Le dé­ve­lop­pe­ment axé sur l’in­no­va­tion

China Today (French) - - SOMMAIRE -

De­puis quelques an­nées, le dé­ve­lop­pe­ment axé sur l’in­no­va­tion est un mot-clé uni­ver­sel­le­ment re­con­nu dans la so­cié­té chi­noise. Science, tech­no­lo­gie et in­no­va­tion jouent un rôle mo­teur de plus en plus im­por­tant pour le dé­ve­lop­pe­ment de la Chine. En 2015, les dé­penses de R&D ont at­teint 1 422 mil­liards de yuans. La contri­bu­tion à la crois­sance éco­no­mique des pro­grès tech­niques et scien­ti­fiques est pas­sée de 50,9 % en 2010 à 55,3 % en 2015. En termes de ca­pa­ci­té d’in­no­va­tion glo­bale, la Chine se hisse à la 18e place mon­diale.

Les an­nées à ve­nir re­pré­sentent une pé­riode cru­ciale pour la Chine qui veut en­trer dans le club des pays in­no­vants. En mai le Pro­gramme na­tio­nal sur la stra­té­gie du dé­ve­lop­pe­ment axé sur l’in­no­va­tion qui ré­vèle les trois ob­jec­tifs de cette stra­té­gie, à court, moyen et long terme a été pu­blié. À court terme, c’est-à-dire d’ici 2020, un sys­tème na­tio­nal d’in­no­va­tion à la chi­noise se­ra mis en place, et les dé­penses de la re­cherche et du dé­ve­lop­pe­ment re­pré­sen­te­ront 2,5 % du PIB, la contri­bu­tion des pro­grès technico-scien­ti­fiques à la crois­sance at­tein­dra 60 %, tan­dis que la va­leur ajou­tée des ser­vices à forte concen­tra­tion de sa­voir re­pré­sen­te­ra 20 % du PIB. L’ob­jec­tif à long terme, d’ici à 2050, consiste pour la Chine à de­ve­nir une grande puis­sance mon­diale d’in­no­va­tion tech­ni­cos­cien­ti­fique, un prin­ci­pal centre de sciences et d’in­no­va­tion mon­dial.

En août, la Chine a pu­blié son Plan na­tio­nal sur l’in­no­va­tion technico-scien­ti­fique, qui pré­voit l’élar­gis­se­ment des sec­teurs fa­vo­rables au dé­ve­lop­pe­ment axé sur l’in­no­va­tion. En plus de la trans­for­ma­tion de Bei­jing et de Shan­ghai en centres d’in­no­va­tion technico-scien­ti­fique de por­tée in­ter­na­tio­nale, la Chine s’at­ta­che­ra à mettre en pra­tique le dé­ve­lop­pe­ment axé sur l’in­no­va­tion dans des zones mo­dèles d’in­no­va­tion et des tech­no­pôles de ni­veau na­tio­nal. Par ailleurs, des centres d’in­no­va­tion, qui joue­ront un rôle im­por­tant d’en­traî­ne­ment dans des pro­vinces, mu­ni­ci­pa­li­tés et ar­ron­dis­se­ments, se­ront construits. Ac­tuel­le­ment, on compte en Chine 146 tech­no­pôles de ni­veau na­tio­nal dé­jà mises en ser­vice, dont le chiffre d’af­faires cu­mu­lé at­tei­gnait 25 370 mil­liards de yuans en 2015. Le nombre d’en­tre­prises en­re­gis­trées dans ces tech­no­pôles dé­passe les 30 000, ce qui représente 40,9 % du to­tal na­tio­nal des en­tre­prises in­no­vantes. Hor­mis les in­cu­ba­teurs tra­di­tion­nels que sont les tech­no­pôles et les zones mo­dèles d’in­no­va­tion, des in­cu­ba­teurs de types nou­veaux re­liés par In­ter­net, comme les ha­ckers­paces et les centres in­no­va­tion works ont com­men­cé à se faire connaître.

La Chine pour­suit sa po­li­tique de dé­ve­lop­pe­ment in­no­vant, coor­don­né, éco­lo­gique, ou­vert et par­ta­gé et oeuvre à pro­mou­voir la mise en ap­pli­ca­tion de son Pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment du­rable à l’ho­ri­zon 2030. Des plans pé­rio­diques par sec­teurs in­dus­triels in­no­vants ont été for­mu­lés au ni­veau na­tio­nal : d’ici 2020, le gou­ver­ne­ment s’at­ta­che­ra à ré­soudre les ques­tions clés que sont la puce uni­ver­selle haut de gamme, les ma­chines-ou­tils à com­mande nu­mé­rique haut de gamme, les équi­pe­ments de cir­cuits in­té­grés, les champs pé­tro­liers et ga­ziers, les cen­trales nu­cléaires, la dé­pol­lu­tion des eaux, la mise au point de nou­veaux mé­di­ca­ments ; d’ici 2030, elle lan­ce­ra des pro­grammes clés comme ce­lui du mo­teur aé­ro­nau­tique et de la tur­bine à gaz, ain­si que d’autres pro­grammes im­por­tants qui s’ins­crivent dans la stra­té­gie na­tio­nale, comme la com­mu­ni­ca­tion quan­tique, le ré­seau d’in­for­ma­tion, la fa­bri­ca­tion in­tel­li­gente et les ro­bots, la science du cer­veau en pro­fon­deur.

L’in­no­va­tion technico-scien­ti­fique ap­porte éga­le­ment une im­pul­sion im­por­tante au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial du monde et représente un moyen ef­fi­cace de lutte contre la pau­vre­té, la fa­mine et le chan­ge­ment cli­ma­tique. Afin de pro­mou­voir la réa­li­sa­tion du Pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment du­rable à l’ho­ri­zon 2030, l’ONU a mis en place un mé­ca­nisme de pro­mo­tion tech­nique vi­sant à pro­mou­voir la science, la tech­no­lo­gie et l’in­no­va­tion. La Chine sou­tient ces ac­ti­vi­tés et y par­ti­cipe dans le cadre de ce mé­ca­nisme, en­cou­rage la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale dans les do­maines scien­ti­fique et tech­no­lo­gique, et par­tage avec les pays en dé­ve­lop­pe­ment ses ac­quis technico-scien­ti­fiques et son ex­pé­rience de dé­ve­lop­pe­ment. De 2001 à 2015, la Chine a for­mé un to­tal de 10 000 tech­ni­ciens pro­ve­nant de 120 pays en dé­ve­lop­pe­ment. En même temps, elle en­cou­rage ses en­tre­prises à mettre en place des ré­seaux d’in­no­va­tion tour­nés vers le monde en­tier, les pousse à créer des centres de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment à l’étran­ger dans le but de fa­vo­ri­ser la mise en ap­pli­ca­tion de tech­niques et d’équi­pe­ments avan­cés dé­ve­lop­pés en Chine, no­tam­ment en ma­tière de sa­tel­lites, de trains à grande vi­tesse, d’éner­gie nu­cléaire et de su­per­or­di­na­teurs.

Une nou­velle ré­vo­lu­tion tech­no­lo­gique axée sur la science, la tech­no­lo­gie et l’in­no­va­tion qui gui­de­ra l’éco­no­mie mon­diale vers une nou­velle époque de dé­ve­lop­pe­ment plus pros­père, ap­pa­raî­tra dans un proche ave­nir.

L’in­no­va­tion tech­ni­cos­cien­ti­fique ap­porte éga­le­ment une im­pul­sion im­por­tante au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial du monde et représente un moyen ef­fi­cace de lutte contre la pau­vre­té, la fa­mine et le chan­ge­ment cli­ma­tique.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.