La nou­velle mode ? Le sport !

China Today (French) - - SOMMAIRE - HU YUE, membre de la ré­dac­tion

Plus be­soin d’ex­cuses quand le sport vient jus­qu’à vous et qu’un vé­ri­table coach ul­tra­per­for­mant se glisse dans votre té­lé­phone por­table !

On en­tend sou­vent dire que le rend les gens de plus en plus bêtes... se pour­rait-il qu’il les rende aus­si de plus en plus spor­tifs ? Entre la mul­ti­pli­ca­tion des ap­pli­ca­tions spor­tives et l’en­vie d’af­fi­cher ses per­for­mances sur les ré­seaux so­ciaux, la jeu­nesse chi­noise se bouge !

Ces der­nières an­nées, un nou­veau phé­no­mène ba­laie la Chine : on voit comme au­tre­fois des gens mar­cher dans la rue, cou­rir sur les ter­rains d’ath­lé­tisme ou faire de l’exer­cice dans les salles de gym, et même des grands-mères dan­ser sur la place. La dif­fé­rence ? Tous bran­dissent dé­sor­mais leur por­table. Et ce n’est pas pour écou­ter de la mu­sique avec leurs écou­teurs ; ils font de leur por­table un « lièvre » qui les in­cite à se dé­pas­ser.

Faire du sport un show

Zhang Xu, 34 ans, est ven­deur à Cheng­du. Ces jours-ci, il s’est mis au jog­ging. Bien en­ten­du, il par­tage ses per­for­mances sur son WeC­hat : « Cha­cun ex­hibe son nombre de pas, alors moi aus­si ! »

Ce que men­tionne Zhang Xu est la nou­velle ap­pli­ca­tion WeRun dans WeC­hat, qui af­fiche jour après jour un clas­se­ment de vos amis sur WeC­hat se­lon le nombre de pas ef­fec­tués dans la jour­née. Une ma­nière com­pé­ti­tive qui en­cou­rage les pan­tou­flards à se bou­ger. Les pre­miers du ta­bleau sont tou­jours fiers et heu­reux de par­ta­ger leurs per­for­mances. Les der­niers, eux, sont en­cou­ra­gés à se dé­pas­ser. Les plus ath­lé­tiques par­mi les amis de Zhang Xu dé­passent par­fois les 30 000 pas par jour. En­vieux des per­for­mances de ses col­lègues et proches, crai­gnant peut-être aus­si leurs quo­li­bets, Zhang Xu s’est dé­ci­dé à re­le­ver le dé­fi.

Il n’y a pas que WeC­hat : de nom­breu- ses ap­pli­ca­tions spor­tives ont pris leur place dans les smart­phones des Chi­nois, en par­ti­cu­lier les plus jeunes. À la fin de la jour­née, des mil­lions de per­sonnes par­tagent avec fier­té des co­pies d’écran d’ap­pli­ca­tions spor­tives sur leur ré­seau so­cial fa­vo­ri, qu’il s’agisse de Wei­bo ou de WeC­hat. Des co­pies d’écran qui do­cu­mentent de fa­çon in­dis­cu­table leur ex­ploit, chro­no­mètre, carte GPS et ca­lo­ri­mètre à l’ap­pui. En ajou­tant quelques pho­tos de corps mus­clé, on est sûr de ré­col­ter un maxi­mum de « j’aime. »

Il y a dix ans de ce­la, seuls les ath­lètes pro­fes­sion­nels uti­li­saient des équi­pe­ments tels que la montre qui sur­veille la fré­quence car­diaque pour un sui­vi au plus près du rythme de l’en­traî­ne­ment. Mais au­jourd’hui, un smart­phone ou un bra­ce­let in­tel­li­gent équi­pés de l’ap­pli­ca­tion adé­quate four­nissent les mêmes don­nées et ana­lysent en temps réel les pro­ces­sus spor­tifs en cours. Le rêve est de­ve­nu réa­li­té et le por­table se mue en en­traî­neur pro­fes­sion­nel.

Il suf­fit pour s’en convaincre d’ou­vrir l’App Store et de sai­sir « sport » comme mot-clé. Plus de cent ap­pli­ca­tions s’af­fichent, et par­mi elles, plus de 50 sont gra­tuites. Avant même de com­men­cer à s’en­traî­ner au jog­ging, Zhang Xu avait de­man­dé à ses amis quelle ap­pli­ca­tion il de­vrait té­lé­char­ger. Tous ont ré­pon­du : Co­doon.

Cette en­tre­prise, fon­dée à Cheng­du (Si­chuan) en 2010, était au dé­but un ma­ga­sin d’ar­ticles de sport. En 2012, elle a lan­cé l’ap­pli­ca­tion Co­doon sport + qui, contre toute at­tente, est ra­pi­de­ment de­ve­nue l’ap­pli­ca­tion spor­tive la plus po­pu­laire de Chine. Re­bap­ti­sée plus sim­ple­ment Co­doon en 2014, elle a conti­nué sur sa lan­cée, et se­lon une étude pu­bliée par Le­sports, un site web chi­nois, sa part de mar­ché dé­pas­sait 50 % en 2015, avec quelques 60 mil­lions d’uti­li­sa­teurs, ain­si qu’on peut le lire sur le site of­fi­ciel de Co­doon. Si l’on ne prend que la fonc­tion jog­ging, la dis­tance to­tale jour­na­lière par­cou­rue par ses uti­li­sa­teurs représente 600 fois le tour du monde.

Cette mul­ti­tude d’uti­li­sa­teurs et sur­tout leur fi­dé­li­té in­ébran­lable ont per­mis à l’en­tre­prise de le­ver des fi­nan­ce­ments à hau­teur de 48 mil­lions d’eu­ros en mai 2016, qui s’ajoutent à des in­ves­tis­se­ments de plus de 40 mil­lions d’eu­ros ob­te­nus pré­cé­dem­ment.

Tout au dé­but Co­doon était une ap­pli­ca­tion très simple et pro­po­sait un sys­tème GPS peu dé­ve­lop­pé. Mais au fil des an­nées et après bien des opé­ra­tions de per­fec­tion­ne­ment, elle pro­pose de nom­breuses fonc­tions in­no­vantes d’af­fi­chage des don­nées en temps réel, de par­tage sur ré­seaux so­ciaux, d’or­ga­ni­sa­tion de com­pé­ti­tions et même d’e-com­merce pour quelques dis­ci­plines spor­tives prin­ci­pales, comme le jog­ging et le vé­lo. Des pro­duits spor­tifs dé­ri­vés qui ont re­lan­cé l’in­té­rêt du pu­blic et contri­bué à dé­ve­lop­per un mar­ché du sport qui ex­plose les comp­teurs en Chine.

Wang Xun uti­lise Co­doon de­puis deux ans. « J’at­ten­dais de­puis tou­jours un pro­duit de ce genre ! » af­firme ce cher­cheur de l’Aca­dé­mie des sciences de Chine né dans les an­nées 1980 et l’un des pré­cur­seurs du jog­ging en Chine. Lors­qu’il cour­rait ré­gu­liè­re­ment sur le ter­rain d’ath­lé­tisme du ly­cée pour s’en­traî­ner, ses ca­ma­rades se mo­quaient de lui. Le jog­ging n’était pas en­core à la mode, mais M. Wang y a tou­jours trou­vé un grand plai­sir.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.