La Chine va « trop vite » !

China Today (French) - - SOMMAIRE - (France) CH­RIS­TOPHE TRONTIN

Ce qui est drôle lors­qu’on vit en Chine, c’est voir à quelles contor­sions la presse dé­mo­cra­tique est prête à se li­vrer lors­qu’elle ra­conte ce pays. Pas de bonnes nou­velles de ce cô­té du globe, et toute in­fo est sys­té­ma­ti­que­ment tor­due dans le sens le plus pes­si­miste pos­sible. Bien sûr, cer­tains thèmes de­mandent plus d’agi­li­té que d’autres et par­fois, des prouesses sé­man­tiques qui vous laissent pan­tois...

La presse in­ter­na­tio­nale ne sait plus sur quel pied dan­ser : pra­ti­que­ment de­puis le dé­but de la ré­forme et de l’ou­ver­ture chi­noise, édi­to­ria­listes et grands or­ganes de presse in­ter­na­tio­naux ne cessent de pré­dire le dé­ra­page et la sor­tie de route à la Chine qui avance à pleine va­peur sur le che­min du pro­grès.

L’éco­no­mie n’est pas une science exacte et bien sou­vent l’idéo­lo­gie prend le pas sur la réa­li­té des faits. C’est de plus en plus vi­sible de­puis la crise fi­nan­cière in­ter­na­tio­nale qui a lar­ge­ment se­coué les éco­no­mies oc­ci­den­tales tan­dis que la Chine pour­sui­vait im­per­tur­ba­ble­ment son dé­ve­lop­pe­ment. Alors que la Chine est en passe d’abou­tir à un ac­com­plis­se­ment, la vé­hé­mence des édi­to­riaux at­teint son pa­roxysme.

The Economist est de­puis long­temps en pre­mière ligne : dans un dos­sier très com­plet qui re­monte à 2006, l’heb­do­ma­daire bri­tan­nique ul­tra-conser­va­teur met­tait en garde la Chine en ti­trant Keep gro­wing : ea­sier said than done (Main­te­nir la crois­sance : plus fa­cile à dire qu’à faire). En 2009, il sem­blait ap­pe­ler de ses voeux la ca­tas­trophe an­non­cée qui est tou­jours sur le point d’ar­ri­ver : The Chi­nese eco­no­my is stum­bling : how much worse can it get ? (L’éco­no­mie chi­noise va­cille : jus­qu’où peut-elle tom­ber ?). L’an­née sui­vante, dans Le Monde, Thier­ry Wol­ton si­gnait un pa­pier qui com­pa­rait l’éco­no­mie chi­noise à celle de l’URSS, pré­di­sant l’im­mi­nence d’un ef­fon­dre­ment sem­blable à ce­lui qui si­gna la fin de l’Union so­vié­tique. En 2011, L’Obs ti­trait Un mo­dèle à bout de souffle pour an­ti­ci­per une fois de plus la fin du « mi­racle chi­nois. » En 2013, Le Monde si­gnait un édi­to­rial ra­va­geur sous le titre Les banques chi­noises au bord de la crise dans le­quel il sug­gé­rait l’im­mi­nence d’une « crise éco­no­mique ma­jeure » en Chine. Le dé­sastre an­non­cé ne s’est pas pro­duit, mais ça n’em­pê­cha pas le « quo­ti­dien de ré­fé­rence » d’en ra­jou­ter une louche l’an­née sui­vante, re­layant sans rire les « in­quié­tudes » du FMI. « Le FMI pré­vient d’un flé­chis­se­ment de la crois­sance chi­noise », trom­pé­tait alors le quo­ti­dien pa­ri­sien, re­pre­nant à son compte le cre­do du Consen­sus de Wa­shing­ton qui af­firme que rien de bon ne peut dé­cou­ler des in­ter­ven­tions de l’État dans l’éco­no­mie.

Des ar­ticles idéo­lo­giques qui flirtent par­fois avec la mau­vaise foi, comme ce­lui-ci, pa­ru dans Glo­bal Fi­nance en fé­vrier 2009 qui an­nonce un ef­fon­dre­ment de 29 % des ex­por­ta­tions chi­noises par rap­port à jan­vier de l’an­née pré­cé­dente... ou­bliant de pré­ci­ser que le Nou­vel An chi­nois était pas­sé par là puis­qu’il tom­bait cette an­née en jan­vier, avec un grand nombre d’usines et d’en­tre­prises qui ferment pen­dant deux à trois se­maines, et que donc la com­pa­rai­son avec jan­vier 2008 était com­plè­te­ment vi­ciée.

Un man­tra mille fois ré­pé­té fi­nit-il par in­fluen­cer les faits ? The Economist s’y es­saie de­puis plus de vingt ans, dé­non­çant in­fa­ti­ga­ble­ment les ef­fets dé­lé­tères de « hea­vy-han­ded go­vern­ment medd­ling » (l’in­gé­rence mal­adroite du gou­ver­ne­ment) dans l’éco­no­mie chi­noise, sans que l’ex­tra­or­di­naire mo­der­ni­sa­tion éco­no­mique du pays n’en semble af­fec­tée.

De­puis 1978, chaque ré­forme, chaque ini­tia­tive, chaque étape de cette mo­der­ni­sa­tion a été sa­luée par des salves de mises en garde. L’éco­no­mie chi­noise ne crois­sait pas au rythme de 10 % par an, elle « était en sur­chauffe. » Le pays ne mo­der­ni­sait pas ses in­fra­struc­tures, il « nour­ris­sait une bulle de su­rin­ves­tis­se­ment » qui de­vait écla­ter d’une mi­nute à l’autre. Lors­qu’il ré­for­mait sa fis­ca­li­té, on li­sait dans Cour­rier In­ter­na­tio­nal un ar­ticle in­ti­tu­lé Le fisc s’at­taque aux classes fa­vo­ri­sées (2006) dé­taillant les affres des mal­heu­reux Chi­nois aux sa­laires su­pé­rieurs à 120 000 yuans par mois je­tés en pâ­ture à l’in­qui­si­tion fis­cale. Une mul­ti­tude d’ar­ticles pré­di­saient en même temps « l’écla­te­ment de la bulle im­mo­bi­lière », « l’ex­plo­sion des in­éga­li­tés » et un « at­ter­ris­sage bru­tal » de l’éco­no­mie. Alors que le pays bat­tait en 2009 des re­cords d’ac­cueil d’in­ves­tis­se­ments étran­gers, on pou­vait lire dans Le Monde un ar­ticle ti­trant La Chine, terre in­hos­pi­ta­lière pour les in­ves­tis­seurs étran­gers. Main­te­nant qu’elle entre dans la nou­velle nor­ma­li­té, avec une crois­sance plus rai­son­nable (que pré­co­ni­saient les ex­perts in­ter­na­tio­naux) on peut lire par­tout les pa­piers d’autres ex­perts in­quiets du « ra­len­tis­se­ment ca­tas­tro­phique » de son éco­no­mie.

Il en va de l’éco­no­mie comme de la po­li­tique : l’opi­nion est plus in­fluen­cée par les oeillères idéo­lo­giques que par les faits me­su­rables. Peu im­portent les don­nées, du mo­ment où l’on a dé­ci­dé, dans les co­mi­tés de ré­dac­tion, que la Chine court à la ca­tas­trophe. Et pour­tant, elle pour­suit son che­min dans le cadre de l’éco­no­mie so­cia­liste de mar­ché, dans la­quelle la « main vi­sible » de l’État tient fer­me­ment les rênes de la « main in­vi­sible » du mar­ché.

La Chine entre d’un pas as­su­ré sur la scène mon­diale. Res­pec­tueuse du droit in­ter­na­tio­nal, elle en­tend faire avan­cer ses in­té­rêts lé­gi­times et avec eux, ceux des pays émer­gents. C’est là le sens de sa pré­si­dence du G20 à Hangz­hou, mais aus­si de la ré­forme fi­nan­cière mon­diale qui se des­sine en cou­lisses. Le mo­no­pole du dol­lar a fait son temps, place à un sys­tème de Droits de ti­rage spé­ciaux plus équi­table.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.