Su­per­vi­sion : l’épée de Da­mo­clès me­nace les pou­voirs pu­blics

China Today (French) - - SOMMAIRE - LAN XINZHEN*

De­puis le XVIIIe Con­grès du Par­ti com­mu­niste chi­nois (PCC), la lutte contre la cor­rup­tion a été vi­gou­reuse et les ré­sul­tats, pro­fon­dé­ment res­sen­tis par le peuple, ont été re­mar­quables, mais comment éla­bo­rer une ar­chi­tec­ture lé­gis­la­tive et un sys­tème opé­ra­toire amé­lio­rés de sorte que sous la pres­sion des lois, les per­sonnes do­tées de pou­voirs pu­blics per­çoivent la faute comme in­ter­dite, n’osent pas com­mettre la faute et se re­fusent à la faute ? Telle est la ques­tion qui a tou­jours ali­men­té la ré­flexion du Co­mi­té cen­tral du PCC.

Cette an­née, au cours des deux ses­sions, une ré­ponse fon­da­men­tale a été ap­por­tée à cette ques­tion. Le PCC a mis au point une pro­fonde ré­forme du sys­tème de su­per­vi­sion et a po­sé une bar­rière aux pou­voirs pu­blics. D’une part, les amen­de­ments de la Cons­ti­tu­tion dé­bat­tus sa la pre­mière ses­sion de la XIIIe As­sem­blée po­pu­laire na­tio­nale com­portent une sec­tion in­ti­tu­lée « Com­mis­sions de su­per­vi­sion » qui vise à mettre sur pied une or­ga­ni­sa­tion de contrôle des pou­voirs pu­blics. D’autre part, une loi sur la su­per­vi­sion a été sou­mise au vote lors de la pre­mière ses­sion de la XIIIe As­sem­blée po­pu­laire na­tio­nale.

En ver­tu de la Cons­ti­tu­tion et de la Loi sur la su­per­vi­sion, tous les em­ployés qui rem­plissent une fonc­tion au sein des pou­voirs pu­blics se­ront concer­nés. Il s’agit de la lé­gis­la­tion an­ti-cor­rup­tion de la Chine. Lan­cé par le PCC qui a ti­ré les le­çons des quelques dé­cen­nies d’au­to-pu­ri­fi­ca­tion et d’au­to-per­fec­tion­ne­ment, ce mé­ca­nisme scien­ti­fique an­ti-cor­rup­tion convient par­fai­te­ment au contexte ac­tuel de la Chine.

Ac­tuel­le­ment, les dif­fé­rents ni­veaux de la Com­mis­sion de contrôle de la dis­ci­pline du PCC et du dé­par­te­ment de su­per­vi­sion sont la prin­ci­pale force chi­noise dans sa dé­marche an­ti-cor­rup­tion.

Les in­frac­tions com­mises par des membres du par­ti ou du gou­ver­ne­ment sont trai­tées se­lon les rè­gle­ments du PCC ; en cas de sus­pi­cion de crime, l’af­faire est trans­fé­rée à l’or­ga­nisme de su­per­vi­sion en vue d’une pour­suite en jus­tice.

La lutte an­ti-cor­rup­tion s’est ren­for­cée de­puis que le XVIIIe Con­grès du PCC en a fait une prio­ri­té.

Dans le pro­ces­sus de lutte an­ti-cor­rup­tion, le contrôle in­terne au PCC a ga­gné en ef­fi­ca­ci­té, et couvre toutes

les or­ga­ni­sa­tions et tous les membres du Par­ti, mais le contrôle ad­mi­nis­tra­tif se li­mite aux ins­ti­tu­tions gou­ver­ne­men­tales. Les autres or­ganes ne sont pas contrô­lés. Le PCC doit donc s’adap­ter au dé­ve­lop­pe­ment et construire un sys­tème na­tio­nal de su­per­vi­sion qui vise le per­son­nel gou­ver­ne­men­tal qui ne peut être contrô­lé au sein du PCC, ou au­quel les pro­cé­dures de contrôle ad­mi­nis­tra­tif ne s’ap­pliquent pas. Ain­si, par une pro­cé­dure lé­gale, le pou­voir pu­blic, as­si­gné par le Par­ti et le peuple, tra­vaille­ra dans un sys­tème ver­rouillé, juste et hon­nête.

Dans ce contexte, le sys­tème de su­per­vi­sion est prêt à être ré­for­mé.

Une sec­tion sur les com­mis­sions de su­per­vi­sion a été ajou­tée dans la Cons­ti­tu­tion, ce qui lui confère le sta­tut ju­ri­dique d’or­gane du pou­voir d’état et une loi de su­per­vi­sion a été éla­bo­rée. L’uni­for­mi­sa­tion lé­gis­la­tive est né­ces­saire à l’éta­blis­se­ment d’un sys­tème de su­per-

vi­sion na­tio­nal uni­fié et ef­fi­cace, la cou­ver­ture com­plète de tous les em­ployés pu­blics et la pose d’un fon­de­ment consti­tu­tion­nel so­lide.

Se­lon la Loi sur la su­per­vi­sion, les com­mis­sions de su­per­vi­sion se fo­ca­lisent sur 6 types de jus­ti­ciables (voir ta­bleau Par­tie 3). Ces 6 ca­té­go­ries de jus­ti­ciables re­groupent les Chi­nois exer­çant toutes sortes de pou­voirs, qu’ils fassent ou non par­tie du PCC. les com­mis­sions de su­per­vi­sion et les ac­tuelles com­mis­sions de contrôle de la dis­ci­pline col­la­borent sur un même lieu de tra­vail pour ga­ran­tir la bonne marche du tra­vail de su­per­vi­sion.

Le but de cette ré­forme du sys­tème na­tio­nal de su­per­vi­sion est de ren­for­cer l’au­to­ri­té du PCC dans la lutte contre la cor­rup­tion et de faire avan­cer la mo­der­ni­sa­tion du sys­tème de gou­ver­nance éta­tique.

Le 20 mars 2018, la XIIIe As­sem­blée po­pu­laire na­tio­nale adopte la loi sur la su­per­vi­sion lors de la réunion de clô­ture de sa pre­mière ses­sion.

Newspapers in French

Newspapers from China

© PressReader. All rights reserved.