La « solution chi­noise » pour le dé­ve­lop­pe­ment et la pros­pé­ri­té éco­no­miques dans le monde

China Today (French) - - SOMMAIRE - ZHANG MAORONG﹡

Du 7 au 8 juillet, le 12e Som­met du G20 s’est te­nu à Ham­bourg au­tour du thème « Fa­çon­ner un monde in­ter­con­nec­té ». Un som­met qui a dé­bou­ché sur des dé­ci­sions po­si­tives concer­nant la lutte contre le pro­tec­tion­nisme, la ré­duc­tion de la sur­ca­pa­ci­té de pro­duc­tion d’acier, et la né­ces­si­té d’ac­cor­der plus de place aux mar­chés émer­gents et aux pays en dé­ve­lop­pe­ment dans les pro­ces­sus dé­ci­sion­naires des ins­ti­tu­tions éco­no­miques in­ter­na­tio­nales.

La lutte contre le pro­tec­tion­nisme conti­nue

Le com­merce et l’in­ves­tis­se­ment in­ter­na­tio­naux sont des fac­teurs qui jouent un rôle im­por­tant sur la crois­sance éco­no­mique mon­diale. Lors du som­met, le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping a in­di­qué que si les or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales re­voient à la hausse les pré­vi­sions de crois­sance mon­diale, ce­la im­plique une crois­sance du com­merce in­ter­na­tio­nal d’au moins 2,4 % et une crois­sance de l’in­ves­tis­se­ment glo­bal d’au moins 5 %. Or, le pro­tec­tion­nisme, qui s’est ré­pan­du ces der­nières an­nées, pour­rait en­gen­drer une guerre com­mer­ciale mon­diale et conduire à une mo­ro­si­té de l’in­ves­tis­se­ment glo­bal, ce qui sa­pe­rait les bases de la crois­sance éco­no­mique mon­diale.

À ce su­jet, le com­mu­ni­qué du Som­met du G20 de Ham­bourg sti­pule : le com­merce et l’in­ves­tis­se­ment in­ter­na­tio­naux sont des moteurs im­por­tants pour la crois­sance éco­no­mique, la pro­duc­ti­vi­té, l’in­no­va­tion, l’em­ploi et le dé­ve­lop­pe­ment ; les membres du G20 main­tien­dront leurs mar­chés ou­verts tout en veillant au res­pect des prin­cipes de ré­ci­pro­ci­té et de non-dis­cri­mi­na­tion dans le cadre du com­merce et de l’in­ves­tis­se­ment et en conti­nuant à lut­ter contre le pro­tec­tion­nisme, y com­pris « tous les com­por­te­ments com­mer­ciaux in­équi­tables ». Une clause pré­ci­sant « le rôle te­nu par les ins­tru­ments lé­gi­times de dé­fense com­mer­ciale » à la­quelle les États-Unis étaient par­ti- cu­liè­re­ment at­ta­chés a été ajou­tée dans le texte final, alors qu’était ré­af­fir­mée par ailleurs l’im­por­tance de main­te­nir une trans­pa­rence dans les re­la­tions com­mer­ciales pré­vi­sibles et ré­ci­proques entre les pays. La chan­ce­lière al­le­mande An­ge­la Mer­kel a dé­cla­ré que mal­gré des né­go­cia­tions « très dif­fi­ciles » sur le libre-échange entre les par­ti­ci­pants au som­met, les ré­sul­tats étaient « sa­tis­fai­sants ». Les di­ri­geants du G20 sont tous en fa­veur de la mon­dia­li­sa­tion, et se sont en­ga­gés à ou­vrir leur mar­ché et à lut­ter contre le pro­tec­tion­nisme. Ils ont dé­ci­dé de créer un sys­tème com­mer­cial in­ter­na­tio­nal stable pour pro­mou­voir les in­ves­tis­se­ments trans­na­tio­naux. Il faut ce­pen­dant no­ter qu’il existe des risques po­ten­tiels dans la clause « com­por­te­ments lé­gi­times de dé­fense com­mer­ciale » du com­mu­ni­qué, puisque cer­tains pays pour­raient en pro­fi­ter pour im­po­ser des droits de douane pu­ni­tifs, comme ce­lui que le gou­ver­ne­ment de Trump en­vi­sage d’ap­pli­quer sur l’acier im­por­té qui s’élè­ve­rait à 20 %.

Recherche ac­tive d’une solution à la sur­ca­pa­ci­té de pro­duc­tion d’acier

Ces der­nières an­nées, la sur­ca­pa­ci­té de pro­duc­tion d’acier dans le monde, qui donne lieu à une concur­rence achar­née sur le mar­ché in­ter­na­tio­nal, at­tire de plus en plus l’at­ten­tion de tous les pays, en par­ti­cu­lier les pays dé­ve­lop­pés. En avril 2017, le dé­par­te­ment du Com­merce amé­ri­cain a lan­cé une en­quête de grande en­ver­gure sur les im­por­ta­tions d’acier. Si l’en­quête ap­porte la preuve que les im­por­ta­tions d’acier portent pré­ju­dice à la sé­cu­ri­té na­tio­nale, les États-Unis pour­raient les res­treindre de fa­çon si­gni­fi­ca­tive. L’UE a op­po­sé une ré­ponse ferme : le pré­sident de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, Jean-Claude Jun­cker, a an­non­cé que, si les États-Unis en ar­ri­vaient à im­po­ser des droits de douane pu­ni­tifs sur les im­por­ta­tions d’acier, l’Eu­rope dé­ploie­rait tous les moyens né­ces­saires pour « se dé­fendre ». Des re­pré­sen­tants eu­ro­péens

An­ge­la Mer­kel : Mal­gré des né­go­cia­tions « très dif­fi­ciles » sur le libre-échange entre les par­ti­ci­pants au som­met, les ré­sul­tats étaient « sa­tis­fai­sants ».

ont même ré­vé­lé l’exis­tence d’une liste de produits amé­ri­cains com­pre­nant entre autres, le whis­ky amé­ri­cain, le jus d’orange et cer­tains produits lai­tiers qui se­raient sus­cep­tibles de re­ce­voir une sanc­tion com­mer­ciale si une ri­poste s’avé­rait né­ces­saire.

Pour ré­soudre ces « conflits au­tour de l’acier » de plus en plus graves, le com­mu­ni­qué du Som­met du G20 de Ham­bourg exige que tous les gou­ver­ne­ments et en­ti­tés concer­nés an­nulent leurs sub­ven­tions ou toute autre forme de sou­tiens sus­cep­tibles d’in­fluen­cer l’équi­libre du mar­ché. « Nous re­con­nais­sons que la sur­ca­pa­ci­té de pro­duc­tion dans le sec­teur in­dus­triel a des ef­fets né­ga­tifs conti­nuels sur la pro­duc­tion, le com­merce et l’em­ploi dans tous les pays, et nous nous en­ga­geons par consé­quent à ren­for­cer la co­opé­ra­tion et à cher­cher une solution col­lec­tive à ce dé­fi mon­dial. » « Nous en ap­pe­lons à l’OCDE pour qu’elle pro­pose d’ici le mois d’août des so­lu­tions po­li­tiques spé­ci­fiques vi­sant à ré­duire la sur­ca­pa­ci­té de pro­duc­tion d’acier, tout en conti­nuant d’oeu­vrer à ren­for­cer l’échange de ren­sei­gne­ments et la co­opé­ra­tion, confor­mé­ment aux dis­po­si­tions du Som­met du G20 de Hangz­hou. » Selon Mme Mer­kel, les di­ri­geants du G20 at­tendent de l’OCDE qu’elle four­nisse d’ici à no­vembre un rap­port de fond sur les so­lu­tions po­li­tiques spé­ci­fiques, ain­si qu’un rap­port de sui­vi en 2018.

Pro­mou­voir la ré­forme de gou­ver­nance des ins­ti­tu­tions éco­no­miques et fi­nan­cières in­ter­na­tio­nales

Lors du Som­met de Ham­bourg, les di­ri­geants des BRICS ont dé­cla­ré : « Pour sou­te­nir la crois­sance éco­no­mique mon­diale et rendre notre sys­tème fi­nan­cier plus ré­sis­tant face aux risques po­ten­tiels et sys­té­ma­tiques, nous nous en­ga­geons à rendre l’or­ga­ni­sa­tion fi­nan­cière mon­diale plus ef­fi­cace afin qu’elle soit le re­flet fi­dèle de la si­tua­tion ac­tuelle de l’éco­no­mie mon­diale. De ce point de vue, nous in­sis­tons sur la né­ces­si­té d’ac­cor­der plus de place aux mar­chés émer­gents et aux pays en dé­ve­lop­pe­ment dans le pro­ces­sus dé­ci­sion­naire des ins­ti­tu­tions éco­no­miques et fi­nan­cières mon­diales, ain­si que sur l’im­por­tance d’ache­ver la nou­velle ré­forme du FMI et de la Banque mon­diale confor­mé­ment au plan ini­tial. » Quant à la Chine, le fait que sa quote-part dans le FMI et la Banque mon­diale est pas­sée de la 6e place à la 3e place n’est rien d’autre que le ré­sul­tat de la ré­forme mise en place en 2010. À l’heure ac­tuelle, la Chine a dé­trô­né le Ja­pon pour de­ve­nir la deuxième éco­no­mie mon­diale, mais sa quote-part dans ces or­ga­nismes n’est pas en­core à la me­sure de sa nou­velle puis­sance. Il faut donc conti­nuer à pro­mou­voir la

Jean Claude Jun

cker : Si les ÉtatsU­nis en ar­ri­vaient à im­po­ser des droits de douane pu­ni­tifs sur les im­por­ta­tions d’acier, l’Eu­rope dé­ploie­rait tous les moyens né­ces­saires pour « se dé­fendre ».

ré­forme pour que la Chine, l’Inde, et d’autres pays en dé­ve­lop­pe­ment et éco­no­mies émer­gentes soient mieux re­pré­sen­té dans ces ins­ti­tu­tions.

Dans le com­mu­ni­qué du Som­met de Hangz­hou te­nu l’an­née der­nière, le G20 af­fir­mait : « Nous nous fé­li­ci­tons de l’en­trée en vi­gueur de la ré­forme des quotes-parts et de la gou­ver­nance 2010 du FMI et oeu­vrons à l’achè­ve­ment de la 15e ré­vi­sion générale des quotes-parts qui pré­voit une nou­velle formule de cal­cul en 2017 ». Les pays membres ont af­fir­mé que « toute ré­or­ga­ni­sa­tion des quotes-parts de­vrait se tra­duire par une aug­men­ta­tion des quotes-parts des éco­no­mies dy­na­miques en fonc­tion de leur po­si­tion re­la­tive dans l’éco­no­mie mon­diale, et donc pro­ba­ble­ment, par une aug­men­ta­tion de la part glo­bale des pays émer­gents et en dé­ve­lop­pe­ment ». Dans le com­mu­ni­qué du Som­met de Ham­bourg, les pays membres du G20 se sont en­ga­gés à conti­nuer de sou­te­nir la ré­forme de la gou­ver­nance de l’éco­no­mie mon­diale, mais la 15e ré­vi­sion générale des quo­tes­parts du FMI et la nou­velle formule sont re­por­tées au som­met an­nuel de 2019, ce qui montre qu’il faut du temps pour mettre en place des ré­formes et réa­li­ser de vraies avan­cées.

Dans le com­mu­ni­qué du Som­met de Ham­bourg, tous les pays membres du G20, à l’ex­cep­tion des États-Unis, ont ré­af­fir­mé leur en­ga­ge­ment en fa­veur de l’Ac­cord de Pa­ris sur le cli­mat, en pré­ci­sant qu’il était « ir­ré­ver­sible », et ont ap­prou­vé le plan d’ac­tion sur le cli­mat et l’éner­gie in­clus dans les an­nexes du som­met. Ce plan in­cite les pays membres à pré­sen­ter, d’ici 2020, un pro­gramme à long et moyen terme (jus­qu’à 2050) de dé­car­bo­ni­sa­tion to­tale, et in­vite les or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales telles que la Banque mon­diale et l’OCDE à su­per­vi­ser la re­con­ver­sion éco­lo­gique des pays. En de­hors des États-Unis, tous les pays membres se sont en­ga­gés à ren­for­cer leur ac­tion ac­tuelle et fu­ture afin d’ho­no­rer l’Ac­cord de Pa­ris.

La pro­po­si­tion chi­noise sus­cite l’at­ten­tion

Lors du Som­met de Ham­bourg, Xi Jin­ping a pro­non­cé un dis­cours in­ti­tu­lé In­sis­ter sur l’ou­ver­ture et l’in­clu­si­vi­té et pro­mou­voir la crois­sance in­ter­con­nec­tée, qui pré­sen­tait une pro­po­si­tion en quatre points : pre­miè­re­ment, pro­mou­voir une éco­no­mie mon­diale ou­verte et les avan­tages mu­tuels pour tous afin de faire gros­sir le « gâ­teau » de l’éco­no­mie mon­diale ; deuxiè­me­ment, faire des ef­forts concer­tés axés sur de nouveaux moteurs de crois­sance, ren­for­cer la co­opé­ra­tion dans les do­maines de l’éco­no­mie nu­mé­rique et de la nou­velle ré­vo­lu­tion in­dus­trielle, trou­ver de meilleures so­lu­tions aux pro­blèmes de dé­ve­lop­pe­ment et mettre en oeuvre les ob­jec­tifs de dé­ve­lop­pe­ment du­rable de l’Agen­da 2030 ; troi­siè­me­ment, tra­vailler en­semble à rendre la crois­sance de l’éco­no­mie mon­diale plus in­clu­sive, conci­lier la jus­tice et l’ef­fi­ca­ci­té, les ca­pi­taux et le tra­vail, la tech­no­lo­gie et l’em­ploi, s’at­ta­quer aux pro­blèmes dé­cou­lant du dé­ca­lage in­duit par la mon­tée en gamme in­dus­trielle qui im­plique une re­mise à ni­veau des connais­sances et des com­pé­tences ; qua­triè­me­ment, conti­nuer à amé­lio­rer la gou­ver­nance de l’éco­no­mie mon­diale.

Cette pro­po­si­tion, avan­cée comme la « solution chi­noise » au dé­ve­lop­pe­ment et à la pros­pé­ri­té éco­no­mique mon­diale, s’ac­cor­dait par­fai­te­ment avec le thème du Som­met de Ham­bourg, à sa­voir « Fa­çon­ner un monde in­ter­con­nec­té », et a contri­bué à don­ner à la réunion une is­sue fa­vo­rable.

Dans le com­mu­ni­qué du Som­met de Ham­bourg, tous les pays membres du G20 à l’ex­cep­tion des États-Unis ont ré­af­fir­mé leur en­ga­ge­ment en fa­veur de l’Ac­cordde

Pa­ris sur le cli­mat, en pré­ci­sant qu’il était « ir­ré­ver­sible », et ont ap­prou­vé le plan d’ac­tion sur le cli­mat et l’éner­gie in­clus dans les an­nexes du som­met. Le 6 juillet 2017, le pré­sident Xi Jin­ping ar­rive à Ham­bourg. Les di­ri­geants du G20 sont tous fa­vo­rables à la mon­dia­li­sa­tion, et se sont en­ga­gés à ou­vrir leur mar­ché et à lut­ter contre le pro­tec­tion­nisme. Ils ont dé­ci­dé de créer un sys­tème com­mer­cial in­ter­na­tio­nal stable pour pro­mou­voir les in­ves­tis­se­ments trans­na­tio­naux.

Le 7 juillet 2017, la réunion in­for­melle des di­ri­geants des BRICS s’est te­nue à Ham­bourg, pré­si­dée par le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping, avec la pré­sence des pré­si­dents sud-afri­cain Ja­cob Zu­ma, bré­si­lien Mi­chel Te­mer, russe Vla­di­mir Pou­tine, et du pre­mier mi­nistre in­dien Na­ren­dra Mo­di.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.