LA SO­CIÉ­TÉ DES GRANDS FONDS DA­NIEL CANTY

VOIR (Québec) - - GUIDE RESTOS -

La Peu­plade, 208 pages

Il ar­rive qu’un lec­teur erre de­vant sa bi­blio­thèque. Il ar­rive que ce lec­teur, par­cou­rant du re­gard le dos des livres cor­dés sur la ta­blette du centre, se re­mé­more dif­fé­rents sou­ve­nirs de lec­ture. Un sou­ve­nir de lec­ture est bien sou­vent plus que l’his­toire qu’il ra­conte. Ce sont les lieux ima­gi­naires de la fic­tion, mais aus­si ceux très réels de la lec­ture. C’est un banc de parc, une ville étran­gère, une berge tran­quille. Il ar­rive que ce lec­teur en ex­tirpe un livre, bous­cu­lant l’in­ébran­lable ordre des choses, l’in­ébran­lable quié­tude d’une bi­blio­thèque. Il ar­rive que ce livre soit gon­do­lé. Peut-être par une pluie sou­daine, alors que le lec­teur se trou­vait dans un parc. Peut-être par d’in­ter­mi­nables soi­rées de lec­ture dans une bai­gnoire où cou­lait en per­ma­nence un fi­let d’eau chaude. Il ar­rive que ce lec­teur, par une of­frande lit­té­raire, vous convie d’in­té­grer La so­cié­té des grands fonds.

Après Wi­grum (La Peu­plade, 2011) et Les États-unis du vent (La Peu­plade, 2014), Da­niel Canty pour­suit une oeuvre hé­té­ro­clite, éclec­tique. Le par­cours lit­té­raire de cet ar­tiste plu­ri­dis­ci­pli­naire ma­rie contrainte et li­ber­té, éru­di­tion et lu­disme. Avec ce plus ré­cent livre, l’au­teur tente de nous faire ac­croire qu’il nous offre un livre d’eau, alors qu’à sa lec­ture, on se rend compte bien as­sez vite qu’il nous offre un livre de lec­teur. Re­grou­pant des textes pa­rus dans Ba­thy­scaphe, jour­nal in­ac­tuel pa­ru ir­ré­gu­liè­re­ment à 10 re­prises entre 2008 et 2013, La so­cié­té des grands fonds s’était d’abord ex­trait de cette pre­mière vie pour lo­ger sur la toile, avant de prendre la forme li­vresque sous la­quelle il se pré­sente main­te­nant à nous. D’une re­lec­ture de Nine Sto­ries de J. D. Sa­lin­ger ou d’une ren­contre for­tuite avec Alis­tair Ma­cleod à Van­cou­ver, Canty en fait des mor­ceaux de bra­voure fluides dans leur dis­pa­ri­té.

Livre d’eau, peut-être. Livre de lec­teur, as­su­ré­ment.

Mais livre d’er­rances aus­si, sur­tout. Entre Mon­tréal et New York en pas­sant par Ha­li­fax et Hunts­ville,

Canty ar­pente des ter­ri­toires et en in­vente dif­fé­rentes to­po­gra­phies. À ce­lui qui «ignore si le monde, à l’ins­tar d’un livre, est vé­ri­ta­ble­ment consti­tué de signes», je peux af­fir­mer qu’à la tom­bée de la nuit, lorsque j’ai fait mon en­trée dans La so­cié­té des grands fonds, le vent s’est le­vé, la pluie s’est in­vi­tée à ma fe­nêtre. Alors un livre d’eau?

Dans le fond, oui, pour­quoi pas. (Jé­ré­my La­niel)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.