La confiance est la base de tout

China Today (French) - - ÉCONOMIE -

Le sep­tua­gé­naire a pris sa re­traite et il est li­bé­ré de toutes ses an­ciennes res­pon­sa­bi­li­tés of­fi­cielles, et c’est au cours de ses nom­breux voyages en Chine qu’il a ti­ré ces vé­ri­tés pro­fondes de son ex­pé­rience per­son­nelle. « Lorsque vous quit­tez vos fonc­tions en Eu­rope, en gé­né­ral vos re­la­tions se ter­minent presque im­mé­dia­te­ment. Ce­la se passe tout dif­fé­rem­ment en Chine. La re­la­tion se main­tient, le res­pect et la confiance mu­tuelle sont conser­vés et une par­ti­ci­pa­tion à titre per­son­nel reste si­gni­fi­ca­tive, ex­pli­quet-il. C’est tout à fait par­ti­cu­lier et je trouve ça très émou­vant. Il y a là, à mon sens, une le­çon à ti­rer pour les Eu­ro­péens. »

Thomas Wa­gner s’est fait beau­coup d’amis en Chine dans le cadre de ses ac­ti­vi­tés au ser­vice des échanges éco­no­miques et cultu­rels, et on s’en rend vite compte lors­qu’on exa­mine les titres qui ornent sa carte de vi­site. M. Wa­gner est au­jourd’hui ci­toyen d’hon­neur de plu­sieurs villes chi­noises. Pas seule­ment de la ville ju­me­lée Kun­ming, mais aus­si de Da­lian, de Nan­chang et de Ji­nan. De­puis peu il a aus­si re­çu un titre de ci­toyen d’hon­neur de la pro­vince du Guiz­hou en re­mer­cie­ment de ses ef­forts pour la conso­li­da­tion des re­la­tions entre la Suisse et la pro­vince. En 2009 il a éga­le­ment été nom­mé « Am­bas­sa­deur de l’ami­tié cultu­relle » par l’As­so­cia­tion du peuple chi­nois pour l’ami­tié avec l’étran­ger.

M. Wa­gner, qui est ve­nu en Chine plus de 140 fois de­puis les an­nées 1980, connaît bien le prix de la confiance et des re­la­tions di­rectes, qu’il s’agisse de co­opé­ra­tion éco­no­mique ou d’échanges per­son­nels. Et il sait bien que la confiance doit se ba­ser sur la ré­ci­pro­ci­té. C’est ain­si qu’il fut trai­té de fou par nombre de ses amis en 2003, alors que la Chine se trou­vait au mi­lieu de la crise du SRAS, alors qu’il fai­sait ses ba­gages pour se rendre à Bei­jing. Il s’ins­tal­la à proxi­mi­té de l’hô­pi­tal où le pre­mier cas de SRAS avait été diag­nos­ti­qué quelque temps au­pa­ra­vant.

« En Suisse, les gens di­saient : “Tu es fou ! Ne fais pas ça !’’ Mais je suis tout de même ve­nu pour ex­pri­mer ma so­li­da­ri­té et mon­trer que je n’aban­don­nais pas la Chine. Ce­la m’a va­lu une haute consi­dé­ra­tion. »

Le 24 mai 2017, le vice-chan­ce­lier et mi­nistre al­le­mand des Af­faires étran­gères Sig­mar Ga­briel (à droite) a vi­si­té Bei­jing lors de sa vi­site en Chine. Il a sa­lué l’ou­ver­ture du Fo­rum « la Cein­ture et la Route » pour la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale et dé­cla­ré que les en­tre­prises al­le­mandes sou­haitent par­ti­ci­per à cette ini­tia­tive.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.