Ces joyaux du pays qui ra­content des his­toires

China Today (French) - - CULTURE - SHI XUN*

De­puis sa dif­fu­sion sur le pe­tit écran le 1er jan­vier 2018, le do­cu­men­taire Eve­ry Trea­sure Tells a Sto­ry a cap­ti­vé un bon nombre de té­lé­spec­ta­teurs. Il a ob­te­nu une note de 9,4 sur le site In­ter­net Dou­ban Mo­vie qui liste les films pré­fé­rés des jeunes. L’équipe de tour­nage, for­mée de pro­fes­sion­nels des mé­dias de CCTV et de membres de l’Ad­mi­nis­tra­tion na­tio­nale du pa­tri­moine cultu­rel, a fil­mé presque une cen­taine de mu­sées et d’ins­ti­tuts de re­cherches ar­chéo­lo­giques, vi­si­té une cin­quan­taine de sites ar­chéo­lo­giques, et sé­lec­tion­né cent pièces par­mi les trois mil­lions d’ob­jets an­ciens que compte la Chine. Dans le do­cu­men­taire, cha­cune de ces an­ti­qui­tés « ra­conte» sa propre his­toire en seule­ment cinq mi­nutes.

Sen­si­bi­li­ser les té­lé­spec­ta­teurs au pa­tri­moine na­tio­nal

Qu’est-ce qu’on peut faire en cinq mi­nutes ? Un court tra­jet en mé­tro ou, mieux, une brève ren­contre avec un ob­jet mil­lé­naire.

Cette fi­gure en ar­gile, qui res­semble au vi­sage d’un en­fant, a 6 000 ans. Sa tête est le­vée et ses yeux sont à de­mi-fer­més, il semble re­gar­der le ciel. Son ex­pres­sion est simple et fas­ci­nante, elle donne à ré­flé­chir. C’est en fait une théière en ar­gile, l’eau peut cou­ler par ses yeux, comme des larmes. Son ventre large et rond sym­bo­lise la gros­sesse. Cette théière a été dé­cou­verte dans un vil­lage du dis­trict de Luo­nan, dans le Shaan­xi et re­pose à l’heure ac­tuelle dans les col­lec­tions du

mu­sée Ban­po de Xi’an. Cette théière en ar­gile à tête d’en­fant ra­conte l’in­tel­li­gence de l’Homme de l’ère néo­li­thique mais trans­met aus­si à ses des­cen­dants le charme de l’art pri­mi­tif, 6 000 ans plus tard.

« Quels sont les points forts de ce do­cu­men­taire ? D’une part, il met à l’hon­neur la ci­vi­li­sa­tion his­to­rique chi­noise et plus gé­né­ra­le­ment hu­maine. Je pense que “ceux qui ap­par­tiennent à la Chine ap­par­tiennent aus­si au monde”. Plus les ob­jets sont mil­lé­naires, plus ils mé­ritent qu’on ex­plore le mys­tère de la per­pé­tua­tion de l’es­pèce hu­maine », a com­men­té un in­ter­naute ap­pe­lé « am­ber ».

Dans le do­cu­men­taire, il n’y a que cinq mi­nutes pour ra­con­ter les his­toires de chaque ob­jet. C’est un chal­lenge pour l’équipe de tour­nage. La réa­li­sa­trice en chef Xu Huan avoue que c’est trop court pour bien ex­pli­quer l’his­toire de cer­tains ob­jets. « Un ob­jet an­cien peut pos­sé­der une va­leur ar­tis­tique, his­to­rique et scien­ti­fique. Or, on ne pou­vait abor­der qu’un as­pect. » Et d’ajou­ter : « À tra­vers le do­cu­men­taire, nous es­pé­rons créer une proxi­mi­té entre les jeunes té­lé­spec­ta­teurs et ces tré­sors na­tio­naux qui puisse leur per­mettre d’ap­prendre à les connaître. »

Les ob­jets an­ciens sé­lec­tion­nés par le do­cu­men­taire tels qu’un tré­pied en ar­gile en forme d’aigle, un dra­gon en jade ap­pe­lé Hong­shan Yu­long, des os et ca­ra­paces de tor­tue in­crus­tés de tur­quoises dé­cou­verts dans les ruines de Yin et le Hou­mu­wu Ding (un chau­dron rec­tan­gu­laire en bronze), datent de dif­fé­rentes pé­riodes de l’his­toire. Par­mi d’in­nom­brables ob­jets an­ciens, il n’était pos­sible d’en sé­lec­tion­ner que quelques-uns mais sur quels cri­tères s’ap­puyer ? Xu Huan ex­plique que l’équipe de tour­nage a choi­si ceux qui poussent ou mo­di­fient le pro­ces­sus de la ci­vi­li­sa­tion dans le dé­ve­lop­pe­ment his­to­rique de la Chine, ceux qui peuvent re­flé­ter le ni­veau de maî­trise des tech­niques de pro­duc­tion, la créa­ti­vi­té de la po­pu­la­tion, l’es­prit de l’époque et la tra­di­tion cultu­relle.

Le sou­tien des ex­perts

Sur l’af­fiche du do­cu­men­taire, les yeux écar­quillés, la fi­gure en bronze, dé­ter­rée sur le site ar­chéo­lo­gique San­xing­dui, semble dire : « Que ceux qui disent que je suis Ul­tra­man res­tent. » Beau­coup de jeunes té­lé­spec­ta­teurs ont été at­ti­rés par l’af­fiche. Cette créa­ti­vi­té est ve­nue du groupe conduit par Xu Huan. Ce sont eux qui ont fait re­vivre ces joyaux.

En cinq mi­nutes on ne peut dire que 800 mots. Xu Huan a de­man­dé à ses col­lègues d’écrire des textes courts, pré­cis et sou­te­nus. « Moi, comme tu vois, je pro­viens de la dy­nas­tie des Zhou et j’ai 3 000 ans, je marche sur la terre de­puis 3 000 ans. Je marche avec le temps, la corde qui me re­lie est dé­jà pour­rie, mes 204 pièces sont re­liées par les lu­mières. Ces 204 sym­boles se trans­forment en des phrases. Elles forment un nou­veau monde… » Yu Jiang, scé­na­riste de l’épi­sode « Pièces en jade : on porte le monde en soi » a su ré­pondre à la de­mande de Xu Huan.

Yu Jiang confie : « La réa­li­sa­trice m’a dit que ces ob­jets en jade pro­ve­naient de dif­fé­rentes pé­riodes et de dif­fé­rents en­droits. Chaque pièce est le tra­vail d’une vie. Elles ont été re­liées en­semble et en­ter­rées. Avec le temps, les os hu­mains ont pour­ri, mais ces pièces en jade ont sur­vé­cu. Je pense que c’est l’ex­pres­sion du ciel et de la terre. J’es­père ain­si faire connaître la Chine. »

Le ré­ci­pient ri­tuel en bronze He­zun a été dé­cou­vert en 1963 dans un bourg du dis­trict de Bao­ji dans le Shaan­xi. Il fait par­tie des col­lec­tions du Mu­sée du bronze de Bao­ji. C’est une coupe. Mais l’es­sen­tiel de sa va­leur ré­side dans les ins­crip­tions gra­vées au fond de la coupe : une le­çon de mo­rale don­née par le roi Cheng­wang des Zhou (1055–1021 av. J.-C.) aux en­fants de la fa­mille royale. Dans ce texte, le mot « Chine » ap­pa­raît pour la pre­mière fois.

Pour bien pré­sen­ter le bronze He­zun, un tré­sor très im­por­tant, le réa­li­sa­teur Sun Ge­ting a pas­sé une an­née à l’étu­dier. En­foui dans la terre pen­dant 3 000 ans, l’ex­té­rieur du He­zun est gra­ve­ment cor­ro­dé. Les ins­crip­tions sont de­ve­nues confuses. Pour que les té­lé­spec­ta­teurs puissent voir clai­re­ment les dé­tails du tré­sor, Sun Ge­ting a uti­li­sé les tech­niques du scan­ner 3D et des tech­niques avan­cées de co­pie. Il a uti­li­sé les don­nées et les a trans­for­mées en images de syn­thèse pour ré­ta­blir l’as­pect ori­gi­nel du He­zun, per­met­tant aux té­lé­spec­ta­teurs de voir clai­re­ment les 122 ca­rac­tères gra­vés au fond. C’est la pre­mière fois que ces tech­niques avan­cées sont uti­li­sées dans le tour­nage d’un do­cu­men­taire.

Pre­mière pro­jec­tion du do­cu­men­taire Eve­ry Trea­sure Tells a Sto­ry au Mu­sée na­tio­nal de Chine

Théière en forme de tête hu­maine ex­hu­mée dans le vil­lage de Jiao­cun, bourg de Ling­kou, dis­trict de Luo­nan, pro­vince du Shaan­xi

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.