Le Nou­vel An chi­nois était pas­sé par là...

China Today (French) - - LA PAILLE & LA POUTRE - (France) CH­RIS­TOPHE TRONTIN

Ce qui est drôle lors­qu’on vit en Chine, c’est voir à quelles contor­sions la presse dé­mo­cra­tique est prête à se li­vrer lors­qu’elle ra­conte ce pays. Pas de bonnes nou­velles de ce cô­té du globe, et toute in­fo est sys­té­ma­ti­que­ment tor­due dans le sens le plus pes­si­miste pos­sible. Bien sûr, cer­tains thèmes de­mandent plus d’agi­li­té que d’autres et par­fois, des prouesses sé­man­tiques qui vous laissent pan­tois...

Elle nous re­fait le coup chaque an­née. Dans son em­pres­se­ment à chercher des signes avant-cou­reurs d’un ef­fon­dre­ment de l’éco­no­mie chi­noise, la presse dé­mo­cra­tique s’em­mêle ré­gu­liè­re­ment les crayons. Des com­pa­rai­sons jan­vier­jan­vier ou fé­vrier-fé­vrier pointent une chute ca­tas­tro­phique de la pro­duc­tion in­dus­trielle chi­noise. Bien sûr, c’est dû à Chun­jie, la fête du Prin­temps ap­pe­lée chez nous le Nou­vel An chi­nois, qui tombe se­lon les an­nées en jan­vier ou en fé­vrier. Cette an­née en­core, guet­tez les titres et les ana­lyses apo­ca­lyp­tiques de sai­son. Les ex­perts de la Chine ar­borent leur mine pré­oc­cu­pée.

L’an­née der­nière, le Nou­vel An chi­nois était sa­lué comme il se doit par un feu d’ar­ti­fice d’ar­ticles alar­mistes. Chine : le grand ra­len­tis­se­ment, ti­trait Al­ter­na­tives éco­no­miques en fé­vrier 2016, se de­man­dant « risque-t-elle d’en­traî­ner dans sa glis­sade tous ceux qui font des af­faires avec elle ? » Ja­mais en re­tard d’un titre ca­tas­tro­phiste, Le Point avait ou­vert le feu en jan­vier, ti­trant Dé­té­rio­ra­tion de l’ac­ti­vi­té in­dus­trielle dans la deuxième éco­no­mie mon­diale. À en croire l’heb­do­ma­daire sou­vent fâ­ché avec les chiffres, « les ex­por­ta­tions du géant asia­tique, pre­mière puis­sance com­mer­ciale de la pla­nète, ont re­cu­lé le mois der­nier de 11,2 % sur un an (...) L’am­pleur du plon­geon a pris de court les mar­chés », en ou­bliant de men­tion­ner, bien en­ten­du, l’im­por­tance du fac­teur sai­son­nier. Même son de cloche dans Le Monde le mois sui­vant : « En fé­vrier, les ex­por­ta­tions de la Chine ont en ef­fet bais­sé de 25,4 % par rap­port au même mois de 2015, ont an­non­cé, mar­di 8 mars, les douanes chi­noises » sans men­tion­ner, évi­dem­ment, la fête du Prin­temps. Le men­suel hel­vé­tique Bi­lan, qui se pro­clame « la ré­fé­rence suisse de l’éco­no­mie » fait le même constat, qua­si­ment mot pour mot, avant de se lan­cer dans une ana­lyse dé­taillée des causes. Qui sont bien sûr « l’af­fai­blis­se­ment du com­merce in­ter­na­tio­nal » et « le vif ra­len­tis­se­ment éco­no­mique chi­nois ». Li­bé­ra­tion titre car­ré­ment L’éco­no­mie mon­diale au bord du gouffre et at­tri­bue bien en­ten­du « la faute à la Chine, qui a moins be­soin de car­bu­rant pour faire tour­ner une éco­no­mie en (nette) baisse de ré­gime ». La presse éco­no­mique n’est pas en reste, comme In­ves­tir Tra­ders, qui pointe « l’in­dice PMI ma­nu­fac­tu­rier à son plus bas de­puis huit mois » en fé­vrier, tan­dis que Les Échos notent « un re­cul de 25,4 % par rap­port à fé­vrier 2015 », ces der­niers pré­ci­sant tout de même du bout des lèvres que les va­cances an­nuelles pour­raient ne pas être étran­gères à ce plon­geon spec­ta­cu­laire.

Spec­ta­cu­laire : pour de nom­breux Chi­nois, Chun­jie est la seule oc­ca­sion de l’an­née pour se re­trou­ver en fa­mille, et pour ce­la ils sont prêts à tra­ver­ser tout le pays en train, en avion, en voi­ture ou en bus. Un en­goue­ment qui conduit de nom­breuses en­tre­prises à tout sim­ple­ment fer­mer an­nuel­le­ment pen­dant une à trois se­maines, voire un mois, en at­ten­dant que les fes­ti­vi­tés se ter­minent.

L’im­por­tance du Nou­vel An chi­nois est com­pa­rable à celle des fêtes de fin d’an­née en Eu­rope. Pour­tant, il ne vient à l’idée de per­sonne de com­pa­rer les chiffres du PIB et de l’em­ploi de jan­vier avec ceux de dé­cembre pour consta­ter une baisse ca­tas­tro­phique des ventes ou au contraire un ac­crois­se­ment spec­ta­cu­laire de l’ac­ti­vi­té sa­la­riée...

Cette an­née, le Nou­vel An chi­nois tombe le 28 jan­vier. On peut donc s’at­tendre à 4 ou 5 jours tra­vaillés en moins en jan­vier par rap­port à jan­vier 2016, soit une baisse de la pro­duc­tion com­prise entre 12 et 16 %. Gare aux man­chettes alar­mistes et aux gros titres apo­ca­lyp­tiques !

Les sta­tis­ti­ciens ont cou­tume de dire : « Un ré­sul­tat in­at­ten­du s’ex­plique le plus sou­vent par une simple er­reur de mé­tho­do­lo­gie. » Ils de­vraient ajou­ter : « Sur­tout lors­qu’on parle de la Chine. »

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.