À NOS LEC­TEURS

China Today (French) - - SOMMAIRE -

L’éco­no­mie réelle tra­di­tion­nelle doit s’adap­ter à la nou­velle si­tua­tion

À l’oc­ca­sion du rem­pla­ce­ment de l’an­née 2016 par 2017, un dé­bat sur les re­la­tions entre l’éco­no­mie réelle et l’éco­no­mie vir­tuelle a sus­ci­té une haute at­ten­tion des mé­dias chi­nois.

Lors d’une émission de té­lé­vi­sion des­ti­née à dis­cu­ter les rai­sons fon­da­men­tales du ma­rasme de la fa­bri­ca­tion chi­noise, de nom­breux in­vi­tés ont mon­tré que l’es­sor ex­ces­sif de l’éco­no­mie vir­tuelle avait de l’im­pact sur l’éco­no­mie réelle. Étaient présents par­mi ces in­vi­tés Li Dong­sheng, PDG du groupe TCL, Zong Qin­ghou, PDG du groupe Wa­ha­ha, Dong Mingz­hu, PDG de Gree Elec­tric Ap­pliances Inc. de Zhu­hai, et d’autres per­son­nages dans les do­maines de l’ap­pa­reil élec­trique et de la fa­bri­ca­tion d’ali­ments. D’après Mme Dong, quan­ti­té de jeunes nés dans les an­nées 1990 et à la fin des an­nées 1980 pré­fèrent ou­vrir un ma­ga­sin en ligne que de tra­vailler de­hors pour l’éco­no­mie réelle. Elle trouve que ce phé­no­mène consti­tue un dan­ger ca­ché pour le dé­ve­lop­pe­ment de tout le pays. « Les jeunes ne veulent pas s’ap­pli­quer à la fa­bri­ca­tion, ce qui in­cite la Chine à pen­cher vers un dé­ve­lop­pe­ment ex­ces­sif de l’éco­no­mie vir­tuelle avant même de réa­li­ser une in­dus­tria­li­sa­tion vé­ri­table », note Cao De­wang, PDG du groupe Fuyao (four­nis­seur de verre). À ses yeux, la fa­bri­ca­tion chi­noise est confron­tée à une si­tua­tion cri­tique.

Étant une des prin­ci­pales cibles at­ta­quées par ces ma­gnats de l’éco­no­mie réelle, Jack Ma, PDG du groupe Ali­ba­ba, a ré­pon­du sur ce thème de ma­nière ac­tive et ou­verte. « La to­ta­li­té des 3 700 mil­liards de yuans qu’Ali­ba­ba a réalisés au cours de l’an­née 2016 pro­vient de la vente dans l’éco­no­mie réelle, et d’in­nom­brables cas liés à l’éco­no­mie réelle ont réus­si à trou­ver leur place en rai­son de l’Internet », ma­ni­feste-t-il. Selon lui, la pro­duc­tion et la cir­cu­la­tion font par­tie de l’éco­no­mie réelle. La sur­ca­pa­ci­té re­flète la cir­cu­la­tion contrainte, tan­dis que l’Internet vise pré­ci­sé­ment à ré­gler le pro­blème de cir­cu­la­tion. De plus, Jack Ma sou­ligne fran­che­ment qu’il faut dis­tin­guer les en­tre­prises par leur qua­li­té, non par leur ca­té­go­rie éco­no­mique, ap­par­te­nant soi-di­sant à l’éco­no­mie réelle ou à l’éco­no­mie vir­tuelle.

Lors d’une réunion exé­cu­tive du Conseil des af­faires d’État or­ga­ni­sée le 4 jan­vier 2017, le pre­mier ministre Li Ke­qiang a éga­le­ment dis­cu­té ce su­jet : « Les ma­ga­sins en ligne ap­par­tiennent à la nou­velle éco­no­mie, ils ont di­rec­te­ment ani­mé le chiffre d’af­faires des usines réelles. En tant que re­pré­sen­tant de l’éco­no­mie émer­gente, le sec­teur de li­vrai­son express a non seule­ment sti­mu­lé la consom­ma­tion, mais éga­le­ment promu la pro­duc­tion. Il s’agit d’un sec­teur ty­pique de la nou­velle éco­no­mie, qui concerne les ser­vices pro­duc­tifs et qui sert en fait l’éco­no­mie réelle. Ain­si fait-il aus­si par­tie in­té­grante de l’éco­no­mie réelle. » Par ailleurs, M. Li in­dique qu’il faut connaître de ma­nière cor­recte l’éco­no­mie réelle, un concept qui, par rap­port à l’éco­no­mie vir­tuelle, com­prend les sec­teurs pri­maire, se­con­daire et ter­tiaire, et pas seule­ment la fa­bri­ca­tion. Dans ce cas-là, les ma­gnats de la fa­bri­ca­tion comme Dong Mingz­hu semblent faire montre d’une com­pré­hen­sion étroite quant à l’éco­no­mie réelle.

Ac­cé­lé­rer la crois­sance chi­noise par l’Internet n’est plus qu’une simple ex­pres­sion mo­derne. La stra­té­gie d’« Internet+ » (Internet et les dif­fé­rents sec­teurs tra­di­tion­nels) a déjà été dé­clen­chée depuis presque deux ans. Ce­pen­dant, il ne s’agit pas d’une simple ad­di­tion. Il faut réa­li­ser une fu­sion en pro­fon­deur entre l’Internet et les sec­teurs tra­di­tion­nels, pour créer de nou­velles op­por­tu­ni­tés de dé­ve­lop­pe­ment. En fait, le dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises com­plè­te­ment dé­pen­dantes d’Internet pous­se­ra les en­tre­prises tra­di­tion­nelles à s’en­ga­ger dans l’ex­ploi­ta­tion des ca­naux d’Internet. Cette com­pé­ti­tion fa­vo­rable of­fri­ra à l’Internet un rôle de plus en plus im­por­tant dans la crois­sance chi­noise. En plus des marques d’e-com­merce s’ap­puyant uni­que­ment sur l’Internet, comme Tao­bao ou JD.com, de nom­breuses en­tre­prises d’e-com­merce ba­sées sur leurs ma­ga­sins tra­di­tion­nels se sont dé­ve­lop­pées, telles que Su­ning et Gome. On voit en­core des en­tre­prises émer­gentes, telles que Xiao­mi, qui créent leur ma­ga­sin of­fi­ciel en ligne, en plus de se po­si­tion­ner sur de grandes plates-formes d’e-com­merce.

Les risques dans l’éco­no­mie vir­tuelle que la Chine doit contrô­ler de ma­nière stricte ré­sident en fait dans la fi­nance en ligne. Pro­fi­tant de l’es­sor de l’Internet, des plates-formes dans les do­maines de l’assurance, du prêt et du fi­nan­ce­ment en ligne sont en train de foi­son­ner ces der­nières an­nées. Leur mode d’opé­ra­tion com­pa­rable au sha­dow ban­king ap­porte de grands risques au sein de l’éco­no­mie chi­noise. Ain­si, lors de la Confé­rence cen­trale sur le tra­vail éco­no­mique or­ga­ni­sée le 14 dé­cembre 2016, le contrôle strict des risques est une me­sure im­por­tante que le gou­ver­ne­ment chi­nois adop­te­ra en 2017. Dans le même temps, des me­sures des­ti­nées à re­dres­ser l’éco­no­mie réelle telles que la ré­duc­tion des frais et des im­pôts pro­vo­que­ront cer­tai­ne­ment une sé­rie de réactions ac­tives.

Dans le fu­tur, l’éco­no­mie réelle liée à l’Internet de­vrait être orien­tée vers l’in­tel­lec­tua­li­sa­tion et la per­son­na­li­sa­tion face aux be­soins des consom­ma­teurs, et un mode de fa­bri­ca­tion et de vente qui évi­te­rait le stock de­vrait être trou­vé. Certes, cette nou­velle ac­ti­vi­té com­mer­ciale se­ra en­core un choc pour le mode éco­no­mique ac­tuelle, et alors ? Ar­bo­rons une at­ti­tude ac­cueillante en­vers le chan­ge­ment !

Les ma­ga­sins en ligne ap­par­tiennent à la nou­velle éco­no­mie, ils ont di­rec­te­ment ani­mé le chiffre d’af­faires des usines réelles.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.