Vu de Chine Une crois­sance chi­noise de qua­li­té contri­bue­ra à la sta­bi­li­té mon­diale

China Today (French) - - SOMMAIRE - LIU HE*

En jan­vier 2017, le pré­sident Xi Jin­ping a pro­non­cé au Fo­rum de Da­vos un dis­cours in­ti­tu­lé « As­su­mer en­semble les res­pon­sa­bi­li­tés et pro­mou­voir en­semble le dé­ve­lop­pe­ment mon­dial », qui sou­te­nait fer­me­ment le pro­ces­sus de mon­dia­li­sa­tion. Le dis­cours a été lar­ge­ment sa­lué par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale.

De­puis un an, la Chine s’at­tache à mettre en oeuvre l’ini­tia­tive du pré­sident Xi, s’op­pose au pro­tec­tion­nisme sous toutes ses formes, ren­force la pro­tec­tion des droits de pro­prié­té in­tel­lec­tuelle, en­cou­rage les concur­rences loyales, fa­ci­lite les ac­cès au mar­ché du sec­teur fi­nan­cier, ac­croît les im­por­ta­tions et tra­vaille à la construc­tion de « la Cein­ture et la Route » en vue de faire pro­gres­ser la mon­dia­li­sa­tion par des ac­tions concrètes. Les fu­tures po­li­tiques éco­no­miques chi­noises

Le XIXe Congrès du PCC, qui a confir­mé le Co­mi­té cen­tral du PCC avec le ca­ma­rade Xi Jin­ping comme noyau di­ri­geant, fait de la pen­sée de Xi Jin­ping sur le so­cia­lisme à la chi­noise de la nou­velle ère le guide d’ac­tion pour le dé­ve­lop­pe­ment de la Chine. Le Congrès s’est fixé l’ob­jec­tif am­bi­tieux de cons­truire d’ici 2050 un pays so­cia­liste mo­derne et puis­sant en deux étapes : l’une de 2020 à 2035 et l’autre de 2035 à 2050. Il a éga­le­ment in­di­qué l’orien­ta­tion des po­li­tiques éco­no­miques chi­noises pour les an­nées à ve­nir.

Le rap­port du XIXe Congrès est un pro­gramme d’ac­tion po­li­tique hau­te­ment trans­pa­rent, dont les ob­jec­tifs, qui ont va­leur de pro­messes so­len­nelles faites par le PCC de­vant la po­pu­la­tion chi­noise, doivent être te­nus. L’ac­com­plis­se­ment de tous ces ob­jec­tifs of­fri­ra de nou­velles op­por­tu­ni­tés de dé­ve­lop­pe­ment à de nom­breux pays.

Dans les pro­chaines an­nées, les po­li­tiques éco­no­miques chi­noises se­ront conçues par des or­ganes de haut ni­veau au­tour des ob­jec­tifs énon­cés dans le rap­port du XIXe Congrès du PCC. Pour at­teindre ces ob­jec­tifs, il faut s’en te­nir au « prin­cipe gé­né­ral » et à la « ligne di­rec­trice », et me­ner à bien « trois luttes dé­ci­sives ».

Tout d’abord, il faut ex­pli­ci­ter ce que l’on en­tend par « prin­cipe gé­né­ral » : l’éco­no­mie chi­noise est pas­sée d’une phase de crois­sance ac­cé­lé­rée à une phase de dé­ve­lop­pe­ment de qua­li­té. Dans les an­nées à ve­nir, la Chine s’ap­puie­ra sur ce prin­cipe pour éla­bo­rer ses po­li­tiques ma­cro-éco­no­miques, ses po­li­tiques struc­tu­relles, ses po­li­tiques de ré­forme et ses po­li­tiques so­ciales.

Le pas­sage d’une crois­sance ac­cé­lé­rée à un dé­ve­lop­pe­ment de haute qua­li­té est une exi­gence in­hé­rente au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique. La Chine se trouve ac­tuel­le­ment dans la phase où le re­ve­nu an­nuel par ha­bi­tant est en train de pas­ser de 8 000 dol­lars à 10 000 dol­lars et plus. La réa­li­sa­tion d’un dé­ve­lop­pe­ment de qua­li­té consiste pour l’es­sen­tiel à évo­luer vers une op­ti­mi­sa­tion des struc­tures plu­tôt que de se fo­ca­li­ser sur l’aug­men­ta­tion du vo­lume éco­no­mique glo­bal.

Cette ex­plo­ra­tion d’un nou­veau mode de dé­ve­lop­pe­ment dans le contexte de l’ou­ver­ture élar­gi­ra les marges de dé­ve­lop­pe­ment des nou­velles in­dus­tries, par exemple, l’in­dus­trie ma­nu­fac­tu­rière et le sec­teur ter­tiaire, en lien avec la mon­tée en gamme de la consom­ma­tion, ou

les in­dus­tries bas car­bone, telles que l’ar­chi­tec­ture verte, le trans­port in­tel­li­gent et les nou­velles éner­gies qui sont liées à la re­cherche d’un nou­veau type d’ur­ba­ni­sa­tion. Tout ce­la crée­ra de nou­velles op­por­tu­ni­tés, tant pour les en­tre­prises chi­noises que pour les en­tre­prises du monde en­tier. Bien sûr, les in­dus­tries concer­nées se­ront très nom­breuses, car cette trans­for­ma­tion fait par­tie d’un pro­ces­sus de mo­der­ni­sa­tion du sys­tème in­dus­triel dans son en­semble.

Dans ce do­maine, on constate dé­jà de grands chan­ge­ments. La de­mande in­té­rieure de l’éco­no­mie chi­noise aug­mente pro­gres­si­ve­ment. La consom­ma­tion in­té­rieure contri­bue à hau­teur de 58,8 % à la crois­sance de l’éco­no­mie chi­noise, soit 4 points de plus qu’il y a cinq ans. La va­leur ajou­tée du sec­teur des ser­vices re­pré­sente 60 % du PIB, soit 5 points de plus qu’il y a cinq ans. Au cours des cinq der­nières an­nées, en­vi­ron 80 mil­lions d’ha­bi­tants ont quit­té la cam­pagne pour s’ins­tal­ler en ville. Le taux d’ur­ba­ni­sa­tion chez les ré­si­dents per­ma­nents a at­teint 58,52 %, soit 6 points de plus qu’il y a 5 ans. L’in­ten­si­té éner­gé­tique a été ré­duite de 23,9 %.

Pro­mou­voir la ré­forme struc­tu­relle du cô­té de l’offre consti­tue la ligne di­rec­trice. À l’heure ac­tuelle en Chine, on constate une in­ca­pa­ci­té du sys­tème de l’offre à s’adap­ter aux chan­ge­ments du sys­tème de la de­mande. Il existe des dé­rives struc­tu­relles entre l’offre et la de­mande qu’il s’agit de ré­ajus­ter sans tar­der. Pour réa­li­ser un dé­ve­lop­pe­ment de qua­li­té, il est né­ces­saire d’amé­lio­rer, à tra­vers la ré­forme, la qua­li­té du sys­tème de l’offre.

Les points clés de la ré­forme struc­tu­relle du cô­té de l’offre sont les sui­vants : ré­duc­tion des sur­ca­pa­ci­tés de pro­duc­tion, dé­sto­ckage dans le sec­teur im­mo­bi­lier, af­fai­blis­se­ment de l’ef­fet de le­vier, baisse des coûts et ren­for­ce­ment des maillons faibles dans les ser­vices pu­blics, les in­fra­struc­tures et dans les mé­ca­nismes ins­ti­tu­tion­nels. Ces me­sures ont pour ob­jec­tif de rendre le sys­tème de l’offre plus adap­té et plus in­no­vant. Des pro­grès ont dé­jà été réa­li­sés. De­puis 2016, la ca­pa­ci­té de pro­duc­tion de l’acier a été ré­duite de plus de 115 mil­lions de tonnes et celle du char­bon de plus de 500 mil­lions de tonnes. Nous avons ré­gu­lé le rap­port offre-de­mande grâce à l’ap­pli­ca­tion de prix ra­tion­nels, ce qui a dé­jà fait re­mon­ter les prix dans cer­tains sec­teurs. La pro­duc­ti­vi­té glo­bale a connu un tour­nant en 2016 et a re­pris une ten­dance à la hausse, in­dui­sant un dé­bor­de­ment po­si­tif.

Pro­mou­voir la ré­forme struc­tu­relle du cô­té de l’offre consti­tue la ligne di­rec­trice.

Les « trois luttes dé­ci­sives » sont : la pré­ven­tion et la neu­tra­li­sa­tion des risques fi­nan­ciers ma­jeurs, l’éra­di­ca­tion avec pré­ci­sion de la pau­vre­té, et en­fin la lutte contre la pol­lu­tion. Ces trois luttes ré­vèlent les maillons faibles du dé­ve­lop­pe­ment chi­nois. Se­lon la loi du mi­ni­mum, la ré­so­lu­tion de ces pro­blèmes per­met de ga­ran­tir la construc­tion in­té­grale d’une so­cié­té de moyenne ai­sance en Chine.

Pre­miè­re­ment, il faut me­ner à bien la lutte contre les risques fi­nan­ciers ma­jeurs. Par­mi tous les risques aux­quels la Chine est confron­tée, les risques fi­nan­ciers sont les plus im­por­tants. La Chine va suivre le prin­cipe gé­né­ral « al­ler de l’avant à pas as­su­rés ». En ce qui concerne les pro­blèmes ma­jeurs que re­pré­sentent par exemple la fi­nance de l’ombre ou les dettes ca­chées des gou­ver­ne­ments lo­caux, la Chine es­saie­ra, d’ici trois ans, de maî­tri­ser le ra­tio de le­vier ma­cro-éco­no­mique, d’ac­croître l’adap­ta­bi­li­té des struc­tures fi­nan­cières, de rendre les ins­ti­tu­tions fi­nan­cières plus à même de ser­vir l’éco­no­mie réelle, de pré­ve­nir ef­fi­ca­ce­ment les risques sys­té­miques et d’éle­ver le ni­veau du cycle ver­tueux du sys­tème éco­no­mique.

Pour s’at­ta­quer à ce pro­blème, la Chine dis­pose de plu­sieurs atouts. Le pays a vu son ac­ti­vi­té éco­no­mique ra­len­tir et se sta­bi­li­ser. La si­tua­tion gé­né­rale de l’éco­no­mie chi­noise ten­dant au mieux à long terme reste in­chan­gée ; le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique pré­sente un énorme po­ten­tiel, grâce à l’ur­ba­ni­sa­tion, la mon­tée en gamme des in­dus­tries tra­di­tion­nelles et le dé­ve­lop­pe­ment in­no­vant ; dans l’en­semble, le sys­tème fi­nan­cier est par­fait et le taux d’épargne est as­sez éle­vé. De­puis le qua­trième tri­mestre de l’an der­nier, la crois­sance du ra­tio de le­vier ma­cro-éco­no­mique a ra­len­ti, ce qui est bon signe. De plus, la conscience des risques fi­nan­ciers s’est ren­for­cée, ce qui a créé de bonnes condi­tions psy­cho­lo­giques pour pré­ve­nir ce type de risque.

Il est à no­ter que la for­ma­tion des risques fi­nan­ciers chi­nois est liée à un contexte in­ter­na­tio­nal spé­ci­fique, et la pré­ven­tion des risques est donc étroi­te­ment liée aux chan­ge­ments du mar­ché ex­té­rieur. Sur­mon­ter ces risques fi­nan­ciers est une étape im­por­tante dans le main­tien de la sta­bi­li­té de l’éco­no­mie mon­diale. Nous sa­luons la par­ti­ci­pa­tion de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale et sou­hai­tons co­opé­rer avec celle-ci.

Deuxiè­me­ment, nous de­vons me­ner à bien la lutte ci­blée contre la pau­vre­té. Au cours des cinq der­nières an­nées, sous la di­rec­tion du pré­sident Xi Jin­ping, la Chine a dé­clen­ché une lutte sans pré­cé­dent contre la pau­vre­té. Le nombre d’ha­bi­tants en mi­lieux ru­raux vi­vant dans la pau­vre­té est pas­sé de 100 mil­lions à 30 mil­lions. D’ici trois ans, notre tâche est d’éli­mi­ner com­plè­te­ment la pau­vre­té. En 2018, 10 mil­lions de Chi­nois vont sor­tir de la pau­vre­té, no­tam­ment par la voie du dé­pla­ce­ment pour 2,8 mil­lions d’entres eux, c’est-à-dire qu’ ils se­ront dé­pla­cés dans un en­droit où les condi­tions de vie sont meilleures.

Troi­siè­me­ment, nous de­vons conti­nuer de lut­ter contre la pol­lu­tion. Pro­mou­voir le dé­ve­lop­pe­ment vert et à bas car­bone est de­ve­nu une prio­ri­té pour la po­pu­la­tion chi­noise. Ce­la im­plique de trans­for­mer le mode de dé­ve­lop­pe­ment tra­di­tion­nel. Ces trois pro­chaines an­nées, nous al­lons in­ten­si­fier les ef­forts pour ré­duire sen­si­ble­ment les émis­sions des prin­ci­paux pol­luants, di­mi­nuer l’in­ten­si­té de la consom­ma­tion des res­sources na­tu­relles, amé­lio­rer glo­ba­le­ment la qua­li­té de l’environnement éco­lo­gique et éle­ver consi­dé­ra­ble­ment le ni­veau du dé­ve­lop­pe­ment vert. La prio­ri­té est ac­cor­dée à la lutte contre la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique.

En fait, à tra­vers cette lutte contre la pol­lu­tion, la Chine en­tend ho­no­rer par des ac­tions concrètes les en­ga­ge­ments qu’elle a pris dans le cadre de l’Ac­cord de Pa­ris. Nous pour­sui­vrons sans faillir cette voie et sou­hai­tons ren­for­cer, sur tous les plans, la co­opé­ra­tion avec la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale à ce su­jet.

Pour­suivre la ré­forme et l’ou­ver­ture

Pour at­teindre les ob­jec­tifs ci­tés ci-des­sus, il fau­dra né­ces­sai­re­ment ac­cé­lé­rer la ré­forme et l’ou­ver­ture. L’an­née 2018 marque le 40e an­ni­ver­saire du lan­ce­ment de cette po­li­tique qui a per­mis à l’éco­no­mie chi­noise de réa­li­ser au cours des 40 der­nières an­nées une crois­sance spec­ta­cu­laire et qui se­ra dé­ter­mi­nante dans la réa­li­sa­tion d’un dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique de qua­li­té à l’ave­nir.

Nous de­vons non seule­ment in­sis­ter sur le rôle dé­ci­sif que le mar­ché joue dans la ré­par­ti­tion des res­sources, mais aus­si pro­té­ger les droits de pro­prié­té, sur­tout les droits de pro­prié­té in­tel­lec­tuelle, va­lo­ri­ser plei­ne­ment le rôle pri­mor­dial des en­tre­pre­neurs, en­cou­ra­ger la concur­rence, tout en nous op­po­sant au mo­no­pole et en­fin amé­lio­rer le sys­tème de ré­gu­la­tion ma­cro-éco­no­mique.

Nous de­vons pour­suivre l’ou­ver­ture tous azi­muts, ren­for­cer l’adé­qua­tion aux règles éco­no­miques com­mer­ciales in­ter­na­tio­nales, as­sou­plir consi­dé­ra­ble­ment l’ac­cès au mar­ché, élar­gir l’ou­ver­ture du sec­teur ter­tiaire, no­tam­ment celle du sec­teur de la fi­nance, et créer un environnement in­té­rieur d’in­ves­tis­se­ment at­trac­tif.

Nous sommes convain­cus que les dis­po­si­tifs ins­ti­tu­tion­nels ou­verts et in­clu­sifs, ain­si que la cir­cu­la­tion libre et or­don­née des fac­teurs de pro­duc­tion sont les condi­tions né­ces­saires pour main­te­nir une crois­sance éco­no­mique du­rable. Nous ac­cor­dons la même im­por­tance aux stra­té­gies « in­tro­duire de l’étran­ger » et « sor­tir du pays », et sou­hai­tons ac­croître les in­ves­tis­se­ments croi­sés et les échanges com­mer­ciaux avec d’autres pays dans le but de cons­truire en­semble une éco­no­mie mon­diale ou­verte.

Le dé­ve­lop­pe­ment ac­cé­lé­ré de la Chine ces der­nières an­nées a fait émer­ger une classe moyenne d’en­vi­ron 400 mil­lions d’in­di­vi­dus, qui est au­jourd’hui la plus im­por­tante au monde et qui ne cesse de s’agran­dir. Elle consti­tue un mar­ché gi­gan­tesque qui contri­bue­ra au dé­ve­lop­pe­ment mon­dial.

L’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » a été lan­cée par la Chine, mais s’adresse au monde en­tier. Nous ren­for­ce­rons la ten­dance gé­né­rale de la re­prise éco­no­mique mon­diale en créant des condi­tions ma­té­rielles et un environnement hu­main d’in­ter­con­nexion et en ac­crois­sant la de­mande ef­fec­tive.

Cons­truire une com­mu­nau­té de des­tin

Le thème du fo­rum éco­no­mique mon­dial de Da­vos cette an­née, « Créer un ave­nir com­mun dans un monde frac­tu­ré », s’ancre dans la réa­li­té ac­tuelle. Au­jourd’hui, l’éco­no­mie mon­diale se re­dresse, les prin­ci­pales éco­no­mies ont en­re­gis­tré une crois­sance syn­chro­ni­sée pour la pre­mière fois de­puis la crise fi­nan­cière in­ter­na­tio­nale ; le com­merce in­ter­na­tio­nal et les in­ves­tis­se­ments sont en train de re­bon­dir. On es­time que l’éco­no­mie mon­diale entre dans un nou­veau cycle de crois­sance.

Il reste ce­pen­dant de pro­fondes contra­dic­tions dans l’éco­no­mie mon­diale qui doit en­core faire face à de nom­breux pro­blèmes, tels que les lourdes dettes, les bulles sur les mar­chés bour­sier et im­mo­bi­lier, le pro­tec­tion­nisme, ain­si qu’une multitude de conflits ré­gio­naux et in­ter­na­tio­naux. Ce­la re­pré­sente de grandes in­cer­ti­tudes. Pour re­le­ver ces dé­fis, la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale doit dé­ployer tous ses ef­forts, main­te­nir la dy­na­mique du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et faire pas­ser l’éco­no­mie mon­diale d’une re­prise cy­clique à une crois­sance du­rable.

Au­cun pays ne peut af­fron­ter seul les dé­fis pla­né­taires que re­pré­sentent le chan­ge­ment cli­ma­tique, l’épée à double tran­chant du pro­grès tech­nique et le ter­ro­risme. Nous de­vons nous dé­bar­ras­ser des obs­tacles, for­ger une pen­sée stra­té­gique, ren­for­cer la com­pré­hen­sion, la to­lé­rance et la confiance mu­tuelles, me­ner une co­opé­ra­tion plus ra­tion­nelle et plus prag­ma­tique. Nous nous de­vons de pro­mou­voir une mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique qui soit plus ou­verte, in­clu­sive, équi­li­brée, bé­né­fique à tous et ga­gnant-ga­gnant. Il nous faut cons­truire des re­la­tions in­ter­na­tio­nales d’un nou­veau type ba­sées sur le res­pect mu­tuel, l’équi­té et la jus­tice, la co­opé­ra­tion ga­gnant-ga­gnant et faire pro­gres­ser la construc­tion de la com­mu­nau­té de des­tin. C’est ain­si que nous pour­rons réa­li­ser la pros­pé­ri­té par­ta­gée.

Tout comme le pré­sident Xi Jin­ping l’a in­di­qué dans son dis­cours pro­non­cé lors du Fo­rum de Da­vos l’an der­nier, « Si nous in­té­grons dans notre conscience l’idée de com­mu­nau­té de des­tin en tra­vaillant la main dans la main et que nous as­su­mons en­semble les res­pon­sa­bi­li­tés en res­tant so­li­daires, le monde se­ra meilleur et les peuples mè­ne­ront une vie plus heu­reuse ».

Je vou­drais sou­li­gner que la Chine res­te­ra tou­jours un pays bâ­tis­seur de la paix mon­diale, contri­buant au dé­ve­lop­pe­ment dans le monde, et dé­fen­dant l’ordre in­ter­na­tio­nal. Bien que sa puis­sance éco­no­mique se soit ac­crue ces der­nières an­nées, la Chine n’en de­meure pas moins un pays en dé­ve­lop­pe­ment. Nous al­lons d’abord ré­soudre nos propres pro­blèmes, puis, avec la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale et se­lon le concept de la gou­ver­nance mon­diale ba­sé sur le prin­cipe de « concer­ta­tion, sy­ner­gie et par­tage », nous dé­fen­drons avec dé­ter­mi­na­tion le mul­ti­la­té­ra­lisme, sou­tien­drons le sys­tème com­mer­cial mul­ti­la­té­ral et fe­rons pro­gres­ser le dé­ve­lop­pe­ment par­ta­gé. *LIU HE est membre du Bu­reau po­li­tique du Co­mi­té cen­tral du Par­ti com­mu­niste chi­nois et di­rec­teur de la Di­rec­tion gé­né­rale du Groupe di­ri­geant cen­tral pour les af­faires fi­nan­cières et éco­no­miques. (L’ar­ticle a été choi­si dans le dis­cours pro­non­cé par l’au­teur lors du Fo­rum de Da­vos en jan­vier.)

La Chine res­te­ra tou­jours un pays bâ­tis­seur de la paix mon­diale, contri­buant au dé­ve­lop­pe­ment dans le monde, et dé­fen­dant l’ordre in­ter­na­tio­nal.

Une équipe consti­tuée de membres du PCC de la so­cié­té élec­trique du district de Xiayi de la pro­vince du He­nan ins­talle des équi­pe­ments pour la so­cié­té de bois Hua­sheng.

Le 28 no­vembre 2017, une em­ployée de la so­cié­té tex­tile Lian­fa vé­ri­fie la qua­li­té des pro­duits.

Le 19 dé­cembre 2017, une île flot­tante éco­lo­gique pu­ri­fie l’eau de la ri­vière Tangxi de la ville de He­fei (pro­vince de l’An­hui), contri­buant ain­si à em­bel­lir le pay­sage.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.