Une ou­ver­ture ap­pro­fon­die sur tous les plans

China Today (French) - - SOMMAIRE - CHEN WENLING*

Le Rap­port d’ac­ti­vi­té du gou­ver­ne­ment, pré­sen­té le 5 mars par le pre­mier mi­nistre chi­nois Li Ke­qiang lors de la pre­mière ses­sion de la XIIIe As­sem­blée po­pu­laire na­tio­nale, iden­ti­fie et pla­ni­fie les grandes tâches du gou­ver­ne­ment pour 2018. Orien­tées vers l’ave­nir et ou­vertes sur le monde ex­té­rieur, ces mis­sions ont pour ob­jec­tif d’amé­lio­rer la qua­li­té de vie, avec le concours de toute la po­pu­la­tion.

Cette an­née marque le 40e an­ni­ver­saire du lan­ce­ment de la politique de ré­forme et d’ou­ver­ture en Chine. Grâce à cette politique, la Chine a pu re­ve­nir sur le de­vant de la scène in­ter­na­tio­nale. De grand pays à l’échelle ré­gio­nale, elle s’est trans­for­mée en une puis­sance mon­diale jouant au­jourd’hui le rôle de construc­teur, de pro­mo­teur et de lea­der dans la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique. De­puis la fon­da­tion de la Ré­pu­blique po­pu­laire de Chine en 1949, le pays a connu un es­sor his­to­rique : il s’est re­le­vé des affres de la guerre, a at­teint un ni­veau de vie re­la­ti­ve­ment ai­sé et a ga­gné en puis­sance. Au­jourd’hui, forte de son ex­pé­rience de 40 ans de ré­forme, la Chine sait bien que pour réa­li­ser l’es­sen­tiel de la mo­der­ni­sa­tion so­cia­liste d’ici 2035, elle doit pour­suivre en pro­fon­deur la ré­forme et l’ou­ver­ture. Plus par­ti­cu­liè­re­ment, il lui faut adop­ter un nou­veau mo­dèle d’ou­ver­ture tous azi­muts. Con­for­mé­ment à la concep­tion éco­no­mique de Xi Jin­ping sur le so­cia­lisme à la chi­noise de la nou­velle ère, il convient de faire rayon­ner l’es­prit de ré­forme et d’in­no­va­tion, de pour­suivre l’éman­ci­pa­tion de la pen­sée, d’ap­pro­fon­dir conti­nuel­le­ment la ré­forme et de concré­ti­ser les ob­jec­tifs vi­sés. Il s’agit de li­bé­rer une force pro­pice à l’ap­pro­fon­dis­se­ment in­té­gral de la ré­forme, afin d’ac­com­plir de nou­velles per­cées et de prendre un nou­veau dé­part.

Le nou­veau mo­dèle d’ou­ver­ture tous azi­muts que la Chine sou­haite mettre en place dif­fère de l’ou­ver­ture pro­gres­sive, ex­pé­ri­men­tale et par­tielle me­née par le pas­sé, qui met­tait l’ac­cent sur l’in­tro­duc­tion des tech­no­lo­gies de l’étran­ger et sur l’in­té­gra­tion gra­duelle de la Chine au mar­ché in­ter­na­tio­nal. la pre­mière par­tie du cha­pitre in­ti­tu­lé « Mettre en place un nou­veau mo­dèle d’ou­ver­ture tous azi­muts » dans le rap­port, ap­pelle à pro­mou­voir la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale dans le cadre de l’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route ». Le Fo­rum de « la Cein­ture et la Route » pour la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, qui s’est te­nu à Bei­jing les 14 et 15 mai 2017, a réuni les chefs d’état ou de gou­ver­ne­ment de 29 pays ain­si que plus de 1 500 re­pré­sen­tants de 130 pays et de 70 or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales du monde en­tier. L’ini­tia­tive chi­noise « la Cein­ture et la Route » a trou­vé un écho fa­vo­rable sur les cinq conti­nents. Ain­si est née une nou­velle plate-forme, un nou­veau vec­teur et un nou­veau ca­nal de co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, al­lant au-de­là des at­tentes de la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale et de la Chine elle-même.

L’ini­tia­tive chi­noise « la Cein­ture et la Route » a pris de l’am­pleur au point de de­ve­nir un bien pu­blic mon­dial, pro­mu à l’échelle pla­né­taire. C’est pour­quoi le rap­port re­com­mande d’adhé­rer fer­me­ment aux prin­cipes de « concer­ta­tion, sy­ner­gie et par­tage » et de mettre en ap­pli­ca­tion les conclu­sions du Fo­rum de « la Cein­ture et la Route » pour la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale. Il s’agit d’un point cru­cial pour la mise en place d’un nou­veau mo­dèle d’ou­ver­ture tous azi­muts. Ce­la fa­vo­ri­se­ra la for­ma­tion de grands ca­naux de co­opé­ra­tion éco­no­mique et com­mer­ciale à l’échelle in­ter­na­tio­nale, per­met­tra d’ap­pro­fon­dir la co­opé­ra­tion doua­nière entre les pays ri­ve­rains et sou­tien­dra l’ac­crois­se­ment de la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale dans les ca­pa­ci­tés de pro­duc­tion, pour don­ner lieu à une nou­velle confi­gu­ra­tion in­dus­trielle mar­quée par l’in­ter­ac­tion entre la Chine et le reste du monde ain­si que par l’in­té­gra­tion chi­noise dans les chaînes mon­diales in­dus­trielles, d’ap­pro­vi­sion­ne­ment, de services et de va­leurs. Ain­si, da­van­tage de pays pour­ront, d’une part, bé­né­fi­cier des pro­duits et services « made in Chi­na » ; et d’autre part, ex­ploi­ter, à tra­vers la co­opé­ra­tion dans le cadre de « la Cein­ture et la Route », de nou­velles op­por­tu­ni­tés et pos­si­bi­li­tés de dé­ve­lop­pe­ment qui les ai­de­ront à suivre leur propre voie de dé­ve­lop­pe­ment. L’ini­tia­tive « la Cein­ture et la Route » se tra­duit non seule­ment par une in­ter­ac­tion entre la Chine et le reste du monde, mais éga­le­ment par une in­ter­ac­tion mul­ti­di­men­sion­nelle : en mer, sur terre, dans les airs, sur In­ter­net et même sur les glaces de l’Arc­tique. L’ou­ver­ture de la Chine, jus­qu’ici uni­di­rec­tion­nelle et ta­blant sur l’in­tro­duc­tion des tech­no­lo­gies étran­gères, de­vien­dra mul­ti­di­men­sion­nelle, tous azi­muts et pi­lote. Par consé­quent, la simple ou­ver­ture du mar­ché aux pays étran­gers se­ra ap­pro­fon­die pour évo­luer vers une ou­ver­ture ré­ci­proque, ba­sée sur les prin­cipes de « concer­ta­tion, sy­ner­gie et par­tage » et ca­rac­té­ri­sée par l’in­ter­con­nexion et l’ac­tion conjointe.

Le rap­port ex­plique en dé­tail les prio­ri­tés dans le cadre de la ré­forme et de l’ou­ver­ture en Chine : d’une part, li­bé­ra­li­ser in­té­gra­le­ment l’in­dus­trie ma­nu­fac­tu­rière gé­né­rale ; d’autre part, élar­gir l’ou­ver­ture dans les do­maines des té­lé­com­mu­ni­ca­tions, des soins mé­di­caux, de l’édu­ca­tion, des services aux per­sonnes

âgées et des vé­hi­cules à éner­gie nou­velle. En Chine, l’in­dus­trie ma­nu­fac­tu­rière gé­né­rale est dé­jà for­te­ment ou­verte sur le monde. Ce­pen­dant, il est né­ces­saire de conce­voir pour ce sec­teur un plan de dé­ve­lop­pe­ment en­core plus fa­vo­rable à la fa­ci­li­ta­tion et à l’in­té­gra­tion des pro­ces­sus, afin d’éla­bo­rer une struc­ture de dé­ve­lop­pe­ment adap­tée au nou­veau contexte mon­dial.

En outre, le rap­port ap­pelle à « as­sou­plir ou sup­pri­mer les res­tric­tions im­po­sées aux ac­tions étran­gères ayant trait aux banques, aux va­leurs mo­bi­lières, aux fonds de pla­ce­ment, aux contrats à terme et à la ges­tion d’ac­tifs fi­nan­ciers ». L’ob­jec­tif est d’élar­gir consi­dé­ra­ble­ment l’ou­ver­ture fi­nan­cière de la Chine et d’ac­cé­lé­rer son in­té­gra­tion fi­nan­cière sur le mar­ché mon­dial des ca­pi­taux, sur la base du prin­cipe de libre cir­cu­la­tion.

Au­jourd’hui dans le monde, tous les pays ou ré­gions hau­te­ment com­pé­ti­tifs à l’échelle pla­né­taire sont ceux qui bé­né­fi­cient d’un ex­cellent en­vi­ron­ne­ment des af­faires. Il convient donc pour la Chine de se do­ter d’un en­vi­ron­ne­ment des af­faires de pre­mier rang mon­dial, en vue de ga­ran­tir la crois­sance ré­gu­lière des in­ves­tis­se­ments étran­gers.

Le rap­port pro­pose éga­le­ment des me­sures concrètes propres au com­merce in­ter­na­tio­nal. Par exemple : de nos jours, la Chine fi­gure par­mi les rares pays où les pro­cé­dures de dé­doua­ne­ment sont ef­fec­tuées sous 24 heures. Pour­tant, le rap­port plaide pour la « ré­duc­tion du dé­lai de dé­doua­ne­ment à hau­teur d’un tiers du temps né­ces­saire au­jourd’hui ». Grâce à cette ra­pi­di­té dans la pro­cé­dure de dé­doua­ne­ment in­édite dans le monde et à la cir­cu­la­tion des mar­chan­dises, la Chine ga­gne­ra en com­pé­ti­ti­vi­té.

Pays tour­né vers l’ave­nir, la Chine ta­ble­ra sur les sup­ports d’ac­ti­vi­tés com­mer­ciales in­no­vants. Elle crée­ra un mo­dèle d’e-com­merce in­ter­na­tio­nal qui in­té­gre­ra opé­ra­tions en ligne et opé­ra­tions hors ligne, en s’ap­puyant (cô­té in­for­ma­tique) sur In­ter­net, le Big Da­ta, le Cloud com­pu­ting, les services Cloud et l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, et en ex­ploi­tant (cô­té lo­gis­tique) les ré­seaux de trains à grande vi­tesse, d’au­to­routes, de lignes aé­riennes, de ports et de pi­pe­lines. La Chine pas­se­ra alors du sta­tut de grande na­tion com­mer­çante au sta­tut de four­nis­seuse exem­plaire de nou­velles so­lu­tions.

En­fin, dans le rap­port, il est ex­pli­ci­te­ment re­com­man­dé de « pro­mou­voir la li­bé­ra­li­sa­tion et la fa­ci­li­ta­tion du com­merce et des in­ves­tis­se­ments », preuve que la Chine s’em­ploie à de­ve­nir un pro­mo­teur, un pion­nier, un dé­fen­seur et un exemple à suivre en la ma­tière. Dans le contexte ac­tuel où les voix an­ti­mon­dia­li­sa­tion ré­sonnent de plus en plus fort et où le pro­tec­tion­nisme gagne du ter­rain, la Chine en­cou­rage in­las­sa­ble­ment la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique et adhère fer­me­ment au libre-échange. En pro­mou­vant le pro­ces­sus des né­go­cia­tions com­mer­ciales mul­ti­la­té­rales avec les par­ties in­té­res­sées, elle cherche ac­tuel­le­ment à conclure le plus tôt pos­sible un ac­cord de par­te­na­riat éco­no­mique ré­gio­nal, à ac­cé­lé­rer la mise en place d’une zone de libre-échange en AsiePa­ci­fique et à fa­vo­ri­ser la créa­tion d’une com­mu­nau­té éco­no­mique en Asie de l’Est.

À l’oc­ca­sion du 40e an­ni­ver­saire de la politique de ré­forme et d’ou­ver­ture, la Chi­na a dres­sé le bi­lan de ses ex­pé­riences pas­sées et re­haus­sé ses exi­gences pour l’ave­nir, pre­nant la dé­ci­sion de « mettre en place un nou­veau mo­dèle d’ou­ver­ture tous azi­muts ». Ce pro­jet re­flète l’as­su­rance et la dé­ter­mi­na­tion avec les­quelles la Chine tente de de­ve­nir un pays au dé­ve­lop­pe­ment re­mar­quable.

*CHEN WENLING est éco­no­miste en chef au Centre chi­nois pour les échanges éco­no­miques in­ter­na­tio­naux. Source : Chi­na Re­port

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.