G20 : nou­velles pers­pec­tives pour la co­opé­ra­tion si­no-fran­çaise

China Today (French) - - SOMMAIRE - PENG SHUYI*

Cette an­née, c’était au tour de la Chine d’ac­cueillir le Som­met du G20, évé­ne­ment sym­bo­lique de la con­cer­ta­tion entre les pays. À cette oc­ca­sion, le pré­sident Xi Jin­ping a émis un cer­tain nombre de pro­po­si­tions, qui ne se­ront pas sans ré­per­cus­sions sur la co­opé­ra­tion si­no-fran­çaise. Ana­lyse.

est dans le contexte d’un ra­len­tis­se­ment éco­no­mique mon­dial, d’une crois­sance atone et d’un ave­nir in­cer­tain que s’est te­nu, les 4 et 5 sep­tembre 2016, le Som­met des di­ri­geants du G20 dans la ville chi­noise de Hangz­hou, cé­lèbre pour ses pay­sages pit­to­resques. Sa­chant que les pays du G20 re­pré­sentent plus des deux tiers de la po­pu­la­tion, de la pro­duc­tion éco­no­mique et de la va­leur des échanges com­mer­ciaux dans le monde, il va sans dire que cette ren­contre re­vê­tait une im­por­tance ma­jeure pour l’éco­no­mie mon­diale.

Lors de ce som­met, le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping a don­né un dis­cours, ar­ti­cu­lé au­tour de quatre points, à sa­voir : le « dé­ve­lop­pe­ment in­clu­sif et in­ter­ac­tif », la « crois­sance par l’in­no­va­tion », la « gou­ver­nance éco­no­mique et fi­nan­cière mon­diale plus ef­fi­cace » et « le ren­for­ce­ment des in­ves­tis­se­ments à l’étran­ger et le com­merce in­ter­na­tio­nal ». Ce fai­sant, il a pres­crit une or­don­nance pour trai­ter les symp­tômes af­fec­tant l’éco­no­mie mon­diale et la re­mettre sur pied. De ces re­com­man­da­tions, la Chine et la France pour­raient bien ti­rer des op­por­tu­ni­tés de co­opé­ra­tion.

De nou­velles idées de dé­ve­lop­pe­ment pré­sen­tées par la Chine

Ces der­nières an­nées, les pays oc­ci­den- taux ont ten­té de faire face à la mo­ro­si­té de l’éco­no­mie mon­diale en ajus­tant leur po­li­tique mo­né­taire, c’est-à-dire par le biais d’in­ci­ta­tions fi­nan­cières. Tou­te­fois, les ré­sul­tats n’ont pas été à la hau­teur des es­pé­rances, pour di­verses rai­sons. D’une part, il est im­pos­sible d’in­jec­ter de grosses sommes d’ar­gent à vo­lon­té dans les sec­teurs de la pro­duc­tion et de la consom­ma­tion, sec­teurs les plus aptes à re­le­ver l’éco­no­mie ; d’autre part, ren­flouer le sec­teur bour­sier sème l’agi­ta­tion sur les mar­chés des ca­pi­taux. Cette an­née, la Chine a pro­fi­té de son sta­tut de pays à la pré­si­dence du G20 pour dres­ser une feuille de route vi­sant à dy­na­mi­ser l’éco­no­mie mon­diale et à pour­suivre un dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique du­rable : dans les grandes lignes, il s’agit de réa­li­ser des per­cées dans l’éco­no­mie nu­mé­rique, l’éco­no­mie verte et l’éco­no­mie bas car­bone, afin d’ex­ploi­ter les dy­na­miques de crois­sance, tout en fa­vo­ri­sant la « crois­sance par l’in­no­va­tion » et en pro­mou­vant les ré­formes struc­tu­relles.

Outre sa dé­ter­mi­na­tion à re­cou­rir à l’in­no­va­tion plu­tôt qu’à des ins­tru­ments fi­nan­ciers pour por­ter la crois­sance, la Chine a sou­li­gné vou­loir un dé­ve­lop­pe­ment à la fois « ou­vert, in­clu­sif et in­ter­ac­tif ». En d’autres termes, il convient d’exa­mi­ner équi­ta­ble­ment les be­soins de chaque pays dans le monde, no­tam­ment ceux en dé­ve­lop­pe­ment, pour leur of­frir des chances de dé­ve­lop­pe­ment égales et les ai­der à lut­ter contre la pau­vre­té, de telle sorte qu’ils puissent fi­na­le­ment in­té­grer le sys­tème éco­no­mique mon­dial et par­ta­ger les fruits du pro­grès. À l’heure où la Terre se trans­forme en un « vil­lage pla­né­taire » de par le haut de­gré d’in­ter­dé­pen­dance éco­no­mique qui existe entre les na­tions, le de­ve­nir de cha­cun des pays est lié au sort de l’hu­ma­ni­té toute en­tière. Ce n’est qu’en com­bi­nant les ef­forts et en re­cher­chant des so­lu­tions glo­bales que le bien-être col­lec­tif pour­ra être as­su­ré. C’est dans cette op­tique que le nombre de pays en dé­ve­lop­pe­ment in­vi­tés au Som­met du G20 a bat­tu son re­cord.

Par ailleurs, pour un dé­ve­lop­pe­ment ou­vert, il est né­ces­saire de veiller à écar­ter toute forme de pro­tec­tion­nisme com­mer­cial. À cet ef­fet, la Chine prend l’ini­tia­tive de par­ti­ci­per et de ren­for­cer le sys­tème com­mer­cial mul­ti­la­té­ral, en vue d’en­cou­ra­ger l’in­ter­con­nexion des éco­no­mies na­tio­nales pour être mu­tuel­le­ment bé­né­fiques, plu­tôt que de re­cher­cher uni­que­ment un in­té­rêt na­tio­nal ou ré­gio­nal sous l’égide du pro­tec­tion­nisme. Par ailleurs, compte te­nu de la vo­la­ti­li­té et de la vul­né­ra­bi­li­té des mar­chés fi­nan­ciers dans le monde, la Chine a pro­po­sé de dur­cir la sur­veillance fi­nan­cière par la voie de la co­opé­ra­tion et d’éle­ver le ni­veau de sé­cu­ri­té fi­nan­cière, pour évi­ter qu’une trop forte vo­la­ti­li­té des mar­chés fi­nan­ciers ne dé­bouche sur un nou­veau cycle de crise fi­nan­cière. La Chine a éga­le­ment avan­cé le concept in­no­vant de la « fi­nance verte ». L’ob­jec­tif est d’en­cou­ra­ger les ins­ti­tu­tions fi­nan­cières à orien­ter leurs ac­ti­vi­tés vers les in­dus­tries et les en­tre­prises en­ga­gées dans la stra­té­gie bas car­bone et le res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment, en ajus­tant (à la hausse

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.