Après l’élec­tion de Do­nald Trump

China Today (French) - - OPINIONS - ZHENG RUO­LIN﹡

Ja­mais des élec­tions pré­si­den­tielles aux États-Unis n’avaient au­tant fas­ci­né la po­pu­la­tion chi­noise que cette an­née. Bien qu’au­cun sondage n’ait été ef­fec­tué à ce su­jet, les nom­breuses pu­bli­ca­tions sur In­ter­net – ana­lyses, opi­nions, com­men­taires et même pa­ro­dies, nous ont fait res­sen­tir la fer­veur ex­tra­or­di­naire des in­ter­nautes chi­nois. Presque tous les textes des dis­cours des deux can­di­dats, en par­ti­cu­lier ceux de Do­nald Trump, ont été tra­duits en chi­nois et pu­bliés sur In­ter­net. Ja­mais non plus un can­di­dat aux élec­tions pré­si­den­tielles dans un pays étran­ger n’avait été le grand « fa­vo­ri » des Chi­nois or­di­naires comme Trump l’a été. Si j’ai mis le terme « fa­vo­ri » entre guille­mets, c’est parce que beau­coup de Chi­nois ont es­ti­mé que l’ac­ces­sion de Do­nald Trump à la pré­si­dence se­rait « une très bonne chose » pour la Chine. Comme cha­cun sait, la Chine est ac­tuel­le­ment la deuxième éco­no­mie du monde et le nu­mé­ro un mon­dial en termes d’in­dus­trie ma­nu­fac­tu­rière, alors que les États-Unis sortent à peine d’une ré­ces­sion. C’est d’ailleurs pour ce­la que le slo­gan électoral de Do­nald Trump a été « Make Ame­ri­ca Great Again » (Rendre à l’Amé­rique sa gran­deur). La ré­ces­sion a si pro­fon­dé­ment in­fluen­cé le peuple amé­ri­cain que les opi­nions du pays se sont axées sur le chan­ge­ment. Le ga­gnant de l’élec­tion, M. Trump ou Mme Clin­ton, orien­te­rait l’ave­nir des États-Unis. Nom­breux ont été les Chi­nois, y com­pris des ex­perts et cher­cheurs, convain­cus que si Trump – qui pré­sente une ten­dance évi­dente à l’iso­la­tion­nisme – était élu, les re­la­tions entre les deux pays se­raient plus fa­ciles.

Un point plus im­por­tant est que cette fois, les élec­tions pré­si­den­tielles amé­ri­caines sont de­ve­nues une oc­ca­sion per­met­tant aux Chi­nois d’ob­ser­ver de ma­nière gé­né­rale le « sys­tème dé­mo­cra­tique amé­ri­cain ». La Chine, qui ga­lope ac­tuel­le­ment sur la voie de l’in­dus­tria­li­sa­tion et de l’ur­ba­ni­sa­tion, fait face à un autre grand su­jet : la ré­forme po­li­tique. Ce su­jet, l’Oc­ci­dent l’a tou­jours pré­sen­té d’une ma­nière spé­ciale : pour lui, « ré­forme po­li­tique » est sy­no­nyme de pro­ces­sus de « dé­mo­cra­ti­sa­tion ». Certes, cer­tains cher­cheurs et in­tel­lec­tuels li­bé­raux chi­nois consi­dèrent la « dé­mo­cra­tie à l’amé­ri­caine » comme une ré­fé­rence pour la ré­forme po­li­tique chi­noise. Ce­pen­dant, cette an­née, les dis­cours de M. Trump ont eu pour ef­fet de sus­ci­ter des doutes sans pré­cé­dent sur la « dé­mo­cra­tie à l’amé­ri­caine » en Chine, et la dés­illu­sion par­mi les Chi­nois n’avait ja­mais été si vio­lente.

Avant les élec­tions, les États-Unis re­pré­sen­taient un pa­ra­dis pour cer­tains Chi­nois. Mais les des­crip­tions de M. Trump sur les réa­li­tés du pays ont cho­qué un grand nombre de Chi­nois. Ils ont ap­pris qu’il y a un grand nombre de pauvres aux États-Unis, que de nom­breuses per­sonnes n’ont pas as­sez d’ar­gent pour al­ler consul­ter un mé­de­cin, et que la cor­rup­tion est ram­pante... Beau­coup de Chi­nois, en par­ti­cu­lier ceux qui n’ont ja­mais eu l’oc­ca­sion de vi­si­ter l’autre cô­té du Pa­ci­fique, se sont ren­du compte que la « dé­mo­cra­tie à l’amé­ri­caine » n’était pas si par­faite qu’on l’avait van­tée.

Ci-des­sous, la re­trans­crip­tion d’un dis­cours électoral de M. Trump qui a cir­cu­lé sur In­ter­net en Chine :

« Notre mou­ve­ment vise à rem­pla­cer un éta­blis­se­ment po­li­tique en échec et cor­rom­pu, par un nou­veau gou­ver­ne­ment contrô­lé par vous, le peuple amé­ri­cain. L’éta­blis­se­ment de Wa­shing­ton, ain­si que les cor­po­ra­tions fi­nan­cières et les mé­dias qu’il fi­nance, existe pour une seule rai­son, c’est pourse pro­té­ger et s’en­ri­chir. Il a des mil­liers de mil­liards de dol­lars d’en­jeux pour la pré­sente élec­tion, pour ceux qui contrôlent les le­viers du pou­voir à Wa­shing­ton et les lob­bies mon­diaux. Ils sont par­te­naires de ces gens qui n’ont pas à l’es­prit ce qui est bon pour vous. Notre cam­pagne élec­to­rale re­pré­sente une vé­ri­table me­nace, une me­nace qu’ils n’ont ja­mais connue au­pa­ra­vant. Ce n’est pas une simple élec­tion que l’on fait tous les quatre ans, c’est un tour­nant dans l’his­toire de notre ci­vi­li­sa­tion, qui dé­ter­mi­ne­ra si nous, le peuple, ré­cla­mons le contrôle de notre gou­ver­ne­ment... La pré­sente élec­tion dé­ter­mi­ne­ra si nous sommes une na­tion libre, ou si ce n’est qu’une illu­sion

Le 10 no­vembre 2016 à Wa­shing­ton, le pré­sident amé­ri­cain Ba­rack Oba­ma a ren­con­tré son suc­ces­seur Do­nald Trump à la Mai­son Blanche pour dis­cu­ter de la pas­sa­tion de pou­voir.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.