FRANCOPHILES

Winnipeg Free Press - - COMMUNITY VOICES - MARIE BERCKVENS DE LA LIBERTÉ POUR LE WINNIPEG FREE PRESS

A weekly col­umn en français cel­e­brat­ing West­ern Canada's largest fran­co­phone com­mu­nity TELLA Ntambwe, âgée de 14 ans, chante depuis presque tou­jours. Après avoir com­mencé le pi­ano à cinq ans, la voilà au­jourd’hui avec harpe et vi­o­lon. Mais son grand in­stru­ment, c’est sa voix.

Quand la ques­tion des tout débuts est posée à Stella Ntambwe, après un mo­ment de réflex­ion, la réponse coule na­turelle­ment: “Dans la famille, on chante. Dans la famille de papa, notre grand-mère chan­tait dans la cho­rale. Mon père aussi. Alors, nous aussi, on chante.”

La famille Ntambwe, orig­i­naire de la République démocra­tique du Congo, c’est un peu comme un or­chestre avec toutes les tes­si­tures. Stella, c’est la voix prin­ci­pale, la so­prane. Il y a Fidèle, 17 ans, qui joue du pi­ano, de la basse et de la gui­tare acous­tique. Et puis l’alto Vic­to­ria, 12 ans, qui joue du pi­ano et de la basse. Et en­fin, la cadette, la ténor Peace, 10 ans, qui joue de la man­do­line.

La famille or­chestre se rend à plusieurs évène­ments. On a pu apercevoir Stella en mars dernier au Jour J, le fo­rum je­unesse or­gan­isé par l’Ac­cueil fran­co­phone. Sou­vent, Stella et ses soeurs vont à l’hôpi­tal de Stein­bach, par­ticipent à des mariages, à des prélève­ments de fonds.

Leurs voix sont aussi sol­lic­itées pour des funérailles. Le père de Stella, Boris Ntambwe, se sou­vient: “En 2016, un ami de la famille de Stein­bach avait de­mandé avant de mourir que mes filles chantent à ses funérailles. L’église était rem­plie. Les gens ve­naient de partout. L’au­di­toire était cap­tivé.”

Stella en fris­sonne encore: “J’étais telle­ment nerveuse. Mes pe­tites

S

Newspapers in English

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.