fe­male ho­ckey players (the league re­pre­sen­ting all Ca­na­dian uni­ver­si­ties).

Le fait de faire par­tie de cette équipe ré­pu­tée de ho­ckey lui a per­mis de vivre une ex­pé­rience unique du 5 au 13 août der­nier, en étant sé­lec­tion­née pour faire par­tie de l’équipe fé­mi­nine U Sports - la ligue qui re­pré­sente toutes les uni­ver­si­tés ca­na­diennes, lors de la vi­trine es­ti­vale de Ho­ckey Ca­na­da à Cal­ga­ry. Pour la deuxième an­née consé­cu­tive, les étoiles U SPORTS par­ti­ci­paient à la vi­trine es­ti­vale où elles ont dis­pu­té deux matchs contre cha­cune des équipes sui­vantes : l’Équipe na­tio­nale fé­mi­nine de dé­ve­lop­pe­ment de Ho­ckey Ca­na­da et l’Équipe na­tio­nale fé­mi­nine du Ja­pon. Celle-ci s’est d’ailleurs qua­li­fiée pour les pro­chains Jeux olym­piques à Peyong­chang en 2018.

Tan­dis qu’elle était re­ve­nue au ber­cail pour l’été, Ka­tryne a tou­jours fait preuve de dis­ci­pline, tout en trou­vant son équi­libre dans le sport. « J’ai eu un em­ploi du lun­di au ven­dre­di et j’al­lais m’en­traî­ner presque chaque jour après le tra­vail. Je joue aus­si dans deux ligues de ho­ckey balle et je joue au baseball pour le fun. »

Ka­tryne quitte à nou­veau le nid fa­mi­lial pour une autre an­née à Monc­ton – il lui en reste deux, mais n’ou­blie pas les ef­forts qui ont été dé­ployés pour qu’elle puisse pour­suivre ses rêves. « Mon père de­vait sou­vent par­tir tôt du tra­vail pour m’em­me­ner à des pra­tiques, ou ma mère de­vait prendre des Plu­sieurs uni­ver­si­tés amé­ri­caines et ca­na­diennes avaient Ka­tryne dans leur mire, mais la jeune ho­ckeyeuse te­nait à res­ter au Ca­na­da pour pour­suivre ses études, et spé­cia­le­ment en fran­çais. Elle pour­suit donc ses études à l’Uni­ver­si­té de Monc­ton, où elle fait par­tie des Aigles Bleus, l’équipe uni­ver­si­taire de ho­ckey, de­puis 2014. jour­nées de congé pour des tour­nois ou des par­ties, puisque la ligue de mon équipe à Ne­pean était ba­sée à To­ron­to, s’est-elle sou­ve­nue. Sans eux et tous leurs sa­cri­fices, je ne se­rais pas au ni­veau uni­ver­si­taire au­jourd’hui. Ils m’ont vrai­ment tou­jours don­né tous les ou­tils né­ces­saires pour que je réus­sisse. Ils viennent en­core me voir jouer jus­qu’à Monc­ton au moins une fois par an­née, a-t-elle conclu. Dans le fond, je pense qu’ils sont aus­si pas­sion­nés que moi. »

—pho­to four­nie

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.