Pour­quoi de nom­breux Chi­nois portent-ils Liao Jun­bo dans leur coeur ?

Son histoire a ému de nom­breux Chi­nois, et pour cause, Liao Jun­bo a dé­voué sa vie au bien-être de son peuple.

China Today (French) - - SOMMAIRE - LU RUCAI, membre de la ré­dac­tion

Son histoire a ému de nom­breux Chi­nois, et pour cause, Liao Jun­bo a dé­voué sa vie au bien- être de son peuple.

«Liao Jun­bo est un com­mu­niste au­then­tique. Il a tou­jours oeu­vré pour le peuple. Il a pour­sui­vi son propre rêve, un rêve qui re­joint le rêve chi­nois in­vo­qué par le pré­sident Xi Jin­ping : of­frir au peuple une vie heu­reuse ! » Ces com­men­taires ont été pos­tés par un in­ter­naute de la pro­vince du Jiang­su sur le Mé­mo­rial en ligne de Liao Jun­bo. Un mes­sage qui a re­te­nu l’at­ten­tion de nom­breux in­ter­nautes.

Liao Jun­bo était maire ad­joint, membre du Co­mi­té per­ma­nent du Par­ti pour la mu­ni­ci­pa­li­té de Nan­ping dans la pro­vince du Fu­jian et se­cré­taire du Co­mi­té de tra­vail du Par­ti de la nou­velle zone de Wuyi. En mars, lors d’un dé­pla­ce­ment pro­fes­sion­nel, il a per­du la vie dans un ac­ci­dent de la route. Plus de 400 000 per­sonnes ont pleu­ré sa dis­pa­ri­tion sur WeC­hat. Au­jourd’hui en­core, des mes­sages conti­nuent d’être pu­bliés en hom­mage à Liao Jun­bo sur son Mé­mo­rial en ligne.

Selon le pré­sident Xi Jin­ping, qui l’ap­pré­ciait beau­coup, Liao Jun­bo « a ame­né les cadres et le peuple à tra­vailler d’ar­rache-pied » et « mé­ri­tait le titre de se­cré­taire mo­dèle du Co­mi­té du Par­ti de dis­trict du pays. » Au­jourd’hui, le pré­sident en­cou­rage les membres du Par­ti et les cadres à suivre l’exemple de Liao Jun­bo. Mais comment Liao Jun­bo a-t-il conquis le coeur de nom­breux Chi­nois ?

Un « tâ­che­ron »

Liao Zhi­qi, la fille de Liao Jun­bo, a ob­te­nu sa li­cence uni­ver­si­taire et va bien­tôt en­ta­mer un mas­ter. Elle se rap­pelle qu’un jour, ses amis lui avaient de­man­dé ce que son père fai­sait, et elle avait ré­pon­du : « Mon père est tâ­che­ron ». Et c’est ef­fec­ti­ve­ment par ce mot que Liao Jun­bo avait ex­pli­qué son tra­vail à sa fille : « tâ­che­ron ».

En 1995, à l’âge de 27 ans, Liao Jun­bo fut sé­lec­tion­né pour tra­vailler dans le bu­reau du Co­mi­té du Par­ti pour la mu­ni­ci­pa­li­té de Shao­wu dans la pro­vince du Fu­jian. Avant ce­la, il en­sei­gnait la phy­sique dans un ly­cée can­to­nal. En 1998, il de­vint le chef du bourg de Na­kou, rat­ta­ché à la ville de Shao­wu. Par la suite, il fut nom­mé maire-ad­joint de Shao­wu au sta­tut ad­mi­nis­tra­tif de dis­trict puis se­cré­taire du Co­mi­té du Par­ti du dis­trict de Zhen­ghe. Au mo­ment de sa dis­pa­ri­tion dra­ma­tique, il exer­çait la fonc­tion de maire ad­joint de la ville de Nan­ping. Quel qu’ait été son poste, il a sou­vent tra­vaillé sur des chan­tiers de construc­tion vi­sant à sti­mu­ler le dé­ve­lop­pe­ment lo­cal. D’après des sta­tis­tiques, au cours de son man­dat Liao Jun­bo a par­ti­ci­pé à la construc­tion de quatre pôles in­dus­triels, la moi­tié d’une nou­velle ville ain­si qu’un nombre in­cal­cu­lable de ponts et de routes.

En 1998, après des inon­da­tions d’une am­pleur sans pré­cé­dent, Liao Jun­bo a dû faire face à l’une des plus im­por­tantes mis­sions de sa car­rière : or­ga­ni­ser la re­cons­truc­tion. Liao Jun­bo avait dé­cla­ré que pour lui, le tra­vail, c’était « sur le ter­rain, pas en salle de réunion ». Il a vi­si­té les foyers un par un pour faire un état des lieux de la si­tua­tion et a gui­dé les ha­bi­tants lo­caux dans la re­cons­truc­tion des mai­sons et dans la re­lance de la pro­duc­tion. Plus de 500 foyers ont ain­si pu pas­ser le Nou­vel An chi­nois dans leur nou­velle maison.

En octobre 2007, Liao Jun­bo fut char­gé de la di­rec­tion du Co­mi­té d’ad­mi­nis­tra­tion des groupes in­dus­triels de Rong­hua­shan de Nan­ping avec un bud­get de seule­ment 20 mil­lions de yuans. Il s’est donc at­te­lé à la recherche de fi­nan­ce­ments et s’est lui-même char­gé des né­go­cia­tions au­tour des pro­jets. Ses ef­forts ont fi­na­le­ment dé­bou­ché sur la créa­tion d’un pôle in­dus­triel d’une va­leur de plu­sieurs mil­liards de yuans.

De juin 2011 à no­vembre 2015, Liao Jun­bo a oc­cu­pé le poste de se­cré­taire du Co­mi­té du Par­ti pour le dis­trict de Zhen­ghe. À cette époque, les in­dices éco­no­miques de Zhen­ghe étaient les plus mau­vais de la pro­vince et le dis­trict était sur­nom­mé « la queue de la pro­vince ». Pour beau­coup de gens, être ap­pe­lé à di­ri­ger ce dis­trict pas­sait pour le comble de la mal­chance.

Mais Liao Jun­bo a vu les choses d’une autre ma­nière. À la tête des cadres du dis­trict, il a pas­sé deux mois à ren­con­trer les vil­la­geois, à vi­si­ter les mines et les quar­tiers. En s’ap­puyant sur ses en­quêtes et ses re­cherches, il a trou­vé une voie de dé­ve­lop­pe­ment viable pour Zhen­ghe : co­or­don­ner le dé­ve­lop­pe­ment des in­dus­tries, de l’ur­ba­ni­sa­tion et du tou­risme en res­tant axé sur l’agri­cul­ture mo­derne. Huang Ai­hua, qui était alors chef du dis­trict, fut im­pres­sion­née par ce tra­vail et se sou­vient : « C’était la pre­mière fois que j’ac­cé­dais à une connais­sance aus­si ap­pro­fon­die de Zhen­ghe. »

À ce mo­ment-là, il n’y avait au­cune au­to­route, au­cune rue conve­na­ble­ment pa­vée, au­cun pont aux normes, au­cun feu de si­gna­li­sa­tion, pas le moindre pas­sage pié­ton sur la chaus­sée. Au cours de ses cinq an­nées de man­dat, le taux d’ur­ba­ni-

sa­tion du dis­trict de Zhen­ghe est pas­sé de 31 % à 46 %. Le bou­le­vard d’hon­neur, la place Zhen­ghe et le centre cultu­rel ont été inau­gu­rés. Neuf ponts ont été construits ain­si que les au­to­routes Ningde-Wuyi­shan et Songxi-Jian’ou. Sous la di­rec­tion de Liao Jun­bo, le pôle in­dus­triel Tongxin, axé sur l’in­dus­trie du bam­bou, l’in­dus­trie agro-ali­men­taire et l’in­dus­trie élec­tro­mé­ca­nique, a vu le jour. Ac­tuel­le­ment, 57 usines sont en cours de construc­tion et 37 en­tre­prises sont dé­jà opé­ra­tion­nelles. En 2016, la pro­duc­tion in­dus­trielle a at­teint une va­leur de 1,5 mil­liard de yuans et a en­traî­né la créa­tion de 3 000 em­plois.

Le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique du dis­trict de Zhen­ghe a dès lors pris un tour­nant dé­ci­sif. En 2012, l’in­dice de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique est re­mon­té à la 35e place du clas­se­ment, réa­li­sant la plus belle pro­gres­sion de la pro­vince du Fu­jian. En 2013, 2014 et 2015, Zhen­ghe a fait par­tie des dix dis­tricts les plus dy­na­miques de la pro­vince sur le plan éco­no­mique. Le mon­tant glo­bal des re­cettes est pas­sé de 160 mil­lions de yuans en 2011 à 450 mil­lions de yuans en 2016.

L’homme d’ac­tion, un exemple à suivre

Wei Chang­jin, vice-pré­sident du Co­mi­té de la Confé­rence consul­ta­tive du peuple chi­nois (CCPPC) du dis­trict de Zhen­ghe, ex­plique que Liao Jun­bo avait tra­cé une ligne de conduite pour les cadres di­ri­geants : tra­vailler de ma­nière concrète en res­tant sou­dés.

À cette époque, les cadres de Zhen­ghe étaient dé­mo­ra­li­sés par le pro­cès contre le pré­cé­dent se­cré­taire du Co­mi­té du Par­ti du dis­trict, ac­cu­sé de cor­rup­tion. Liao Jun­bo avait conscience qu’il fal­lait chan­ger l’orien­ta­tion des no­mi­na­tions et pro­mou­voir l’ac­tion afin de chan­ger la si­tua­tion de fa­çon ra­di­cale. Liao Jun­bo a pro­po­sé que le Co­mi­té du Par­ti, le Co­mi­té de l’As­sem­blée po­pu­laire, le gou­ver­ne­ment et le Co­mi­té de la CCPPC du dis­trict tra­vaillent conjoin­te­ment. Onze groupes de tra­vail ont été éta­blis pour se pen­cher sur des pro­jets tels que le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique ur­bain, la construc­tion de la pla­te­forme des in­dus­tries et le dé­ve­lop­pe­ment de l’in­dus­trie du thé.

Pa­ral­lè­le­ment, Liao Jun­bo a pous­sé le gou­ver­ne­ment du dis­trict à ins­tau­rer un sys­tème per­met­tant de ré­com­pen­ser les cadres les plus mé­ri­tants. Chaque an­née, on pro­cé­dait à l’élec­tion des meilleurs cadres dont la contri­bu­tion était im­por­tante dans le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique. Les ga­gnants re­ce­vaient non seule­ment une somme d’ar­gent, mais bé­né­fi­ciaient éga­le­ment d’une pro­mo­tion, tan­dis que les cadres dont le tra­vail n’était pas sa­tis­fai­sant su­bis­saient un ré­ajus­te­ment de fonc­tions sys­té­ma­ti­que­ment. Les cadres et la po­pu­la­tion, pour les­quels Liao Jun­bo a tou­jours oeu­vré le voient comme une per­sonne fa­cile à émou­voir. Pour­tant, lors­qu’il s’agis­sait de pu­nir des cadres dont le tra­vail n’était pas sa­tis­fai­sant, Liao Jun­bo pou­vait être im­pi­toyable : dès sa pre­mière an­née à Zhen­ghe, il a ré­ajus­té les fonc­tions de huit res­pon­sables en les af­fec­tant à d’autres postes.

Concer­nant l’orien­ta­tion des no­mi­na­tions, Liao Jun­bo a dé­ci­dé de for­mer, éva­luer et nom­mer les cadres sur place. De juin 2011 à mars 2016, 128 cadres ont été pro­mus et nom­més dans le dis­trict de Zhen­ghe, dont 70 % avaient tra­vaillé sur de grands pro­jets, à des postes im­por­tants ou en pre­mière ligne. « Les cadres ont ar­rê­té de perdre leur temps dans des conflits per­son­nels et se sont enfin consa­crés à leur tra­vail. Tout le monde avait en­vie de re­le­ver des dé­fis. »

Liao Jun­bo a avan­cé de nou­velles idées qui pour­raient don­ner en­vie aux ta­lents de tra­vailler pour le dé­ve­lop­pe­ment du dis­trict de Zhen­ghe. À l’époque, il a pro­po­sé à Xu Shao­wei, alors vice-pré­sident du Co­mi­té per­ma­nent de l’As­sem­blée po­pu­laire du dis­trict, d’oc­cu­per dans le même temps le poste de se­cré­taire du Co­mi­té du Par­ti du quar­tier Xiong­shan pour qu’il di­rige la construc­tion des in­fra­struc­tures du che­flieu. Mais ce der­nier a re­fu­sé, pré­tex­tant : « Je suis trop âgé et mes che­veux sont dé­jà blancs ». Le len­de­main, Liao Jun­bo lui rap­por­tait une boîte de tein­ture pour che­veux. Et Xu Shao­wei a fi­na­le­ment ac­cep­té la poste.

Lin Jun a été le chauf­feur de Liao Jun­bo à partir de la no­mi­na­tion de ce der­nier au poste de maire ad­joint de la ville de Shao­wu en 2004. Il se sou­vient que Liao Jun­bo ne ces­sait de ré­pé­ter : « Si seule­ment les jour­nées du­raient 48 heures ! » D’après Lin Jun, ils ont par­cou­ru plus de 800 000 km en une di­zaine d’an­nées.

Lin Jun se rap­pelle : « Il m’avait dit qu’il vou­lait que je reste à son ser­vice jus­qu’à sa re­traite. » Mais Liao Jun­bo a man­qué à sa pa­role.

Dé­but dé­cembre 2016, une ré­forme sur les voi­tures de fonc­tion dans la ville de Nan­ping a été mise en place : seules 35 % des voi­tures de fonc­tion de­vaient être conser­vées et en

prio­ri­té, les voi­tures et les chauf­feurs des plus hauts res­pon­sables. Ce qui si­gni­fiait que la plu­part des chauf­feurs al­laient être li­cen­ciés ou af­fec­tés à d’autres postes. Des ru­meurs ont cou­ru selon les­quelles « Lin Jun se­rait le der­nier à partir », parce que ce­la fai­sait très long­temps qu’il tra­vaillait pour Liao Jun­bo.

Mais les faits ont mon­tré le contraire. « Il m’a an­non­cé qu’en tant que di­ri­geant de la ville, il de­vait don­ner l’exemple. » Liao Jun­bo a donc de­man­dé à Lin Jun de cher­cher un autre em­ploi, et ce avant-même que le pro­jet de ré­forme sur les voi­tures de fonc­tion ne soit pu­blié. Lin Jun n’a eu d’autre choix que d’ac­cep­ter et a trou­vé un poste au bu­reau de la syl­vi­cul­ture de l’ar­ron­dis­se­ment Yan­ping de la ville de Nan­ping.

Le « pe­tit » ser­vi­teur du peuple

Lin Li, la femme de Liao Jun­bo, est pro­fes­seur de phy­sique dans un ly­cée de la ville de Nan­ping. Elle avait pris l’ha­bi­tude de­puis plu­sieurs an­nées de ne ja­mais ap­pe­ler son ma­ri avant 23 h 30, parce qu’il tra­vaillait sou­vent tard le soir. « Je lui en­voyais un mes­sage sur WeC­hat à 23 h 30. S’il avait fi­ni son tra­vail, il me rap­pe­lait. Si­non, il me ré­pon­dait juste : “oc­cu­pé”. »

Liao Jun­bo avait pro­mis à Lin Li qu’une fois re­trai­té, dans une di­zaine d’an­nées, il se consa­cre­rait en­tiè­re­ment à elle et à leur fille. Il s’oc­cu­pe­rait des tra­vaux mé­na­gers et voya­ge­rait avec elles par­tout dans le monde. Mais cette fois en­core, il a man­qué à sa pa­role.

Le 18 mars 2017 était un sa­me­di. Comme tous les week-ends, au lieu de se re­po­ser, Liao Jun­bo tra­vaille. Dans l’après-mi­di, il re­passe à la maison pour prendre un re­pas sur le pouce entre deux réunions. Lin Li se rap­pelle que de­puis plu­sieurs jours, il ren­trait à la maison après mi­nuit. Il pleu­vait à verse. Lin Li sait très bien que ses conseils sont vains, mais elle in­siste pour qu’il re­pousse sa réunion au len­de­main. Liao Jun­bo lui ré­pond en sou­riant : « C’est dé­jà dé­ci­dé. On ne peut pas re­tar­der la réunion. » Une heure après, elle re­çoit un coup de té­lé­phone. Elle pense que c’est son ma­ri qui va lui confir­mer qu’il est bien ar­ri­vé, mais à la place, on lui an­nonce la nou­velle de l’ac­ci­dent de voi­ture. Plus tard, de­vant le corps sans vie de son ma­ri, Lin Li, en larmes, re­grette à voix haute : « J’au­rais dû faire un ca­price ! Si j’avais haus­sé le ton avec toi, tu se­rais en­core en vie. »

Une fois la nou­velle de l’ac­ci­dent de voi­ture pu­bliée, les gens ont com­men­cé à ex­pri­mer leurs condo­léances en ligne : plus de 100 000 com­men­taires pos­tés en cinq heures. Chen Shan­jun, di­rec­teur ad­joint du bu­reau du Co­mi­té du Par­ti du dis­trict de Zhen­ghe, ra­conte qu’au cours de sa car­rière, il avait tou­jours en­ten­du par­ler d’« en­cou­ra­ger les gens à rendre un der­nier hom­mage à la dé­pouille d’un dé­funt » mais à la mort de Liao Jun­bo, pour la pre­mière fois, il re­çoit l’ordre de dis­sua­der le peuple de se dé­pla­cer.

En dé­pit de ce­la, le 24 mars, près de 1 000 per­sonnes se sont ren­dues au fu­né­ra­rium pour rendre un der­nier hom­mage à Liao Jun­bo. Par­mi eux se trou­vaient des amis et des col­lègues, des pa­trons des en­tre­prises qu’il avait fait ins­tal­ler à Nan­ping mais aus­si, pour beau­coup, des ha­bi­tants de la ville.

« Of­frir une vie heu­reuse aux 230 000 ci­toyens de Zhen­ghe, c’est une chose mer­veilleuse. » Et c’était pré­ci­sé­ment pour ça que Liao Jun­bo tra­vaillait lors­qu’il était se­cré­taire du Co­mi­té du Par­ti pour le dis­trict de Zhen­ghe. Un rêve qui est peu à peu de­ve­nu réa­li­té. Après trois an­nées de tra­vail à Zhen­ghe, 30 000 ha­bi­tants étaient sor­tis de la pau­vre­té. En juin 2015, Liao Jun­bo a été élu par le Dé­par­te­ment de l’Or­ga­ni­sa­tion du Co­mi­té cen­trale du Par­ti com­mu­niste chi­noise « Se­cré­taire mo­dèle du Co­mi­té du Par­ti de dis­trict du pays » et il fut re­çu par le pré­sident Xi Jin­ping. Après sa dis­pa­ri­tion, Lin Li a dé­cla­ré : « Au­jourd’hui, tout le pays te rend hom­mage et le peuple ne t’ou­blie pas. J’ai enfin com­pris pour­quoi tu étais si en­thou­siaste au tra­vail et ce que ce­la si­gni­fiait pour toi. »

Le 6 juin, le Co­mi­té cen­tral du PCC a dé­cer­né à Liao Jun­bo le titre de « Membre mo­dèle du Par­ti du pays ». Le 20 juin, le Dé­par­te­ment de la Com­mu­ni­ca­tion du Co­mi­té cen­tral du PCC lui a dé­cer­né le titre de « Mo­dèle de l’époque ac­tuelle » et a ap­pe­lé les membres du Par­ti et les cadres à suivre l’exemple de Liao Jun­bo. Le pré­sident Xi Jin­ping a dé­cla­ré : « Les membres du Par­ti et les cadres du pays doivent s’ins­pi­rer de l’es­prit de Liao Jun­bo. Ils doivent res­ter fi­dèles à son en­ga­ge­ment ini­tial, tra­vailler d’ar­rache-pied et se dé­vouer à l’in­té­rêt pu­blic avec au­tant d’in­té­gri­té. Ils doivent ap­pli­quer ri­gou­reu­se­ment les prin­cipes et les me­sures po­li­tiques du Par­ti et ser­vir le peuple afin d’oeu­vrer pour le bien-être de ce­lui-ci. »

Lin Li se sou­vient qu’à l’époque où Liao Jun­bo était maire du bourg de Na­kou, leur fille avait de­man­dé, « Pa­pa, es-tu le plus grand du bourg? » et Liao avait ré­pon­du, « Non, pa­pa est le plus pe­tit du bourg parce que pa­pa est au ser­vice de tout le monde. » Pen­dant les 20 an­nées de sa car­rière po­li­tique, Liao Jun­bo s’est tou­jours conduit comme un « pe­tit » ser­vi­teur du peuple. En Chine, il y a beau­coup de cadres qui tra­vaillent en pre­mière ligne tels que Liao Jun­bo qui, dans leur poste or­di­naire, ap­portent tous une contri­bu­tion es­sen­tielle à la réa­li­sa­tion du rêve chi­nois.

Le 6 juin, le Co­mi­té cen­tral du PCC a dé­cer­né à Liao Jun­bo le titre de « Membre mo­dèle du Par­ti du pays ». Le 20 juin, le Dé­par­te­ment de la Com­mu­ni­ca­tion du Co­mi­té cen­tral du PCC lui a dé­cer­né le titre de « Mo­dèle de l’époque ac­tuelle ».

54

Le 20 fé­vrier 2015, deuxième jour du Nou­vel An chi­nois, Liao Jun­bo, alors se­cré­taire du Co­mi­té du Par­ti pour le dis­trict de Zhen­ghe, rend vi­site aux cadres de vil­lage.

Le 21 avril 2017 marque la sor­tie de l’ou­vrage La mé­moire du pays gra­vée dans l’âme – Re­cueil des grands ac­com­plis­se­ments de Liao Jun­bo.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.