La nou­velle ère ap­par­tient à tout le monde

China Today (French) - - SOMMAIRE -

L’As­sem­blée po­pu­laire na­tio­nale (APN) et le Co­mi­té na­tio­nal de la Confé­rence consul­ta­tive politique du peuple chi­nois (CCPPC) sont les plates-formes où le peuple chi­nois exerce les droits po­li­tiques. En mars, plus de 5 000 dé­pu­tés à l’APN et membres du Co­mi­té na­tio­nal de la CCPPC se sont réunis à Bei­jing. Ils ont dis­cu­té et adop­té les amen­de­ments de la Cons­ti­tu­tion, la loi sur la su­per­vi­sion ain­si qu’un plan de re­struc­tu­ra­tion ins­ti­tu­tion­nelle du Conseil des af­faires d’État. Ils ont aus­si exa­mi­né le rap­port d’ac­ti­vi­té du gou­ver­ne­ment. Il s’agit d’une ré­ponse du pays à son en­vi­ron­ne­ment ex­té­rieur et aus­si d’un plan d’ac­tion pour réa­li­ser le pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment avan­cé par le XIXe Con­grès du Par­ti com­mu­niste chi­nois.

Les dé­pu­tés et les membres viennent de tout le pays, de toutes les eth­nies et de tous les mi­lieux de la so­cié­té. Par­ta­geant la vie du peuple chi­nois, ils font pas­ser leurs de­mandes par les ca­naux ins­ti­tu­tion­nels, dont no­tam­ment les ses­sions an­nuelles de l’APN et du Co­mi­té na­tio­nal de la CCPPC. L’exer­cice de leurs fonc­tions et leurs pro­po­si­tions per­mettent l’uni­fi­ca­tion entre l’ob­jec­tif du Par­ti et du gou­ver­ne­ment et l’as­pi­ra­tion du peuple à une vie meilleure.

Les der­niers amen­de­ments de la Cons­ti­tu­tion ren­forcent da­van­tage « la di­rec­tion du Par­ti com­mu­niste chi­nois » puisque ce­lui-ci re­pré­sente l’in­té­rêt du peuple. Le pré­sident Xi Jin­ping a in­di­qué clai­re­ment dans son dis­cours lors de la cé­ré­mo­nie de clô­ture de la pre­mière ses­sion de la XIIIe APN : « le PCC res­te­ra à ja­mais le pi­vot du peuple chi­nois et de la na­tion chi­noise. »

Grâce à la politique de ré­forme et d’ou­ver­ture ap­pli­quée de­puis 40 ans, la Chine, au­tre­fois pays sous-dé­ve­lop­pé avec une moi­tié de la po­pu­la­tion su­bis­sant la pau­vre­té, est de­ve­nue un pays re­la­ti­ve­ment riche avec un PIB par ha­bi­tant de 8 800 dol­lars et seule­ment 3,1 % de per­sonnes dé­mu­nies. La po­pu­la­tion ac­corde plus d’im­por­tance à la dé­mo­cra­tie, la lé­ga­li­té, l’im­par­tia­li­té, la jus­tice, la sé­cu­ri­té et l’en­vi­ron­ne­ment, et dé­sire une vie dé­cente.

La Cons­ti­tu­tion dé­fi­nit clai­re­ment la tâche prin­ci­pale, la voie de dé­ve­lop­pe­ment et les ob­jec­tifs de l’État. Elle fixe éga­le­ment les exi­gences pour l’édi­fi­ca­tion éco­no­mique, politique, cultu­relle, so­ciale et éco­lo­gique ain­si que pour toutes les oeuvres de l’État afin que la Cons­ti­tu­tion puisse pro­mou­voir le dé­ve­lop­pe­ment na­tio­nal et fa­vo­ri­ser la réa­li­sa­tion d’une vie plus ai­sée des po­pu­la­tions.

Après avoir été élu pré­sident, Xi Jin­ping a prê­té ser­ment d’al­lé- geance à la Cons­ti­tu­tion, mon­trant par ce geste l’en­ga­ge­ment de la di­rec­tion chi­noise en­vers la gou­ver­nance de l’État en ver­tu des lois et de la Cons­ti­tu­tion, sa confiance en­vers le peuple ain­si que sa vo­lon­té de lui ap­por­ter le bon­heur et de gui­der la na­tion chi­noise vers le re­dres­se­ment na­tio­nal.

La Cons­ti­tu­tion amen­dée confirme le sta­tut lé­gis­la­tif de la Com­mis­sion na­tio­nale de su­per­vi­sion. Celle-ci exerce, en tant qu’or­gane d’État et au nom du PCC et de l’État, le droit de su­per­vi­sion en­vers tous les agents pu­blics. La créa­tion de cette com­mis­sion consti­tue non seule­ment un grand re­ma­nie­ment du sys­tème, du pou­voir et des re­la­tions po­li­tiques en Chine, mais aus­si une im­por­tante concep­tion glo­ba­li­sée du sys­tème na­tio­nal de su­per­vi­sion. Elle amé­liore le sys­tème de l’au­to-su­per­vi­sion du PCC et de l’État, four­nit une ga­ran­tie ins­ti­tu­tion­nelle pour la lutte contre la cor­rup­tion, et cor­res­pond aux as­pi­ra­tions du peuple.

Comme l’économie chi­noise est en­trée dans une pé­riode de dé­ve­lop­pe­ment de qua­li­té, la Chine a un be­soin urgent de mo­der­ni­ser son sys­tème de gou­ver­nance et de re­ma­nier les fonc­tions, les rôles et les pou­voirs de ses ins­ti­tu­tions na­tio­nales. Ain­si a-t-elle lan­cé la ré­forme ins­ti­tu­tion­nelle du Conseil des af­faires d’État la plus pro­fonde et la plus ample de son his­toire. Par exemple, dans le do­maine de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment, elle a créé un nou­veau mi­nis­tère — le mi­nis­tère de l’Éco­lo­gie et de l’En­vi­ron­ne­ment, afin de concen­trer les fonc­tions en ma­tière de pro­tec­tion des res­sources na­tu­relles et de l’en­vi­ron­ne­ment éco­lo­gique, et de pro­té­ger plus ef­fi­ca­ce­ment l’en­vi­ron­ne­ment. Con­cer­nant la ré­forme du sys­tème de contrôle fi­nan­cier, elle a com­bi­né la Com­mis­sion de su­per­vi­sion ban­caire de Chine et la Com­mis­sion de contrôle des as­su­rances de Chine, pour com­bler les la­cunes et évi­ter les opé­ra­tions d’ar­bi­trage, ce qui aide à pro­mou­voir la ré­forme et l’ou­ver­ture de la fi­nance, et à main­te­nir la sta­bi­li­té du sec­teur fi­nan­cier.

Ces ré­formes de fond marquent la for­ma­tion d’une nou­velle confi­gu­ra­tion des droits chi­nois con­cer­nant la prise de dé­ci­sions, l’exé­cu­tion et la su­per­vi­sion, et in­fluencent di­rec­te­ment le bie­nêtre du peuple.

Comme l’a dit le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping, lors de la réunion de clô­ture de la pre­mière ses­sion de la XIIIe APN : la confiance du peuple as­sure l’ave­nir et la puis­sance du pays.

D’après lui, la nou­velle ère ap­par­tient à tout le monde. Cha­cun se­ra un té­moin, un créa­teur et un bâ­tis­seur de la nou­velle ère.

Cha­cun se­ra un té­moin, un créa­teur et un bâ­tis­seur de la nou­velle ère.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.